Posté par Isabelle le Mardi 05/11/2019 à 14:00
Rôle de la glycine excitatrice dans le contrôle de l'adaptation émotionnelle à l'environnement
Les chercheurs montrent le rôle physiologique d’un récepteur synaptique excitateur activé uniquement par la glycine, neurotransmetteur connu jusqu’à présent pour son rôle inhibiteur. Son élimination de l’habénula médiale, une petite région cérébrale régulant l’anxiété et la peur, empêche le développement d’aversion pour des conditions environnementales nocives. Ces travaux, contribuant à mieux cerner les mécanismes de l’adaptation à l’environnement, sont publiés dans la revue Science.

Figure: La glycine est excitatrice dans l’habénula médiale (MHb). La glycine augmente la fréquence des potentiels d’action neuronaux spontanés dans les tranches d’une souris contrôle (trace noire), mais non d’une souris déficitaire pour la sous-unité GluN3A des récepteurs NMDA (trace rouge). Des récepteurs sensibles à la glycine et formés de la sous-unité GluN3A produisent donc l’effet excitateur du neurotransmetteur dans la MHb.
© Marco Diana

Les cellules du système nerveux central, les neurones, communiquent à travers des jonctions spécialisées appelées synapses. Aux synapses, les molécules de neurotransmetteur libérées par les neurones présynaptiques génèrent un signal électrique lorsqu’elles se lient à des complexes protéiques membranaires postsynaptiques, les récepteurs, typiquement formés de plusieurs sous-unités. Dans le cerveau, il existe plusieurs neurotransmetteurs, chacun reconnu par des récepteurs spécifiques. Les neurotransmetteurs excitateurs comme le glutamate et l’acétylcholine produisent une augmentation de l’activité des cellules postsynaptiques. Au contraire, les neurotransmetteurs inhibiteurs comme la glycine et l’acide γ-aminobutyrique (ou GABA) réduisent l’efficacité de la propagation des signaux électriques.

Une loi non écrite de la neurobiologie, valable dans la plupart des structures cérébrales, prévoit que l’effet des neurotransmetteurs inhibiteurs et excitateurs soit non échangeable, mais, en exception à cette "loi", la glycine constitue un cas très particulier.

La glycine est le neurotransmetteur inhibiteur le plus important dans le cerveau postérieur et dans la moelle épinière. Néanmoins, elle joue également un rôle majeur dans l’activation d’un des principaux groupes de récepteurs synaptiques excitateurs, les récepteurs au glutamate de type NMDA (acide N-méthyl-D-aspartique). Dans ce cas la glycine agit en synergie avec le glutamate. Ces récepteurs au glutamate sont formés de deux groupes distincts de sous-unités, les sous-unités GluN1, qui lient la glycine, et les sous-unités GluN2, qui lient le glutamate. La liaison entre la glycine et les sous-unités GluN1 est une condition nécessaire, mais non suffisante, à l’activation de ces récepteurs. Ceux-ci sont ubiquitaires dans le cerveau et leurs rôles physiologiques et leur importance dans plusieurs pathologies cérébrales ont été largement décrites.

Depuis environ deux décennies il est connu que la glycine se lie aussi avec deux sous-unités NMDA non conventionnelles et très peu caractérisées, GluN3A et GluN3B. La sous-unité GluN3B est exprimée principalement dans les motoneurones de la moelle épinière. L’expression de GluN3A est au contraire ubiquitaire mais il est généralement considéré que cette sous-unité n’est exprimée que transitoirement pendant les stades préliminaires du développement.

D’un point de vue physiologique, GluN3A et GluN3B génèrent deux types de récepteurs NMDA. D’une part des récepteurs trihétéromériques, (GluN1/GluN2/GluN3A ou GluN1/GluN2/GluN3B) qui lient le glutamate et la glycine et stabilisent la plasticité synaptique dans le cerveau juvénile. D’autre part, des récepteurs dihétéromériques (GluN1/GluN3A ou GluN1/GluN3B) qui ont la particularité d’être exclusivement activés par la glycine mais qui, jusqu’à ce jour, n’avaient été détectée que dans des cellules en culture, ce qui avait conduit à les considérer comme des artéfacts des systèmes d’expression.

Dans cette étude, les chercheurs ont montré chez des souris adultes que les récepteurs GluN1/GluN3A sont exprimés et fonctionnels dans l’habénula médiale, une région du cerveau antérieur qui est impliquée dans la régulation des états anxieux et de peur, ainsi que dans l’expression des symptômes physiologiques associés au sevrage de la dépendance aux drogues. Ils ont également montré que la glycine qui active ces récepteurs n’aurait pas une origine synaptique mais proviendrait des cellules gliales qui constituent le deuxième grand groupe de cellules du cerveau. Différents tests comportementaux ont permis de mettre en évidence l’importance fonctionnelle de ces récepteurs. Ainsi des souris déficitaires pour la sous-unité GluN3A dans l’habénula médiale montrent non seulement une légère augmentation d’anxiété, mais sont surtout incapables d’associer des états émotionnels négatifs avec des conditions environnementales nocives. La pleine fonctionnalité des récepteurs GluN1/GluN3A dans l’habénula médiale semble donc être essentielle pour que les souris puissent modifier leur état intérieur dans un contexte d’évènements potentiellement dangereux. Ces résultats ouvrent donc la voie à une meilleure connaissance des mécanismes cérébraux gouvernant les capacités d’adaptation à l’environnement.

Pour en savoir plus:
Control of aversion by glycine-gated GluN1/GluN3A NMDA receptors in the adult medial habenula.
Otsu Y, Darcq E, Pietrajtis K, Mátyás F, Schwartz E, Bessaih T, Abi Gerges S, Rousseau CV, Grand T, Dieudonné S, Paoletti P, Acsády L, Agulhon C, Kieffer BL, Diana MA.
Science. 2019 Oct 11;366(6462):250-254. DOI: 10.1126/science.aax1522.

Contact chercheu:
Marco Diana - Chercheur CNRS à IBPS-Neuroscience Paris Seine - (CNRS/ Sorbonne Université/Inserm)
marco.diana at upmc.fr
Dernières news
Un mécanisme original d’adaptation à la vie dans le désert vient d’être mis en évidence chez la bactérie Ramlibacter tataouinensis. Cette bactérie non...
Méthode d’analyse très utile en immunologie, la cytométrie de masse fait appel à des sondes qui sont des anticorps, couplés à différents isotopes métalliques,...
Une signature exotique dans la rémanence du Big Bang discrimine nombre de théories récentes décrivant l’univers primordial L’inflation cosmologique, une époque...
Lorsqu’on prend des décisions au sein d’un groupe, les conséquences de notre propre choix dépendent aussi souvent de ce qu’on pense des décisions potentielles...
Les sursauts gamma sont des émissions très brèves et extrêmement énergétiques qui accompagnent des cataclysmes astrophsyiques comme la mort d'une étoile massive....
Vendredi 22 novembre, Ariane 5 s’élancera depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG), port spatial de l’Europe, pour mettre en orbite deux satellites de...
Polymères à base d’acides aminés, les polypeptides sont des briques macromoléculaires qui peuvent former des nanoparticules biocompatibles et biodégradables....
Des chercheurs de l'Irig ont caractérisé un peptide d’origine naturelle aux propriétés antibiotiques efficaces. Alors que les bactéries pathogènes résistent de...
Patrick Hennebelle du Département d'astrophysique de l’Irfu va diriger une équipe de recherche internationale qui vient de recevoir une subvention ERC Synergy. Le...
Dans une étude publiée dans la revue PLOS Pathogens, les chercheurs ont observé que les bactéries Escherichia coli associées à la maladie de Crohn enclenchent de...
La collaboration BASE rapporte la première recherche en laboratoire d'une interaction entre l'antimatière et une particule candidate à la matière noire. La nature...
Une synthèse des rapports de l’IPBES, le GIEC de la biodiversité, réalisée par une équipe internationale de plus de 30 scientifiques dont Sandra Lavorel...
Le réseau terrestre de télescopes optiques, étroitement associé à l'observatoire spatial franco-chinois Svom, a démontré sa capacité à suivre la contrepartie...
De nouveaux résultats issus de la mission Tara Oceans, portée par une collaboration entre la Fondation Tara Océan et des scientifiques du CNRS, de l’EMBL, du CEA,...
Une équipe internationale pilotée par l'Irfu a sondé les enveloppes de poussières autour d'étoiles encore en formation et observé des grains de taille...
Un consortium international, dont l'UNIGE, a pour la première fois étudié de manière systématique le génome du parasite Plasmodium, responsable du paludisme,...
Les modèles de physique ne parviennent pas à simuler la production d’antineutrinos des réacteurs nucléaires. Ce contretemps mis en lumière il y a 8 ans a fait...
La symbiose microbienne est très répandue chez les animaux et elle joue un rôle clé dans l’écologie et l’évolution des espèces. Toutefois, les interactions...
Grâce à un scanner à comptage de photons développé par des ingénieurs et des physiciens, des biologistes ont pu suivre pendant plusieurs mois la croissance...
Comment le carbone continental migre-t-il dans l'océan ? Une collaboration internationale et pluridisciplinaire, pilotée par le LSCE, apporte une réponse étonnante...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales