Posté par Adrien le Vendredi 15/03/2019 à 08:00
Les sons "f" et "v" seraient apparus récemment, grâce à des changements alimentaires
Certaines consonnes comme le "f" et le "v" sont des ajouts récents aux langues, selon une équipe internationale dirigée par l’Université de Zurich et comprenant un chercheur du laboratoire Dynamique du langage (CNRS/Université Lumière Lyon 2). Ces nouveautés auraient été rendues possibles par les modifications de notre mâchoire et de notre denture suite à la naissance de l’agriculture et l’adoption d’un régime contenant moins d’aliments durs. Cette étude, publiée dans Science le 15 mars 2019, contredit une théorie selon laquelle la diversité phonétique des langues humaines serait restée fixe depuis l’émergence de notre espèce il y a 300 000 ans.

La parole humaine utilise une palette incroyablement riche, avec près de 900 sons différents. Certaines langues n’utilisent qu’une dizaine de ces sons, d’autres plus d’une centaine. En 1985, le linguiste Charles Hockett avait remarqué que les langues utilisant les consonnes labiodentales (produites avec la lèvre inférieure contre les dents supérieures), telles [f] et [v], sont souvent parlées dans des sociétés ayant accès à des aliments mous. Une équipe de chercheurs basés en Suisse, à Singapour, aux Pays-Bas et en France, plutôt sceptique, a souhaité examiner cette hypothèse avec les outils du 21e siècle.

Un changement dans l’occlusion dentaire, provoqué par l’adoption d’un régime alimentaire moins dur, après les débuts de l’agriculture, serait à l’origine de la propagation d’un nouveau type de sons de la parole, aujourd’hui présents dans 50 % des langues du monde: les "labiodentales".

En haut (a), à gauche: représentation schématique d’une occlusion dentaire où les incisives supérieures ont une légère proéminence vers l’extérieur de la bouche, accompagnée d’une légère rétrognathie de la mâchoire inférieure - ce type est plutôt caractéristique d’une alimentation post-Néolithique (mais aussi de l’enfance) ; à droite, un "stop frame" du modèle biomécanique de la prononciation d’un son "labiodental" (comme [f] ou [v]).

En bas (b): même conventions qu’en haut, mais pour une occlusion dentaire bord-à-bord, plutôt caractéristique d’une alimentation plus dure, nécessitant une forte mastication, qu’on peut trouver avant l’émergence de l’agriculture et des technologies de préparation des aliments.

© Scott R. Moisik / Tímea Bodogán / Dan Dediu.

En utilisant des bases de données sur l’utilisation des labiodentales et le type de production alimentaire, ils ont d’abord pu vérifier que cette corrélation existe bel et bien, et qu’elle est statistiquement significative. Chez des populations qui vivaient encore récemment comme des chasseurs-cueilleurs, comme, par exemple, au Groenland, en Afrique du Sud et en Australie, les sons [v] et [f] sont quasi-inexistants (à l’exception d’imports assez récents d’autres langues comme le danois, l’afrikaans ou l’anglais).

Ils ont ensuite développé un modèle biomécanique afin de calculer la force musculaire nécessaire pour produire ces consonnes, chez des Homo sapiens du Paléolithique ou d’aujourd’hui. Jusqu’au début du Néolithique et la naissance de l’agriculture, le régime alimentaire de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs nécessitait une forte mastication qui provoquait une érosion dentaire et une modification de la denture de sorte que leurs incisives se touchaient parfaitement bord-à-bord. Avec le développement de l’agriculture et de technologies comme la meule, les humains modernes ont conservé à l’âge adulte une occlusion dentaire de type juvénile, où les incisives supérieures sont décalées vers l’extérieur de la bouche, la mâchoire inférieure étant légèrement en retrait. Dans ces conditions, les consonnes labiodentales sont prononcées plus facilement, nécessitant une moindre force musculaire.

Enfin, en reconstruisant l’histoire et la diffusion de ces sons dans la généalogie des langues indo-européennes, les chercheurs suggèrent qu’en Europe, l’utilisation de labiodentales n’a augmenté de manière spectaculaire qu’au cours des deux ou trois derniers millénaires, en lien avec l’essor des technologies de préparation des aliments.

Cette étude révèle donc que le langage peut être façonné par des changements biologiques induits culturellement. Elle ouvre la voie à d’autres recherches qui permettront aux linguistes de reconstituer les sons des langues parlées il y a des milliers d'années. Si César a probablement prononcé "veni, vidi, vici" plutôt que "oueni, ouidi, ouici", la prononciation d'autres langues plus anciennes et moins documentées est bien plus incertaine !

Bibliographie

Human sound systems are shaped by post-Neolithic changes in bite configuration. Damián E. Blasi, Steven Moran, Scott R. Moisik, Paul Widmer, Dan Dediu, Balthasar Bickel. Science, le 15 janvier 2019. DOI: 10.1126/science.aav3218
Dernières news
Les échinodermes, parmi lesquels on compte les oursins, étoiles de mers, concombres de mers, ophiures et lys de mer sont probablement l'un des groupes les plus...
Nougat, l’insert supraconducteur à haute température critique (SHT), fruit d’une collaboration CEA-CNRS, a atteint un champ magnétique central de 32,5 teslas...
Des chercheurs de l’UNIGE ont découvert que des bactéries parvenaient à survivre dans des sédiments de la Mer Morte à plus de 400 mètres de profondeur, malgré...
En 2016 des scientifiques du CNRS ont démontré que le blob (Physarum polycephalum), un organisme unicellulaire dépourvu de système nerveux, pouvait apprendre à ne...
La collaboration STEREO, à laquelle sont associés le LPSC à Grenoble et le LAPP à Annecy, a présenté ses derniers résultats fin mars lors des Rencontres de...
Dans le cadre d'un projet collaboratif Horizon 2020 FET-OPEN (INITIO), des scientifiques de toute l'Europe unissent leurs efforts pour mettre au point des "nez...
Une équipe d’astronomes dirigée par l’UNIGE a découvert cinq nouvelles planètes dont les périodes de révolution se situent entre 15 et 40 ans. Il aura fallu 20...
Le développement de matériaux verts performants est une préoccupation majeure de notre société pour faire face à l’épuisement des ressources fossiles. Pour la...
Des chercheurs de l’UNIGE ont découvert qu’une personne a davantage confiance en ses choix et les exécute plus vite lorsqu’elle poursuit des récompenses, mais...
Dans le cadre d'un grand projet de l'Union européenne, des experts de 14 institutions de dix pays européens ont passé trois ans à scruter la glace antarctique, à la...
En combinant des méthodes expérimentales de pointe (spectroscopie en rayonnement synchrotron), des chercheurs de l’Institut de minéralogie, de physique des...
Une équipe de scientifiques européens a créé un appareil qui, à l’image des plantes, permet de convertir le CO2, l’eau et la lumière du soleil en carburants et...
Contrairement aux jeunes de 10 à 19 ans, les moins de 10 ans ne profitent pas de l'immunisation induite par la pandémie de grippe H1N1 de 2009. De plus, les enfants...
Des chercheurs de notre institut s’intéressent aux effets de nanoparticules de TiO2 sur des modèles in vitro de cellules épithéliales intestinales. Ils soulignent...
Le géographe Jared Diamond a qualifié de "single most astonishing fact of human geography" le fait que les îles proches de la côte est-africaine (Madagascar et les...
Inscrire et relire des informations avec la plus grande densité de stockage possible est un enjeu permanent pour les données numériques. Dans ce travail, une nouvelle...
Les hémisphères gauche et droit du cerveau sont chacun responsables de fonctions particulières, comme par exemple le langage qui est localisé à gauche pour près de...
Il est maintenant largement accepté que les hommes anatomiquement modernes se sont hybridés avec leurs parents proches, les Néandertaliens et les Dénisoviens, lors...
Grâce à son expertise dans la réalisation de transistors cryogéniques à haute mobilité électronique, une équipe du C2N a permis à une équipe néerlandaise...
Une équipe internationale menée par des chercheurs du Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique (LESIA, CNRS/Observatoire de Paris -...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales