Posté par Redbran le Mardi 12/02/2019 à 14:00
Un système d’exploitation minière sous-marine de pointe peut donner une nouvelle vie aux mines inondées
Il existe un moyen plus rentable de rouvrir les mines désaffectées et inondées d’Europe. Des scientifiques ont démontré comment y parvenir, avec un nouveau système robotisé d’extraction sous-marine de minerai.

Démonstration sur le terrain de ¡VAMOS! à Silvermines, en Irlande. ©VAMOS

L’Europe dispose de ressources minérales inexploitées, à des profondeurs de 500 à 1 000 m, d’une valeur estimée à 100 milliards d’euros. Après des siècles d’exploitation minière active, les gisements les plus accessibles du continent sont pour la plupart épuisés. Cependant, il existe encore des ressources profondes dans les mines inondées abandonnées et dans les gisements sous-marins intacts qui ne peuvent pas être exploitées par les techniques conventionnelles d’extraction à sec.

Grâce à un nouveau système d’exploitation minière sous-marine mis au point par le projet VAMOS, financé par l’UE, des gisements miniers actuellement inaccessibles seront exploités à l’avenir. En rendant possible l’extraction sous-marine de minerais, le système d’exploitation robotisée peut ouvrir la voie à la réouverture des mines abandonnées et inondées qui ont une carrière à ciel ouvert plutôt que des puits. La technologie permet également de prolonger la durée de vie des mines à ciel ouvert avec des taux de découverte élevés, où de grandes quantités de déchets de roches doivent être exploitées pour obtenir une quantité donnée de minerai ou présentant des problèmes hydrologiques et géotechniques. De plus, cela pourrait même conduire à l’ouverture de nouvelles mines européennes avec une empreinte environnementale moindre.

À cette fin, les partenaires du projet viennent de terminer avec succès leur deuxième essai sur le terrain dans la mine inondée de Magcobar à Silvermines, en Irlande. Le premier essai en 2017 a eu lieu sur un chantier de kaolin, à ciel ouvert, inondé et qui n’est plus utilisé à Lee Moor, dans le Devon, au Royaume-Uni. La technologie testée utilise un véhicule minier sous-marin télécommandé capable de découper des roches et obtenir des fragments de jusqu’à 50 mm. Doté d’un système de spectroscopie laser, le véhicule peut traiter le minerai en temps réel, réduisant ainsi la quantité de déchets de roches extraits. Le véhicule est mis à l’eau et récupéré à l’aide d’un bateau ancré de mise à l’eau et de récupération (LARV). Le matériau extrait est pompé jusqu’au LARV en surface. Il est ensuite acheminé par un système de canalisations flottantes jusqu’à une installation d’assèchement située sur la rive pour y être traité, tandis que l’eau excédentaire est retournée à la mine. Le positionnement exact du véhicule minier, la navigation et l’appréciation de la situation sont contrôlés par un véhicule hybride télécommandé.

«EVA», véhicule sous-marin automatisé utilisé pour faciliter le positionnement, la navigation et la connaissance de la situation du véhicule minier et de son environnement, et capable d’effectuer des enquêtes préliminaires sur sites miniers sous-marins.©VAMOS

Les avantages du système d’exploitation minière sous-marine

«Le processus étant sans opérateur il est bien plus sûr et comme il n’y a pas de poussière d’explosifs de bruit ou de vibrations et que vous ne démolissez pas de grandes surfaces de roches pour obtenir une petite quantité de minerai l’empreinte environnementale est bien plus faible que celle de l’exploitation minière traditionnelle» explique Jenny Rainbird coordinatrice du projet de BMT Group Ltd dans un article publié sur le site web «The Engineer».

Cette technologie de pointe présente également d’autres avantages. D’une part, l’eau souterraine n’a pas besoin d’être pompée continuellement hors de la mine, ce qui signifie une consommation énergétique inférieure, permettant un système plus rentable. De plus, le niveau de la nappe phréatique locale n’est pas affecté, ce qui implique la réduction de l’impact sur l’environnement immédiat. Enfin, en raison des effets hydrostatiques, moins d’énergie est nécessaire pour faire remonter le minerai à la surface.

L’Europe dépend actuellement en grande partie des importations de minerais pour soutenir ses industries. La solution prometteuse proposée par VAMOS (¡Viable and Alternative Mine Operating System !) pourrait contribuer à l’approvisionnement durable de ces minéraux en Europe à l’avenir.

©VAMOS

Pour plus d’informations, veuillez consulter:
site web du projet VAMOS
Dernières news
Un projet financé par l’UE a dévoilé un nouveau dispositif destiné aux véhicules hybrides qui combine la haute densité énergétique des batteries lithium-ion à...
Des physiciens ont démontré qu’il est possible de contrôler de façon quantique un spin unique multi-niveaux porté par un aimant moléculaire - constituant un...
Une équipe internationale s’interroge sur les nouvelles technologies qui améliorent les compétences physiques et cognitives de l’humain, sur leur développement...
Code de bonnes pratiques contre la désinformation: la Commission invite les signataires à intensifier leurs efforts La Commission européenne a publié les premiers...
S’inspirant de la fourmi du désert réputée pour être une extraordinaire navigatrice solitaire, des chercheurs du CNRS et d’Aix-Marseille Université, à...
Une équipe de l’IBS a déterminé la structure d’une metalloprotéine présente chez les bactéries et explique par là-même comment ses gènes sont bavards... ou...
Des scientifiques suisses ont mis au point des sondes conçues pour révéler les forces physiques à l’oeuvre à l’intérieur des cellules vivantes. Une première...
L'émergence des véhicules électriques et du stockage des énergies renouvelables souligne le besoin d’augmenter la densité énergétique des batteries tout en...
Des scientifiques prouvent que l’écart entre le résultat attendu et le résultat réel est perçu comme une récompense Vous aimez vous faire surprendre par cette...
Si l’existence d’une réduction du débit sanguin cérébral chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer est connue depuis des décennies, son rôle dans...
Jusqu’à présent, la faune édiacarienne du bassin de Podolya en Ukraine était considérée comme faisant partie du même domaine que celle de la Mer Blanche en...
De nouveaux processus de récupération permettent d’obtenir des alliages de haute performance et à bas coûts à base de terres rares. Des chercheurs financés...
Bien que de plus en plus utilisées pour l'imagerie cellulaire ou la bio-ingénierie tissulaire, le devenir à long terme des nanoparticules magnétiques au sein des...
L’apparition des premiers mouvements chez des êtres multicellulaires sur Terre serait bien plus ancienne que ce que l’on pensait. C’est du moins ce que suggèrent...
Les glissements de terrain génèrent des ondes sismiques, comme l’ont montré de précédentes mesures à partir de sismomètres placés à proximité de pentes...
Il existe un moyen plus rentable de rouvrir les mines désaffectées et inondées d’Europe. Des scientifiques ont démontré comment y parvenir, avec un nouveau...
En combinant des techniques de microscopie laser et de hautes pressions, des physiciens ont mis au point la première méthode expérimentale permettant de mesurer avec...
Dans les interactions entre un récepteur biologique et son ligand, l'eau avoisinante a son mot à dire. Une équipe pluridisciplinaire du CNRS dévoile le rôle des...
Les prévisions de la contribution de l’Antarctique à l’élévation du niveau de la mer au cours du siècle vont de zéro à plus d’un mètre. Les valeurs les...
Dans les archives glaciaires, les éruptions volcaniques passées sont associées à des pics de concentration de sulfate. Pour estimer la contribution volcanique aux...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales