Posté par Redbran le Mardi 14/05/2019 à 14:00
Retour aux sources de la diversité neuronale
En décryptant les programmes génétiques des neurones du cortex cérébral, des chercheurs suisses et belges expliquent les mécanismes contrôlant la genèse des cellules de l’une des parties les plus essentielles de notre cerveau.

Cellules progénitrices (en rouge) se divisant pour donner naissance à des cellules neuronales filles (en vert). © UNIGE - Laboratoire Jabaudon


Le cortex est une région cérébrale complexe qui nous permet de percevoir le monde et d’interagir avec les objets et les êtres qui nous entourent. La diversité des tâches qu’il peut accomplir est reflétée par la diversité des neurones qui le composent: plusieurs dizaines de types de cellules aux fonctions distinctes s’assemblent au cours du développement pour former les innombrables circuits à l’origine de nos pensées et de nos actions. Ces neurones naissent dans l’embryon à partir de cellules souches progénitrices, qui se divisent et produisent l’un après l’autre ces différents neurones. Mais comment ces progéniteurs parviennent-ils à générer des types de neurones précis au bon endroit et au bon moment ? En identifiant les scénarios génétiques à l’oeuvre, des chercheurs des universités de Genève (UNIGE), Lausanne (UNIL) et Liège (ULiège) lèvent le voile sur la conception des cellules qui constituent les circuits du cerveau. Ces résultats, à découvrir dans la revue Science, apportent aussi un élément supplémentaire à la compréhension de l’origine des troubles neuro-développementaux.

Le cortex est une région cérébrale complexe qui nous permet de percevoir le monde et d’interagir avec les objets et les êtres qui nous entourent. La diversité des tâches qu’il peut accomplir est reflétée par la diversité des neurones qui le composent: plusieurs dizaines de types de cellules aux fonctions distinctes s’assemblent au cours du développement pour former les innombrables circuits à l’origine de nos pensées et de nos actions. Ces neurones naissent dans l’embryon à partir de cellules souches progénitrices, qui se divisent et produisent l’un après l’autre ces différents neurones. Mais comment ces progéniteurs parviennent-ils à générer des types de neurones précis au bon endroit et au bon moment ? En identifiant les scénarios génétiques à l’oeuvre, des chercheurs des universités de Genève (UNIGE), Lausanne (UNIL) et Liège (ULiège) lèvent le voile sur la conception des cellules qui constituent les circuits du cerveau. Ces résultats, à découvrir dans la revue Science, apportent aussi un élément supplémentaire à la compréhension de l’origine des troubles neuro-développementaux.

Au cours de l’embryogénèse, les différents types de neurones sont générés par des cellules souches progénitrices présentes dans les profondeurs du cerveau; ces neurones s’assemblent ensuite pour former des circuits contrôlant le mouvement ou la perception. «Nous nous étions déjà penchés sur les propriétés bioélectriques des progéniteurs afin de décrypter ce processus fin de différenciation cellulaire. Mais qu’en est-il de la génétique ? Quels gènes contrôlent ce délicat équilibre entre programmes innés et acquis ? C’est ce que nous avons voulu comprendre ici», explique Denis Jabaudon, professeur au Département des neurosciences fondamentales de la Faculté de médecine de l’UNIGE, qui a dirigé ces travaux. En effet, les neurones nouveau-nés héritent non seulement du matériel génétique de leur cellule «mère», mais développent également leurs propres programmes génétiques en interaction avec l’environnement, au cours d’un processus de maturation aboutissant in fine à un raccordement en circuits fonctionnels.

Des schémas temporels précis

Avec Ludovic Telley, professeur à la Faculté de médecine et biologie de l’UNIL et Gulistan Agirman, doctorante au GIGA-Stem Cells à l’Université de Liège, Denis Jabaudon et son équipe ont suivi pas à pas les gènes exprimés par des générations successives des progéniteurs et par leurs cellules filles, avec une résolution temporelle très haute. Tirant profit d’une technologie développée à l’UNIGE permettant d’isoler les cellules corticales nées à un moment donné, les chercheurs ont pu reconstituer le scénario génétique par lequel les progéniteurs donnent naissance aux neurones de types différents au cours du temps.

«Nous avons ensuite mis au point des algorithmes mathématiques afin de reconstituer la genèse des neurones, indique Ludovic Telley. Et nous avons observé le rôle essentiel de certains gènes transmis par les cellules progénitrices mères.» En effet, si, tout au début, les progéniteurs sont peu sensibles aux signaux environnementaux, ils le deviennent de plus en plus avec le temps. Ces schémas temporels d’expression des gènes sont ensuite transmis par les progéniteurs à leur descendance neuronale. «Pour preuve, en modifiant artificiellement ces marques temporelles dans les progéniteurs, nous sommes parvenus à changer l’identité des neurones filles et à accélérer la vitesse du scénario développemental», ajoute Gulistan Agirman.

A l’origine des troubles neuro-développementaux ?

Ces études, effectuées sur la base d’un modèle murin, s’appliquent également à l’être humain: en étudiant des données biologiques humaines, l’équipe a en effet pu montrer que les marques temporelles et leur mécanisme de transmission génétique étaient conservés au cours de l’évolution. Cette découverte importante souligne l’importance des gènes temporaux dans la genèse des circuits du cortex cérébral, et identifie des programmes génétiques dont l’altération pourrait contribuer aux maladies neuro-développementales. De plus, cette étude récapitule les «recettes moléculaires» à appliquer pour générer différents types de neurones et permet d’envisager la possibilité de régénérer artificiellement des types de neurones définis à partir de cellules souches de patients.

Contacts chercheurs:
- Denis Jabaudon - Professeur au Département des neurosciences fondamentales, Faculté de médecine, UNIGE
- Ludovic Telley - Professeur, Faculté de biologie et de médecine (FBM), UNIL
- Gulistan Agirman - Doctorante au GIGA-Stem Cells, Université de Liège

Référence publication:
Cette recherche est publiée dans Science DOI: 10.1126/science.aav2522
Dernières news
Dans leur vie quotidienne, les humains utilisent des mots qui désignent des objets, des personnes, des situations ou des concepts: on appelle cela la référence....
La leishmaniose cutanée, causée par plusieurs espèces de parasites Leishmania, entraîne l’apparition de lésions localisées sur la peau et les muqueuses, pouvant...
Les neurones sont connectés entre eux par des synapses. L’efficacité de la transmission synaptique est modifiée dans les compartiments pré- ou/et post-synaptiques...
Les comètes issues des confins du Système solaire auraient pu jouer un rôle clef dans l’émergence des océans sur Terre. En bouleversant les critères d’étude...
Des simulations numériques révèlent que le phénomène de localisation d’Anderson, qui se manifeste dans le transport quantique, vérifie à deux dimensions et à...
Une étude internationale vient de démontrer pour la première fois l’existence d’un engramme, trace biologique de la mémoire, constitué de neurones...
Les fibres amyloïdes, des agrégats protéiques qui s’accumulent dans le cerveau sous forme de plaques dans certaines maladies neurodégénératives, peuvent être...
Les hausses des températures estivales observées dans les déserts polaires du Haut-Arctique canadien entraînent des changements rapides dans le sol. Une étude de...
Des scientifiques de l’Université de Montréal et de l’Université McGill ont conçu et testé une nouvelle méthodologie génomique qui a permis de révéler la...
L'imagerie stéréoscopique, fournie par nos deux yeux, nous donne une vision "en relief" des objets qui nous entourent. A l'aide d'impulsions laser harmoniques dans le...
La poussière minérale (du désert) présente dans l’atmosphère terrestre influence le climat de la planète, et ce depuis des millions d’années. Des...
Malgré les progrès récents en imagerie cérébrale, la représentation du monde visuel par le cerveau reste encore largement méconnue. En utilisant une nouvelle...
Cristaux poreux boostés par des liaisons chimiques fortes, les covalent organic frameworks (COF) accueillent de nouveaux membres dans leur famille grâce à des...
Les chercheurs ont identifié un locus produisant un long ARN non-codant spécifiquement exprimé dans les myofibroblastes, principales cellules effectrices de la...
La jeune entreprise VISUM, basée à Dublin, a dévoilé un système permettant d’améliorer le contrôle de la qualité au cours du processus de fabrication des...
Depuis l’incendie du 15 avril, de nombreux scientifiques ont proposé leur expertise pour la restauration du monument. Entretien avec Philippe Dillmann et Martine...
Les nanomatériaux bidimensionnels à base de carbone (type graphène) ou de nitrure de bore, réputés pour être chimiquement inertes, montrent en fait une...
Les poissons cichlides forment l’une des familles de vertébrés les plus diversifiées et ils constituent un modèle de référence en biologie évolutive de...
Deux chercheurs ont développé une nouvelle méthode pour multiplier les très grands nombres. Une avancée potentiellement historique pour...
Le 23 mai, la goélette de la Fondation Tara Océan quittera Lorient pour une expédition de six mois sur les fleuves européens. À son bord, une quarantaine de...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales