Posté par Adrien le Jeudi 14/10/2021 à 09:00

Signaux radio d’étoiles naines détectés: indicateurs de planètes cachées ?

Grâce au radiotélescope géant européen LOFAR, une équipe internationale comprenant des chercheurs de l’Observatoire de Paris - PSL, a découvert des étoiles naines qui émettent des ondes radio basses fréquences de manière inattendue, ce qui pourrait indiquer l’existence de planètes cachées. Ces travaux ont été publiés le 11 octobre 2021 dans la revue Nature Astronomy.

Une équipe scientifique internationale menée par J. Callingham (Université de Leyde) a découvert des émissions radio cohérentes polarisées, aussi qualifiées d’“aurorales”, en provenance de 19 étoiles naines proches, localisées à moins de 170 années-lumière. Les étoiles naines sontles plus communes et les moins chaudes de notre Galaxie.

Vue d’artiste d’une naine rouge en possible interaction magnétique avec une planète géante, qui pourrait expliquer certaines des détections radio présentées dans l’article. C. Carter / KISS 2016.

Si la plupart de ces émissions radio sont probablement liées à l’activité magnétique et coronale propre à ces étoiles, certaines autres pourraient être le fruit d’interactions magnétiques entre ces étoiles et leurs exoplanètes.

Ces signaux ont été détectés dans le "survey" du ciel de l’hémisphère nord réalisé ces dernières années par le radiotélescope Low Frequency Array (LOFAR) qui est le plus puissant du monde aux longueurs d’ondes de 1 à 3 mètres.

Plus exactement, il s’agit de signaux provenant de 19 étoiles naines rouges, dont quatre pourraient s’expliquer par l’existence de planètes en orbite autour d’elles. Ces détections viennent compléter les résultats récemment obtenus avec LOFAR en 2020 sur la détection d’un signal en provenance de la naine rougeGJ1151, et du système de Tau-Boötes.

Nous savons depuis longtemps que les planètes de notre propre Système solaire émettent de puissantes ondes radio lorsque leurs champs magnétiques interagissent avec le vent solaire. Ce même processus est à l’origine des magnifiques aurores que nous voyons aux pôles de la Terre. Cependant, seul LOFAR fournit aujourd’hui la sensibilité nécessaire pour détecter des émissions aurorales en dehors de notre Système solaire. C’est un outil très puissant pour aider à trouver des planètes en dehors de notre Système solaire et à déterminer leurs champs magnétiques.

Un nouveau mode de détection des exoplanètes

Philippe Zarka, astrophysicien à l’Observatoire de Paris - PSL au Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique et coauteur de l’article, a prédit dès 2001 l’existence de connexions magnétiques entre des étoiles et leurs exoplanètes en orbites serrées, analogues "géants" de l’interaction que l’on connaît déjà entre Jupiter et sa lune Io, génératrice de puissantes ondes radio.

Dans cette nouvelle étude, le modèle proposé pour expliquer les émissions radio en provenance de quelques-unes des étoiles naines détectées (celles qui ne montrent pas d’éruptions en lumière visible) est une version encore plus puissante du couple Jupiter - Io: ici l’exoplanète est enveloppée dans le champ magnétique de son étoile, alimentant en particules accélérées de vastes courants qui donnent naissance, de la même manière, aux aurores lumineuses radio près de l’étoile.

L’équipe scientifique tente à présent, à l’aide de télescopes optiques, de mettre directement en évidence la présence des planètes autour de l’étoile et recherche une périodicité dans le jeu de nouvelles données recueillies par LOFAR.

À cette quête, les équipes de l’Observatoire de Paris - PSL contribuent aussi dorénavant de manière originale en utilisant le radiotélescope NenuFAR, implanté sur la station de radioastronomie de Nançay, dans le même but, mais à des fréquences encore plus basses.

Les découvertes réalisées avec LOFAR ne sont qu’un début, mais le télescope n’a la capacité de détecter que les étoiles relativement proches, situées jusqu’à environ 200 années-lumière. Avec le radiotélescope Square Kilometre Array de nouvelle génération qui sera mis en service en 2029, l’équipe prévoit qu’elle sera en mesure de détecter des centaines d’étoiles à des distances beaucoup plus grandes.

Ces travaux montrent que la radioastronomie est sur le point de révolutionner notre compréhension de l’environnement électrique et magnétique des planètes situées en dehors de notre Système solaire.

Référence:
Les détections radio ont été publiées dans la revue Nature Astronomy, dans un article intitulé "The population of M dwarfs observed at low radio frequencies", Callingham et al.
DOI: 10.1038/s41550-021-01483-0URL: https://www.nature.com/articles/s41550-021-01483-0 )
Dernières actualités
De nombreuses pathologies du système nerveux central, comme l’autisme, la maladie de Parkinson,...
Août 2021: puissants séismes en Haïti et en Alaska ; septembre: le Mexique et l’Australie...
Tout comme nous acquérons des provisions de nourriture ou des piles de rechange, les bactéries...
Le développement de muscles artificiels ou autres systèmes actionnables repose sur...
A la rencontre des 42: L’ESO publie les clichés de certains des astéroïdes les plus...
La demande pour le charbon -de loin le plus polluant des carburants- connaît une hausse rapide, et...
La planète Vénus peut être considérée comme la jumelle maléfique de la Terre. À première...
Plusieurs rumeurs ont circulé à propos des effets qu’aurait le vaccin sur la fertilité...
Lutter contre l’extinction des espèces est une nécessité afin d’assurer la pérennité du...
Pour extraire les charges électriques produites dans les cellules photovoltaïques, on emploie une...
Les amateurs d’astronomie ont eu une rare occasion de parler de la planète Mercure au début du...
Les montagnes d'Oman sont formées d'un lambeau de plaque tectonique océanique, posé sur le...
Un traceur miniature avec une colle biotechnologique a été développé pour explorer par...
Relier les propriétés lumineuses et la structure d'un matériau à l'échelle du nanomètre donne...
Grâce au radiotélescope géant européen LOFAR, une équipe internationale comprenant des...
Avec la COVID, la vente d’antimicrobiens a grimpé en flèche et, avec elle, les préoccupations...
NLRP3 est un senseur de stress cellulaire participant à la détection des infections et la mise en...
Une équipe scientifique internationale vient de mettre au point une nouvelle méthode d’analyse...
Les huîtres seraient un repas de choix pour les amoureux qui souhaitent pimenter leur vie...
En combinant lasers de puissance et champs magnétiques intenses, des chercheurs sont parvenus,...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales