Posté par Isabelle le Vendredi 20/11/2020 à 13:00

Vers un mécanisme unifié de la détoxification du sulfite en sulfate chez les êtres vivants

Les ions sulfite sont fortement toxiques pour les êtres vivants et doivent être convertis en sulfate pour diminuer leur toxicité. Cette transformation est efficacement réalisée par des enzymes à molybdène dénommées sulfite oxydases chez les eucaryotes et sulfite déshydrogénases chez la plupart des procaryotes. Bien que ces enzymes soient étudiées depuis plusieurs décennies, les détails de leur mécanisme catalytique restent largement à élucider.

En travaillant sur une sulfite déshydrogénase issue d’une bactérie hyper-thermophile, des chercheurs du BIP à Marseille, en collaboration avec une équipe irlandaise, ont réussi à piéger et à caractériser à l’échelle atomique la structure d’un adduit Mo-phosphate mimant un intermédiaire réactionnel postulé mais jamais détecté dans ce type de molybdoenzymes. Publiés dans la revue ChemComm, ces travaux ouvrent de nouvelles perspectives dans l’exploration détaillée du mécanisme moléculaire de conversion du sulfite en sulfate chez les êtres vivants.

© Royal Society of ChemistryFigure: Structure 3D de la sulfite déshydrogénase résolue par diffraction des rayons X en présence de phosphate de sodium. Cette structure montre un adduit Mo-phosphate dans son site actif identifié par ailleurs par l’analyse du spectre de Résonance Paramagnétique Electronique avancée du noyau 31P montré dans l’encart. Reproduit avec la permission de la Royal Society of Chemistry.

Les composés soufrés jouent un rôle crucial pour de nombreuses réactions cellulaires mais leur réactivité peut les rendre toxiques. C’est en particulier le cas du sulfite qui peut causer des dommages oxydatifs aux protéines, aux acides nucléiques et aux lipides conduisant à des préjudices cellulaires irréversibles. Cependant, la plupart des organismes vivants produisent des enzymes capables de convertir efficacement le sulfite en sulfate, moins délétère. Ces oxydoréductases portent le nom générique de sulfite oxydases (SO) et possèdent toutes un site actif contenant un cofacteur à molybdène (Mo) requis pour la catalyse. La SO humaine est par exemple indispensable à la métabolisation des acides aminés soufrés absorbés avec l’alimentation. Une carence en cette enzyme due par exemple à l’absence de cofacteur à Mo est létale chez les nouveaux nés.

Par ailleurs, de nombreux microorganismes procaryotes sont capables de tirer profit de la réaction de conversion du sulfite en sulfate pour leur métabolisme énergétique. Ils synthétisent pour cela des enzymes appelées sulfite déshydrogénases (SDH). Alors que l’examen des quelques structures atomiques disponibles de SO et de SDH révèle des structures de leur cofacteur à molybdène quasi-identiques, le mécanisme moléculaire détaillé permettant la conversion du sulfite en sulfate par ces enzymes reste largement incompris.

En utilisant comme organisme source la bactérie hyper-thermophile Thermus thermophilus, des chercheurs du laboratoire de Bioénergétique et Ingénierie des Protéines (BIP) à Marseille en collaboration avec une équipe de l’Université de Limerick en Irlande ont pu caractériser la structure atomique d’une SDH en présence de phosphate, un analogue du produit de la réaction. En combinant des approches de cristallographie par diffraction des rayons X, de spectroscopie de Résonance Paramagnétique Electronique avancée et de modélisation moléculaire de chimie quantique, ces chercheurs ont démontré la stabilisation inédite d’un adduit Mo-phosphate, et ont résolu les détails structuraux de cette stabilisation. Un tel adduit mime un intermédiaire réactionnel postulé mais jamais démontré chez les SO/SDH. Ce travail fournit ainsi une base solide pour décrypter au niveau moléculaire le mécanisme biologique de conversion du sulfite en sulfate chez les êtres vivants et permet d’unifier plusieurs décennies de recherche sur cette classe d’enzymes, qu’elles soient d’origine eucaryote ou procaryote.

Pour en savoir plus:
Structural evidence for a reaction intermediate mimic in the active site of a sulfite dehydrogenase.
Ahmed Djeghader, Melanie Rossotti, Saleh Abdulkarim, Frédéric Biaso, Guillaume Gerbaud, Wolfgang Nitschke, Barbara Schoepp-Cothenet, Tewfik Soulimane, Stéphane Grimaldi.
Chemical Communications, 2020, DOI:10.1039/d0cc03634j.

Laboratoire:
Bioénergétique et ingénierie des protéines (BIP) - (CNRS/Université Aix-Marseille) - 31 Chemin Joseph Aiguier.- 13402 MARSEILLE CEDEX 20.

Contacts:
- Stéphane Grimaldi - Enseignant- chercheur à l'Université Aix-Marseille et au laboratoire Bioénergétique et ingénierie des protéines (BIP) - stephane.grimaldi at univ-amu.fr
- Barbara Schoepp-Cothenet - Chercheuse au laboratoire Bioénergétique et ingénierie des protéines (BIP) - schoepp at imm.cnrs.fr
Dernières actualités
Au cours du développement, les muscles se développent très fortement afin de produire les forces...
Réseau routier de la cellule, les microtubules sont des polymères biologiques rigides mais...
Les universités de Berne, Genève et Zurich ont fait des découvertes étonnantes sur la...
Comment peut-on savoir que l’odorat était important chez certains dinosaures ? En examinant une...
Certains enfants en retrait de leurs pairs courent davantage de risque d'avoir des problèmes...
Les nids de termites du genre Apicotermes possèdent l’une des architectures plus complexes parmi...
La façon dont la Terre et les autres planètes se forment est encore mal comprise. En observant...
Les écoliers émettent des aérosols dans leurs salles de classe, les aînés dans leurs...
Le cancer colorectal, un problème de santé publique majeur, nécessite l'identification de...
S’il ne fait pas de doute que le port du masque a un impact contre la COVID, il reste difficile...
Annoncé le 21 janvier 2021 au Centre de nanosciences et de nanotechnologies par Emmanuel Macron,...
Une étude récente réalisée à l’Université McGill et publiée dans la revue Environmental...
Trois nouveaux résultats pour la collaboration CUPID dans le cadre de la recherche de la double...
La proportion de dioxyde de carbone dans notre atmosphère est minime, ce qui est un des arguments...
Des chercheurs du CEA-Irig, en collaboration avec le CEA-Leti, ont mis en évidence l’existence...
Le pigment blanc appelé "blanc de plomb" utilisé par Léonard de Vinci a retenu l’attention des...
Une équipe de chercheurs dirigée par l’Université McGill a découvert une nouvelle espèce de...
Deux scientifiques du CNRS et de Sorbonne Université à l’Institut de mécanique céleste et de...
Depuis toujours ou presque, les paléontologues du Précambrien cherchent des traces de vie...
Le séisme du Teil du 11 novembre 2019 (Ardèche, vallée du Rhône) a généré un niveau de...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales