Posté par Adrien le Lundi 26/07/2021 à 09:00

Une source de molécules organiques nécessaires à l’apparition de la vie sur Terre

Certaines météorites contiennent de la matière organique qui a pu participer à la mise en oeuvre d’une chimie nécessaire à l’émergence de la vie sur Terre. Cette matière organique météoritique pourrait avoir un lien avec les molécules observées dans les nuages moléculaires denses, lieu de formation de notre Système solaire.

Afin de mieux comprendre ce lien, des scientifiques des laboratoires PIIM, IMPMC et de l’Université technique de Munich ont simulé expérimentalement l’évolution de cette matière, depuis la formation du Système solaire jusqu’à sa transformation au sein d’astéroïdes, les corps parents des météorites. Ces travaux proposent un scénario plausible d’évolution de la matière organique tout au long de la formation du Système solaire et, par analogie, à d’autres systèmes planétaires.

Formation et évolution de la matière organique de notre système solaire du nuage moléculaire originel jusqu’à son évolution au sein des corps parents des météorites.
© V. Vinogradoff, PIIM (CNRS/AMU)

Présentes dans les nuages moléculaires denses où naissent les étoiles, les glaces interstellaires sont principalement composées d’eau, de dioxyde de carbone, de monoxyde de carbone, de méthanol et d’ammoniac. Ces glaces pourraient être à l’origine de matières organiques qui auraient pu être apportées sur Terre, via des météorites appelées chondrites carbonées. Ces bouts d’astéroïdes contiennent en effet un ensemble d’éléments chimiques potentiellement nécessaires à une chimie qui a précédé, puis mené, à l’émergence de la vie sur Terre.

En simulant les différentes étapes auxquelles la glace et la matière sont confrontées depuis la formation d’un système planétaire, des chercheuses et chercheurs du laboratoire Physique des interactions ioniques et moléculaires (PIIM, CNRS/Aix-Marseille Université), de l’Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC, CNRS/MNHN/Sorbonne Université) et de l’Université technique de Munich (Allemagne) ont ainsi montré qu’à partir d’une glace, formée à 77 K et 10-8 mbar, contenant simplement de l’eau, du méthanol et de l’ammoniac, plusieurs milliers de molécules organiques sont formées. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature Communications.

La glace et ses trois composants de base ont été irradiés par des UV et soumis à des températures entre 77K et 300 K. Cela a abouti à la formation d’un résidu organique constitué de milliers de molécules différentes. Ce résidu est considéré comme un analogue d’une partie de la matière organique qui aurait été présente au niveau du disque protoplanétaire, avant la formation des planètes, des comètes et des astéroïdes, et qui a ainsi pu ensuite se retrouver à l’intérieur des comètes et des astéroïdes.

Pour simuler l’évolution qu’aurait pu subir cette matière organique une fois incorporée au sein d’astéroïdes, le résidu analogue obtenu en laboratoire a ensuite été soumis à une altération aqueuse en milieu anoxique, c’est-à-dire qu’il a réagi avec de l’eau liquide en absence d’oxygène à 150°C. Après cent jours sous altération aqueuse, le résidu analogue a connu une telle évolution chimique qu’il ne restait plus que 2 % de sa composition originelle. Des mesures par spectrométrie de masse à haute résolution ont montré que le contenu final s’est rapproché de la matière organique identifiée au sein de la météorite de Murchison, la chondrite carbonée la mieux documentée, avec 46 % de molécules organiques en commun contre 28 % pour les analogues qui n’ont pas subi d’altération aqueuse.

Ces résultats suggèrent qu’une partie la matière organique météoritique pourrait donc être d’origine interstellaire et n’avoir que partiellement subit l’altération aqueuse dans les astéroïdes. Ces travaux prouvent que trois molécules présentes dans les zones de formation des systèmes planétaires et soumises aux processus d’altération qu’elles ont pu subir lors de la formation de notre système solaire, suffisent à former une diversité moléculaire importante, approchant celle des météorites.

L’équipe poursuit en ce moment ces expériences, mais en prenant cette fois en compte la présence de minéraux, qui sont les principaux composants des météorites, afin de voir s’ils pourraient participer à la formation des molécules organiques manquantes.

Références:
Exploring the link between molecular cloud ices and chondritic organic matter in laboratory.
G. Danger, V. Vinogradoff, M. Matzka, J-C. Viennet, L. Remusat, S. Bernard, A. Ruf, L. Le Sergeant d’Hendecourt & P. Schmitt-Kopplin.
Nature Communications volume 12, Article number: 3538 (2021)
DOI: https://doi.org/10.1038/s41467-021-23895-2
Dernières actualités
Face au changement climatique et à la pollution qui pèsent de plus en plus sur l'environnement,...
Une équipe du laboratoire XLIM a réussi à augmenter d'un facteur mille la sensibilité de...
Si le sixième rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)...
Lorsque nous prenons une décision, nous sommes plus ou moins confiants d'avoir eu raison. Les...
Entre juillet et septembre, l’omniprésence des guêpes qui tournoient autour des assiettes et...
Bien que les processus oncogéniques à l’origine des cancers soient omniprésents chez les...
Comprendre la composition des disques proto-planétaires qui accompagnent systématiquement la...
Des chercheurs ont découvert un nouveau complexe enzymatique qui reprogramme le métabolisme et...
L’immunité innée, qui forme la première ligne de défense contre les infections, repose sur...
Des chercheurs ont mis au point un algorithme afin d'extraire des informations codées dans les...
Les galaxies sont capables de recevoir et d’échanger de la matière avec leur environnement...
Des huîtres aux nanoplastiques ? Ce n’est pas encore à votre menu, mais une étude conclut que...
Un article qui vient de paraître dans l'International Journal of Molecular Sciences vient...
Présent dans plus de 25 % des produits pharmaceutiques et 40% des produits agrochimiques, le fluor...
Le procédé mis au point par des chercheurs de l'Irig ouvre la voie à la production rapide de...
Est-il vrai que l'huile essentielle de lavande peut devenir un perturbateur endocrinien ? Des...
Une équipe d’astronomes, incluant le Centre de Recherche Astrophysique de Lyon (CRAL), a...
Chaque hiver, des milliers de carcasses d’oiseaux marins sont découvertes très amaigries sur...
La chaîne alimentaire devait être moins compliquée il y a 500 millions d’années, une époque...
Les polyhydroxyalcanoates sont des polymères naturels et biodégradables qui représentent une...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales