Posté par Adrien le Mercredi 09/10/2019 à 08:00
Une seule humanité, plusieurs origines africaines
Dans un article publié lundi 25 Septembre 2019 dans Nature Ecology & Evolution, des chercheurs soutiennent que notre passé évolutif doit être compris comme le résultat de changements dynamiques dans la connectivité, ou les flux de gènes, entre des populations humaines anciennes dispersées sur l’ensemble du continent africain. Ils remettent en cause l’idée de berceau de l’humanité localisé dans une région particulière. Par ailleurs, ils notent que considérer les populations humaines passées comme une succession de branches discrètes sur un arbre évolutif sans considérer cette dynamique de connectivité peut être trompeur. Ces modèles d’arbres sont potentiellement illusoires car ils réduisent l'histoire évolutive humaine à une série de «temps de séparation» dont la signification est discutable.


Cette carte représente la distribution de la diversité génétique humaine à travers les différents continents. La carte a été réalisée de telle manière que les pays pour lesquels des données génétiques existaient voient leur taille représentée en fonction de leur diversité génétique. Plus un pays est grand par rapport à sa surface réelle, plus il abrite de diversité génétique. Cette carte montre de manière assez nette que la diversité génétique humaine se trouve principalement en Afrique. Par ailleurs le code couleur permet de représenter les estimations publiées des contributions néandertaliennes ou denisoviennes au génome humain. On notera que même dans les régions les plus affectées par une potentielle contribution néandertalienne ou denisovienne, cette contribution est inférieure à 8 %.
© James Cheshire et Mark Thomas.

L'article paru dans Nature Ecology and Evolution, est le résultat d'une collaboration entre trois chercheurs: Lounès Chikhi Directeur de Recherche CNRS dans le laboratoire Evolution et Diversité Biologique (EDB - CNRS/Univ. Toulouse III Paul Sabatier/IRD), et Responsable d'un groupe de recherche à l'Instituto Gulbenkian de Ciência, Mark Thomas Professeur de Génétique à University College London et de l'archéologue Eleanor Scerri de l'Institut Max Planck de Jena pour les sciences de l'homme. Ces chercheurs affirment que la recherche d'un lieu d'origine unique de l'espèce humaine dans une région particulière d’Afrique est une entreprise futile et trompeuse. Par ailleurs, considérer les populations humaines du passé comme la succession de branches divergeant les unes des autres à partir d’un arbre évolutif comportant un tronc central et “ originel ” peut être trompeur. En effet, cette vision réduit l'histoire humaine à une série de "temps de séparation” dont la signification n’est pas toujours claire.

Pendant des décennies, les débats sur l'origine de l'espèce humaine ont souvent été basés sur deux modèles:
1- le multi-régionalisme classique, qui suppose une origine ancienne des populations de l'Ancien Monde (Eurasie et Afrique) et met l'accent sur la continuité régionale sur des périodes de l’ordre de deux millions d'années ;
2- le modèle “Recent Out of Africa" suggère une origine récente (de l’ordre de 100 000 ans) de l’ensemble de l’humanité à partir d'une seule région d'Afrique, le célèbre berceau de l'humanité, souvent localisé en Afrique orientale ou australe.

Selon Lounes Chikhi, en ré-examinant la question de la diversité humaine actuelle à travers des changements dynamiques de la connectivité entre populations anciennes - en considérant l’espèce humaine comme une métapopulation - l'interprétation des données génétiques peut changer radicalement. Au lieu d'une série de divisions de populations qui se ramifient à partir d’un tronc ancestral, un modèle qui considère les changements de connectivité entre différentes populations humaines au fil du temps semble une hypothèse plus raisonnable. Par ailleurs, ce type de modèle semble expliquer différents résultats obtenus ces dernières années à partir de données génomiques, résultats qui ne sont pas expliqués par les modèles alternatifs actuels. Une métapopulation est exactement le type de modèle dans lequel on s'attendrait à ce que les individus bougent, colonisent de nouvelles régions, disparaissent ou se mélangent avec d’autres populations sur de longues périodes et de grandes zones géographiques. Aujourd'hui, il n’est pas possible d’identifier objectivement cette zone géographique uniquement à partir de données génétiques, mais des données provenant d'autres disciplines suggèrent que le continent africain représente l'échelle géographique la plus probable et la plus intéressante. Le modèle sur lequel s'appuient les auteurs de cet article est en accord avec les données fossiles, génétiques, paléo-climatologiques et archéologiques.

La communauté scientifique a ainsi les moyens d’aborder des problèmes complexes dans les études sur l’évolution humaine qui n’ont pas pu être résolus jusqu’à présent. Les chercheurs disposent maintenant de nombreuses données génétiques, archéologiques, et fossiles, et comprennent mieux comment le climat et l'environnement du passé ont affecté les espèces africaines. Désormais, les anciens modèles limitent les progrès de la compréhension du passé.

Les auteurs de cette étude reconnaissent que le passé était un lieu complexe et difficile à comprendre et que les anciens modèles, bien que globalement problématiques, ont été utiles pour comprendre ce passé lacunaire qui nous fascine. Les modèles peuvent être très utiles même lorsqu'ils sont profondément erronés, mais lorsqu'ils prennent le pas sur les données, ils peuvent limiter le progrès.

Pour Mark Thomas, co-auteur de l’étude, sachant que nous sommes une espèce africaine, beaucoup ont été amenés à poser la question de l’origine géographique en demandant d’où nous venons en Afrique. Mais lorsque les modèles actuels de génétique des populations entrent en considération et que les connaissances sur les fossiles, les outils et les climats anciens sont intégrées, la notion de "région unique" pose problème. Il devient alors nécessaire de commencer à penser différemment.

Salon Eleanor Scerri (Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine), il est possible de voir des fossiles humains anciens et variables venant de régions differentes, de très vieilles lignées génétiques et un changement panafricain de technologies et de cultures matérielles reflétant des connaissances avancées, telles que de nouvelles innovations techniques et sociales sur l’ensemble du continent. En d’autres termes, les chercheurs observent exactement ce que l’on attendrait d’un patchwork dynamique et interconnecté de populations plus ou moins isolées les unes des autres.

Lounès Chikhi continue à travailler sur ces questions en collaborant avec des mathématiciens de l'Université de Toulouse pour mieux comprendre les propriétés des modèles de métapopulations et leurs conséquences sur la diversité génétique des populations. L'un des objectifs de ces recherches est de développer des méthodes qui permettraient aux généticiens de mieux interpréter les données génomiques obtenues à partir de populations actuelles ou ancestrales grâce à un ADN ancien extrait de fossiles tels que les Néandertaliens et d'autres hominidés.

Il reste encore beaucoup à faire et à comprendre sur les relations que nos ancêtres ont entretenues entre eux et avec d’autres populations du Vieux Monde.

Référence
Eleanor M. L. Scerri, Lounès Chikhi and Mark G. Thomas (2019) Beyond multiregional and simple out-of-Africa models of human evolution, Nature, Ecology & Evolution, 3, 1370-1372.
Dernières news
Un groupe international de 46 scientifiques publie dans la revue Science un texte appelant à la prudence quant à une étude, parue en juillet dans cette même revue,...
Dans la course aux armements entre les bactériophages et leurs proies, les protéines virales anti-CRISPR inactivent l’immunité bactérienne CRISPR-Cas9. En...
Des données d'une portée sans précédent suggèrent que tous les systèmes vivants suivent la même loi de croissance. Voir aussi notre précédent article sur le...
En identifiant une protéine clé dans la régulation du glucose et des lipides dans le sang, des chercheurs de l’UNIGE espèrent le développement rapide de...
La vue d’un bon repas a un effet très différent selon que l’on soit affamé ou que l’on vienne de manger copieusement. La prise en compte de l’état...
De nouvelles nano-entités bio-organiques en forme d’étoiles, baptisées "Aster Like Nanoparticle" (ALN) ont été découvertes dans des systèmes aquatiques par des...
La campagne ballons Strato-Science 2019, démarrée mi-août, s’est avérée être un franc succès. Les quatre vols de ballons stratosphériques ouverts (BSO)...
Des physiciens de l’UNIGE ont découvert une nouvelle propriété quantique: en plaçant trois paires de photons en réseau, il est possible de les intriquer entre eux...
Les espèces n’ont pas beaucoup d’options face au changement climatique: elles peuvent s’adapter de façon génétique aux nouvelles conditions (évolution), ou se...
Le cyberespace est un lieu de recherche et de partage par excellence. Toutefois, il réserve quelques surprises aux personnes utilisatrices, soit 57 % de la population...
L’intestin doit-il sa forme allongée à la génétique ? Des chercheurs du laboratoire Matière et systèmes complexes ont cultivé des intestins miniatures et...
Jusqu'à présent, l'exploitation du petit gibier par les Néandertaliens était encore considérée comme anecdotique ou occasionnelle. L'analyse des restes de lapins...
À cause de leur évanescence, la dynamique des anneaux de fluide et de tourbillons reste encore mal comprise. Des chercheurs du laboratoire Matière et systèmes...
Des chercheurs des universités de Genève et de Lyon ont découvert une molécule responsable de la nécrose des tissus en cas d’infarctus, et comment réduire de 30%...
Des chercheurs de l’Inra et du CNRS viennent de montrer pour la première fois que la pollinisation par les abeilles surpassait l’utilisation de produits...
Une équipe internationale dirigée par des chercheurs du Département d'Astrophysique (DAp) du CEA-Paris Saclay vient pour la première fois de sonder en détail les...
Dans le cerveau, le réseau du "mode par défaut" est celui qui s’active quand on laisse libre cours à ses pensées. Les régions cérébrales qui s’activent de...
La nature aide l’humain à bien des égards, souvent à très petite échelle. C’est l’abeille sauvage qui traverse une ferme et pollinise au passage quelques...
La Plateforme Hydrogène, dont la vocation est de réaliser des travaux de recherche sur les utilisations et la production de l’hydrogène et d’accompagner les...
Les chercheurs ont découvert la signification biologique du centrage du noyau en fin de phase de croissance ovocytaire chez la souris. En effet, le réseau d’actine...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales