Posté par Adrien le Lundi 03/12/2018 à 08:00
Volcan de l’île de la Déception: de glace et de feu
Des chercheurs apportent un nouvel éclairage sur la plus grande éruption volcanique survenue en Antarctique depuis 12?000 ans

Une équipe internationale dont fait partie Dermot Antoniades, de l’Université Laval, est parvenue à dater avec précision la plus grande éruption volcanique survenue dans l’Antarctique au cours des 12000 dernières années. Le volume de matériel éjecté par le volcan de l’île de la Déception et la découverte de traces de ce cataclysme à des milliers de kilomètres de la source laissent croire que cette éruption pourrait avoir eu d’importantes répercussions climatiques et écologiques sur une vaste superficie de l’hémisphère sud, rapportent les chercheurs dans Scientific Reports.

«L’éruption que nous avons étudiée était d’une puissance comparable à celle du Santorin, en Grèce, qui a détruit la civilisation minoenne au 2e millénaire avant J.-C., et à celle du Tambora, en Indonésie, survenue en 1815. Cette dernière, en raison du volume de cendres mises en suspension, aurait provoqué un refroidissement du climat et entraîné une «année sans été» en 1816», souligne Dermot Antoniades, professeur au Département de géographie et chercheur au Centre d’études nordiques et à Takuvik.

Le volcan de l’île de la Déception aurait connu une éruption majeure il y a 3980 ans. La forme actuelle de l’île, qui rappelle un fer à cheval, serait attribuable à l’effondrement du volcan survenu après l’éruption. Le tremblement de terre majeur qui a suivi a permis aux chercheurs de dater avec précision cette éruption.
Photo: Christopher Michel

La date de l’éruption majeure du volcan de l’île de la Déception faisait l’objet de controverses, mais le chiffre le plus souvent avancé est de 10000 ans avant aujourd’hui. C’est par hasard que le professeur Antoniades et ses collègues ont été mis sur une piste permettant de mieux dater cette éruption. Alors qu’ils étudiaient les sédiments de quatre lacs situés sur l’île Livingston, à 40km de l’île de la Déception, dans le but de reconstituer les fluctuations climatiques des 12000 dernières années, ils ont constaté la présence d’une couche de cendres volcaniques recouverte de matériel provenant des bords de ces lacs dont l’épaisseur atteignait jusqu’à 1 mètre par endroits. «Après l’éruption, le centre du volcan s’est probablement effondré sur lui-même, ce qui aurait provoqué un tremblement de terre majeur. C’est ce qui expliquerait le dépôt massif de sédiments dans les lacs de cette région tout de suite après l’éruption volcanique», précise le chercheur.

Grâce à différentes techniques géochimiques, pétrologiques et paléolimnologiques, les chercheurs ont déterminé que l’éruption serait survenue il y a 3980 ans, soit beaucoup plus récemment que ce que l’on croyait. Cette information leur a permis de repérer des traces de l’éruption dans des sites se trouvant à plus de 4600km de l’île de la Déception.

«Auparavant, il était difficile d’évaluer les répercussions des éruptions volcaniques majeures en Antarctique à partir des archives climatiques contenues dans les sédiments marins ou lacustres ou dans les glaces parce qu’on ne connaissait pas la date de ces cataclysmes, souligne le professeur Antoniades. La datation précise de l’éruption majeure du volcan de l’île de la Déception constitue un marqueur très important pour étudier les effets des éruptions volcaniques sur les écosystèmes et le climat de cette partie de la planète.»
Dernières news
Deux chercheurs ont développé une nouvelle méthode pour multiplier les très grands nombres. Une avancée potentiellement historique pour...
Le 23 mai, la goélette de la Fondation Tara Océan quittera Lorient pour une expédition de six mois sur les fleuves européens. À son bord, une quarantaine de...
Décarboniser le secteur du transport maritime constitue un défi de taille, mais une entreprise finlandaise a passé ces deux dernières années à montrer comment...
Une nouvelle étape vient d’être franchie avec succès par les scientifiques en charge de la réalisation du spectromètre X-IFU, l’instrument phare du futur...
Le cyclisme est une activité agréable et saine, mais aussi potentiellement dangereuse. Entre 2010 et 2016, environ 2 000 cyclistes européens ont été tués chaque...
Les balises de détresse de prochaine génération exploiteront la capacité de recherche et de sauvetage par satellite Galileo Une initiative de l’UE a permis...
L’océan Atlantique nord abrite un petit organisme marin qui s’avère être un véritable joyau gastronomique. Mais comment en faire profiter le reste du monde si on...
Alors que les abeilles domestiques, comme d’autres insectes sociaux, dépendent de manière critique de la transmission sociale de l’information pour réussir leur...
Des neurones voient le jour au sein même du microenvironnement tumoral, contribuant au développement du cancer. Ces cellules nerveuses dérivent de progéniteurs...
De nombreuses études indiquant que les nanostructures d’ADN peuvent pénétrer les membranes cellulaires plus rapidement que les simples brins d’ADN seraient...
A chaque fois qu’il passe devant une étoile, Pluton livre sur son atmosphère des informations, d’autant plus précieuses que ses occultations sont rares. Un bilan...
C’est le grand constat tiré d’une analyse des données sur le sommeil issues de la cohorte pancanadienne Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement....
Pour propulser et mélanger les aliments ingérés, l’intestin est pourvu de deux muscles entre lesquels se trouvent un réseau autonome de neurones, le "second...
Jusqu’à tout récemment, seules les agences militaires pouvaient s’offrir des caméras thermiques à haute performance, le coût de production des puces...
Selon leur organisation dans l’espace, les cristaux liquides possèdent différentes propriétés mécaniques, optiques et électroniques. Grâce à des patchs...
Vous avez beau faire de l’exercice et manger de façon équilibrée, le contrôle de votre poids est une affaire plus cérébrale que vous le pensez. Dans une étude...
Une équipe du CEA-Biam a découvert un comportement symbiotique entre des bactéries douées de magnétisme et des micro-organismes eucaryotes. La magnétoréception...
La microfluidique, principalement utilisée pour la recherche en biologie (diagnostic, criblages...), a besoin de tensioactifs pour stabiliser les gouttes à analyser....
En décryptant les programmes génétiques des neurones du cortex cérébral, des chercheurs suisses et belges expliquent les mécanismes contrôlant la genèse des...
Le développement de nanoparticules capables de libérer sélectivement des médicaments au sein des tumeurs présente un grand intérêt afin d’augmenter...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales