Posté par Isabelle le Vendredi 06/09/2019 à 14:00
Transmission d'une pathologie neurodégénérative par des cerveaux Alzheimer
La maladie d’Alzheimer entraîne une perte progressive de la mémoire et une lente dégénérescence des cellules du cerveau (neurones). Dans une étude publiée dans Acta Neuropathologica Communications, les chercheurs montrent que l'inoculation de broyat de cerveaux humains Alzheimer à des primates induit des lésions typiques de la maladie, ainsi qu'un processus neurodégénératif associé à des pertes de mémoire, suggérant que des cerveaux Alzheimer peuvent transmettre une maladie neurodégénérative.

Figure: L'inoculation intracérébrale d'extraits de cerveaux de patients atteints de la maladie d’Alzheimer à des microcèbes murins induit l'apparition de pertes de la mémoire, des lésions microscopiques typiques de la maladie d'Alzheimer (amylose et tauopathie), une perte des neurones, une réduction de la taille du cerveau et une altération de la capacité des neurones à communiquer entre eux. Ces altérations apparaissent entre 6 mois et 1 an et demi après l'inoculation et s'amplifie au cours du temps. Ces données suggèrent que les extraits de cerveaux de patients atteints de la maladie d’Alzheimer peuvent induire une maladie neurodégénérative lorsqu'ils atteignent le cerveau d'un hôte receveur. © Marc Dhenain

La maladie d’Alzheimer touche directement un million de personnes en France. Elle entraîne une perte progressive de la mémoire et résulte d’une lente dégénérescence des cellules du cerveau (neurones) qui se propage pour affecter l'ensemble du cerveau. Ces altérations sont induites par deux lésions microscopiques complémentaires (l'amylose et la tauopathie). La maladie est liée au vieillissement du cerveau parfois associée à des prédispositions génétiques. Peut-elle être transmise d'un individu à un autre ?

Chez l'homme, des travaux épidémiologiques ont déjà suggéré que l'amylose (agrégation pathologique de certaines protéines) peut être transmise dans des circonstances exceptionnelles (injections d'hormone de croissance issue de cerveaux, procédures neurochirurgicales avec greffes de tissus d'origine cérébrale). Cette transmission de l'amylose ne semblait cependant pas induire une maladie d'Alzheimer ou un processus neurodégénératif. La transmission de la tauopathie (agrégation de la protéine tau) n'a pas non plus été clairement établie.

Les chercheurs ont montré que l'inoculation d’extraits de cerveaux de patients atteints de la maladie d’Alzheimer dans des cerveaux de primates (Microcèbes murins) provoque des troubles de la mémoire et une maladie du cerveau caractérisée par l'apparition des lésions microscopiques typiques de la maladie d'Alzheimer (amylose et tauopathie), une perte des neurones, une réduction de la taille du cerveau, et une altération de la capacité des neurones à communiquer entre eux. Ces altérations apparaissent entre 6 mois et 1 an et demi après l'inoculation et s'amplifie au cours du temps.

Il s'agit de la première démonstration de l'induction de signes cliniques associés à un processus neurodégénératif par inoculation d'extraits de cerveaux humains porteurs de la maladie d’Alzheimer. Ces travaux amènent également la première démonstration de l'induction d'une tauopathie par contamination avec un cerveau Alzheimer entre primates.

Les résultats de cette étude peuvent être interprétés dans le contexte de l'"hypothèse prion" de la maladie d'Alzheimer. Au cours de ces maladies, des protéines anormales (prions) transmettent leur conformation anormale à des protéines normales pour induire la pathologie ou permettre à la maladie de diffuser dans l'organisme. La transmission des lésions de la maladie d'Alzheimer décrite dans cette étude suggère que les protéines de ces lésions se comportent comme des prions. Cela renforce l'"hypothèse prion", jusqu'à récemment controversée, de certaines maladies neurodégénératives (maladie d'Alzheimer, de Parkinson, ou de Huntington).

Ces résultats ne montrent pas que la maladie d'Alzheimer est contagieuse dans des conditions normales. Ils suggèrent cependant qu'il convient d'appliquer scrupuleusement les précautions particulières déjà prises lors des manoeuvres neurochirurgicales pour éviter des contaminations de cerveaux à cerveaux. Ils ouvrent également la voie à l'exploration de nouveaux mécanismes de la maladie d'Alzheimer et à la création de nouveaux modèles animaux pour mieux comprendre les causes des pertes neuronales associées à la maladie d'Alzheimer.

Pour en savoir plus:
Encephalopathy induced by Alzheimer brain inoculation in a non-human primate.
Gary C, Lam S, Hérard AS, Koch JE, Petit F, Gipchtein P, Sawiak SJ, Caillierez R, Eddarkaoui S, Colin M, Aujard F, Deslys JP; French Neuropathology Network, Brouillet E, Buée L, Comoy EE, Pifferi F, Picq JL, Dhenain M.
Acta Neuropathol Commun. 2019 Sep 4;7(1):126. doi: 10.1186/s40478-019-0771-x.

Contact chercheur:
Marc Dhenain - Chercheur au CNRS au laboratoire des Maladies Neurodégénératives - (CNRS/CEA/Univ Paris-Sud)
marc.dhenain at cea.fr
Dernières news
La vie en ville peut faire évoluer les populations urbaines différemment des autres. Des chercheurs du laboratoire Biogéosciences (CNRS/EPHE/Université de Bourgogne)...
Les télescopes de l’ESO scrutent la baisse de luminosité de surface de l’étoile Bételgeuse Grâce au Very Large Telescope (VLT) de l’ESO, les astronomes ont...
Une initiative de l’UE a publié un rapport sur les solutions et recommandations adoptées pour répondre aux préoccupations environnementales liées à la production...
"Travailler l’imaginaire est l’une des parties qui m’intéresse le plus dans ma recherche. Si on avait une géométrie qui n’est pas comme la géométrie plate...
Un progrès important vient d'être réalisé en développant un algorithme permettant de calculer le problème quantique à N corps jusqu’à l’ordre 15, très...
L’organisation tridimensionnelle des chromosomes doit être régulée afin d’assurer le bon fonctionnement de processus biologiques tels que la transcription, la...
Des chercheurs d’Aix Marseille Université, du CNRS et de l’Université de Montréal ont identifié dans la séquence de la protéine "Spike" du 2019-nCoV (nommé...
Une équipe de recherche canadienne, dont a fait partie un microbiologiste de l’Université de Montréal, a révélé un mécanisme d’action inédit présent dans...
Les nanomatériaux trouvent de plus en plus d’applications médicales. Parfois capables de remplir plusieurs rôles à la fois, ils offrent une flexibilité...
Des chercheurs du Centre Interdisciplinaire de Nanoscience de Marseille (CNRS/Aix Marseille Université), en collaboration avec des équipes japonaise, coréenne et...
Détecter rapidement la bactérie Legionella pneumophila Des experts de multiples horizons disciplinaires ont accompli une percée majeure: développer un nouveau...
En excitant un gaz avec des impulsions laser ultra-courtes, les physiciens ont montré que, même si habituellement les collisions au sein du gaz sont la cause...
Dans des travaux publiés dans la revue Nanomedicine, une méthode a permis d’interrompre la production d’ARN messager et de protéines de certains gènes, avec des...
Des chercheurs de l’Unité mixte de physique CNRS/Thales et du Centre de nanosciences et de nanotechnologies (C2N, CNRS/Université Paris-Sud), en collaboration avec...
L’ADN peut transitoirement revêtir des structures plus complexes que celle en double hélice. Les quadruples hélices, ou quadruplexes d’ADN, en sont un exemple. Ce...
En comprimant la matière à des pressions qui peuvent dépasser le million d’atmosphères, les cellules à enclumes de diamant mettent en lumière les propriétés...
Les archées, constituant l'un des trois domaines du vivant, sont désormais considérées comme des modèles incontournables pour étudier les mécanismes moléculaires...
La sonde européenne commence son voyage en direction du centre de notre Système solaire, la science française à l’honneur. Lundi 10 février 2020, à 05h03,...
Pour la première fois, des chercheurs de l’UNIGE ont constaté qu’un puits géothermique en conditions supercritiques n’avait pas provoqué de perturbations...
Une récente compilation de plusieurs observations spectroscopiques de la surface du Soleil montre que la gradient de champ magnétique dans la direction verticale est...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales