Posté par Adrien le Mardi 20/09/2022 à 13:00

Les répercussions écologiques potentielles des feux de forêt en Sibérie

Les aérosols des feux de forêt en Sibérie pourraient avoir transportés suffisamment d’azote dans certaines parties de l’océan Arctique pour amplifier une efflorescence phytoplanctonique. Ces travaux mettent en évidence des répercussions écologiques potentielles des feux de forêt de l'hémisphère nord.

Image satellite du panache des feux de forêt dans l'est de l'océan Arctique.
© MODIS-AQUA / 12 août 2014

Au cours de l'été 2014, des images satellites ont détecté une efflorescence phytoplanctonique plus importante que la normale dans la mer de Laptev (Océan Arctique). Un groupe de chercheurs aux expertises complémentaires s’est d’abord penché sur la quantification des "processus habituels" d'apport d'azote, tels que la fonte de la glace de mer, le débit des rivières et les remontées des eaux profondes, mais aucun n'a pu expliquer la quantité d'azote nécessaire pour expliquer la présence de l'efflorescence.

A la même période, des incendies de forêt en Sibérie (Russie) ont brûlé environ 1,5 million d'hectares de terres ; et la fumée de ces feux a été dirigée dans l’océan Arctique au niveau de l'efflorescence. Les chercheurs se sont intéressés aux aérosols de ces feux de forêt et à la composition de l'atmosphère. Ils ont utilisé le Community Earth System Model (CESM): un modèle numérique capable de simuler les émissions de sources naturelles et humaines lorsqu'elles entrent et sortent de l'atmosphère. Le modèle a été alimenté par des données de vent, de température et de la composition de l'atmosphère (y compris la composition de la fumée des feux de forêt pour la période en question). Les simulations du modèle ont montré qu'au moment de l'efflorescence et des feux de forêt (été 2014), le dépôt d'azote de l’atmosphère était presque deux fois plus important que les années précédentes et suivantes.

Les données satellitaires historiques et la composition chimique des aérosols ont été étudiées afin d’avoir une meilleure idée de l'impact de ces feux sur les cycles biogéochimiques et les écosystèmes de l'Arctique. Bien qu’une efflorescence ponctuelle comme celle-ci ne changera pas complètement la productivité et la structure de l'écosystème arctique, la Sibérie et l'Arctique canadien seront touchés par un plus grand nombre de feux de forêt. Il pourrait donc être intéressant d'explorer les effets potentiels en aval, si l'activité des feux et l'apport de nutriments restent élevés.

Laboratoires impliqués:
Laboratoire international de recherche Takuvik au Canada.
Tutelles: CNRS/Université Laval.
L'université de Caroline du Nord aux Etats-Unis.

Pour en savoir plus:
Ardyna, M., Hamilton, D.S., Harmel, T. et al. Wildfire aerosol deposition likely amplified a summertime Arctic phytoplankton bloom. Commun Earth Environ 3, 201 (2022).

Le travail a été soutenu par le projet de recherche Alg-O-Nord du CNES (Centre national d'études spatiales), le programme High Impact Publications d'ArcticNet et une subvention Marie Sklodowska-Curie Horizon 2020 de l'Union européenne (n° 746748) et le US Department of Energy sous le numéro de subvention: DE-SC0021302.
Dernières actualités
Les perturbations climatiques donnent souvent lieu à des liens contre-intuitifs. Par exemple, la...
Les chercheurs décrivent la première synthèse de nanoplaquettes de ZnO hautement stables avec...
Alain Aspect, directeur de recherche émérite du CNRS, professeur à l’Institut d’Optique...
Une collaboration iThemba LABS - Cape Town, STELLA- IPHC Strasbourg et Université de York, vient...
Dans un écoulement, le transport de particules ou de micro-organismes peut être modifié s’ils...
Les photos de la sonde spatiale DART, juste avant qu’elle ne percute son astéroïde, ont...
La cellulose provenant de la pâte de bois et la chitine issue de la carapace des crabes, des...
Une nouvelle théorie hydrodynamique pour expliquer comment s'écoulent les tissus épithéliaux...
La demande en électricité du bitcoin représente 200 millions de tonnes de CO2 depuis sa...
Les algues bleu-vert (aussi appelées cyanobactéries) détiennent un pouvoir particulier, qui...
Pour développer les applications de nouveaux matériaux, il est précieux de connaître...
Installé dans les Alpes françaises, le radiotélescope Noema1 vient d’atteindre ses pleines...
Des scientifiques de l'Institut Fresnel et de l'Institut de biologie intégrative de la cellule ont...
Il y a peu d’endroits dans le monde où on peut associer directement crise immobilière en cours...
La Terre est une planète active âgée de plus de 4,5 milliards d’années. Cette longue...
Les sédiments qui se trouvent sous les forêts de mangroves, prés-salés et herbiers de plantes...
L’alliance du calcul et de la microscopie électronique "in situ" ont permis de résoudre un...
Des scientifiques de l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires...
Des milliers de personnes ont contracté la rougeole depuis avril au Zimbabwe, pays du sud de...
Les tests d’adhésion et de réponse cellulaire aux facteurs de croissance sont largement...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales