Posté par Isabelle le Mardi 17/11/2020 à 13:00

L'urbanisation entraîne un printemps précoce pour les plantes mais pas pour leurs pollinisateurs


Crédit: Alessandro Fisogni
Les effets de l’urbanisation sont multiples sur la biodiversité, pouvant parfois générer de véritables menaces pour la survie des espèces. Une meilleure compréhension de cet écosystème et un travail sur la gestion des espaces verts sont indispensables pour assurer un équilibre écologique.

Une équipe scientifique a estimé pour la première fois l'effet de l'urbanisation conjointement sur la phénologie des plantes à fleurs et de leurs communautés de pollinisateurs. Dans les zones plus fortement urbanisées, les plantes fleurissent plus tôt alors que les pollinisateurs ne décalent pas leurs dates d’activité, conduisant à une perturbation potentielle de leurs interactions. Ces résultats ont été publiés dans Oikos (août 2020), et ont fait l'objet d'une dépêche dans Frontiers in the Ecology and the Environment (septembre 2020). L'étude a été réalisée au sein du laboratoire Evolution, Ecologie et Paléontologie (EVO-ECO-PALEO - CNRS / Université de Lille) en collaboration avec la Métropole européenne de Lille (MEL) et la ville de Lille dans le cadre du projet CPER-Climibio.

L'urbanisation est l'une des principales menaces pour les plantes et les pollinisateurs sauvages en raison, entre autres, de la destruction des habitats, de l’effet "îlot de chaleur urbain" et de l'altération des conditions environnementales locales. L’adéquation des phénologies d’espèces en interaction, soit le "calendrier" des cycles de ces espèces, telles que les dates de floraison pour les plantes ou d’activité pour les pollinisateurs, est cruciale pour permettre leur interaction. Des études antérieures ont montré que la phénologie des plantes tend à avancer au printemps dans les zones urbaines par rapport aux zones plus rurales, mais les effets de l'urbanisation sur la phénologie des pollinisateurs sont mal connus.

Pour comprendre comment l'urbanisation affecte les deux partenaires de cet important mutualisme, des chercheuses et chercheurs ont simultanément évalué la réponse du moment de floraison des plantes locales et de la période de vol des pollinisateurs sauvages face à l'urbanisation croissante. Ils ont ainsi étudié les communautés de plantes et d'insectes pollinisateurs (abeilles sauvages et syrphes1) à travers un gradient d'urbanisation dans le territoire de la Métropole Européenne de Lille, en choisissant des sites gérés de manière similaire et en collaboration avec les services des parcs et jardins.

Prairie fleurie avec marguerites et centaurées sur un îlot de circulation dans une zone fortement urbanisée. Credit: Alessandro Fisogni

Menée par des scientifiques du laboratoire Evolution, Ecologie et Paléontologie (EVO-ECO-PALEO - CNRS / Université de Lille), cette étude révèle des réponses différentielles chez les plantes et chez les pollinisateurs. La floraison des plantes a montré une forte réponse à l'urbanisation avec une nette avancée du pic de floraison dans les sites à forte urbanisation, jusqu'à quatre semaines plus précoce que sur les zones rurales. Au contraire, les pollinisateurs n'ont pas montré de déplacement clair de leur phénologie d’activité le long du gradient.

Ces résultats suggèrent qu'un écart se forme entre les cycles saisonniers des plantes et des pollinisateurs dans les villes, ce qui pourrait entraîner des modifications de la structure des réseaux plantes-pollinisateurs et avoir des conséquences négatives sur la reproduction et la survie des espèces. Si les plantes sont confrontées à une pénurie de pollinisateurs, cela peut entraîner une diminution de la production de graines. De même, bien que les pollinisateurs puissent compter sur une mobilité plus importante pour trouver des plantes utiles à proximité des sites étudiés, ce décalage par rapport au moment de floraison peut être particulièrement problématique pour eux. Ils perdent leur habitat et, contrairement à de nombreuses plantes en ville, les pollinisateurs ne sont pas ou peu entretenus par l'homme (sauf pour l’abeille domestique).

Ces résultats publiés dans Oikos soulignent également l'importance de la gestion écologique des espaces verts afin de garantir la présence de plantes à fleurs tout au long de la saison pour soutenir les pollinisateurs en zone urbaine.

Bourdon des champs (Bombus pascuorum) à la recherche de nectar sur une centaurée dans une prairie fleurie en zone urbaine. Credit: Alessandro Fisogni

Note:
1- Les syrphes sont des Diptères, c’est-à-dire des mouches, ressemblant généralement à des abeilles et dont les adultes utilisent les ressources florales pour se nourrir.


Référence:
Fisogni A, Hautekèete N, Piquot Y, Brun M, Vanappelghem C, Michez D, Massol F. Urbanization drives an early spring for plants but not for pollinators. Oikos. 2020 Aug 27 ; 129(11):1681-691.

Contacts:
- Nina Hautekèete - Evolution, Ecologie et Paléontologie (EVO-ECO-PALEO - Université de Lille, CNRS) - nina.hautekeete at univ-lille.fr
- Alessandro Fisogni - Evolution, Ecologie et Paléontologie (EVO-ECO-PALEO - Université de Lille, CNRS) - a.fisogni at gmail.com
- François Massol - Evolution, Ecologie et Paléontologie (EVO-ECO-PALEO - Université de Lille, CNRS) ; Centre d’Infection et d’Immunité de Lille (Univ. Lille / CNRS / Inserm / CHU Lille / Institut Pasteur de Lille) - francois.massol at univ-lille.fr
- Jessie Cuvelier - Communication - Evolution, Ecologie et Paléontologie (EVO-ECO-PALEO - CNRS/Univ de Lille) - jessie.cuvelier at univ.lille.fr
Dernières actualités
L’activité locomotrice se caractérise par une succession de pas dont le rythme peut être...
En dépit des affirmations et des croyances passées, en règle générale, les populations de...
Cette image du télescope spatial Hubble de la NASA/ESA présente la galaxie LRG-3-817, également...
L’identification des différents types de cancers du sein et la validation de traitements...
Les trois glaciers groenlandais Jakobshavn Isbræ, Kangerlussuaq et Helheim sont ceux qui...
Le consortium international Human Proteome Project (HPP) vient de publier dans la revue Nature...
Très prisés pour les tâches de précision et en chirurgie, les robots souples et mous ont besoin...
Bonne nouvelle: des scientifiques canadiens qui étudient une mutation génétique rare pensent...
Peut-on se fier à l’agriculture bio pour nourrir la planète sans prendre davantage de...
Combattre la mauvaise haleine à l'aide du délicat parfum du thé du Labrador, des effluves...
L’Arctique se réchauffant plus rapidement que les latitudes moyennes, la différence de...
Incommodé par la toux, vous êtes tenté par un de ces sirops en vente libre dans les pharmacies ?...
L’hormone végétale auxine est une petite molécule, proche de l’acide aminé tryptophane et...
L’intelligence artificielle peut rendre visibles des phénomènes astrophysiques jusqu’ici...
La hausse des émissions protoxyde d’azote (N2O), causé par l’utilisation d’engrais dans...
Le virus Zika s’est répandu à travers la planète au cours de la dernière décennie, causant...
Grâce à des impulsions ultracourtes et ultrastables de rayonnement ultraviolet extrême (UVX),...
Les ions sulfite sont fortement toxiques pour les êtres vivants et doivent être convertis en...
Une équipe de chercheurs a démontré qu'une sphère diffusant la lumière, dotée d'une source...
Deux dinosaures figés dans la pierre ont rapporté à leurs "propriétaires" des millions de...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales