Posté par Adrien le Vendredi 08/11/2019 à 08:00
Réchauffement climatique: une modification du régime alimentaire aux graves conséquences
Le changement climatique menace le fonctionnement des communautés d’espèces en modifiant la persistance de chaque espèce et également les différentes interactions entre elles. La modification de ces interactions est importante à comprendre pour appréhender la réponse au changement climatique d’une communauté dans son ensemble. Cela est particulièrement vrai pour des espèces à fortes interactions, telles que les proies et les prédateurs ou les hôtes et leur flore microbienne. Une équipe de chercheurs du Laboratoire Évolution et Diversité Biologique de Toulouse (EDB - CNRS / Université Toulouse III-Paul Sabatier /ENFA) et de la station d’Ecologie Théorique et Expérimentale du CNRS (SETE - CNRS / Université Toulouse III-Paul Sabatier) a ainsi montré que quelques degrés de plus modifierait le régime alimentaire d’un petit reptile, rendant son alimentation moins diversifiée, et que cette modification allait de pair avec une baisse de leur survie et une altération de leur flore intestinale. Cette nouvelle étude à paraître dans la revue Proceedings of the Royal Society B démontre l’urgence de mieux comprendre l’impact du climat sur les relations entre espèces afin de les protéger plus efficacement.

Une espèce interagit avec un réseau complexe d’espèces au sein d’une communauté et ces interactions, en particulier les interactions proies-prédateurs, jouent un rôle fondamental pour ces espèces, de la physiologie des individus à la stabilité des populations. Le changement climatique peut modifier ces interactions par des altérations soit du régime alimentaire des consommateurs soit de la composition en espèces des communautés. Cette modification des interactions peut se répercuter sur la survie des différentes espèces interagissant. Dans une récente étude, des chercheurs de l’Université de Toulouse 3 et du CNRS ont quantifié l’impact d’un climat plus chaud sur le régime alimentaire d’un reptile, le lézard vivipare (Zootoca vivipara), et les conséquences pour leur survie et leur flore intestinale, un élément clef de la viabilité et de l’adaptation des hôtes.

Lézard vivipare (Zootoca vivipara) © E.Bestion

Les chercheurs ont soumis des populations de lézard vivipare à différents climats: un climat actuel et un climat plus chaud de 2°C, correspondant aux prédictions climatiques optimistes pour la fin du siècle. Pour cela, ils ont utilisé le Métatron (Service proposé dans le cadre de l’Infrastructure ANAEE-France), un système d'enclos recréant des milieux naturels avec contrôle de la température, de l’hygrométrie et du rayonnement solaire. Chaque enclos de 100 m² simule un mini-écosystème avec des communautés végétales et animales naturelles et diversifiées. Après avoir passé 3 mois dans ces conditions climatiques, le régime alimentaire des lézards a été estimé grâce aux isotopes stables et à un suivi des communautés d’invertébrés. La survie, la condition corporelle et la diversité des communautés bactériennes présentes dans leur flore intestinale ont également été quantifiées.

Ces travaux ont mis en évidence que les lézards vivant dans un climat plus chaud ont modifié leur régime alimentaire en réduisant le panel de proies consommées et en consommant plus d’invertébrés prédateurs (ex: araignées) que d’invertébrés phytophages (ex: grillons). Ces changements de régime alimentaire s’accompagnent d’une survie et d’une diversité bactérienne plus faible en climat chaud. Ces résultats démontrent une modification des interactions proies-prédateurs avec de potentielles conséquences sur la viabilité des populations et l’évolution de cette espèce prédatrice, les communautés d’espèces en interaction et les dynamiques éco-évolutives.

Elvire capturant les lézards. © J. Cote

Metatron (Moulis 09) © O. Guillaume

Référence

"Altered trophic interactions in warming climates: consequences for predator diet breadth and fitness", Elvire Bestion, Andrea Soriano-Redondo, Julien Cucherousset, Staffan Jacob, Joël White, Lucie Zinger, Lisa Fourtune, Lucie Di Gesu, Aimeric Teyssier and Julien Cote, Proceedings of the Royal Society B, 2019
Dernières news
Un mécanisme original d’adaptation à la vie dans le désert vient d’être mis en évidence chez la bactérie Ramlibacter tataouinensis. Cette bactérie non...
Méthode d’analyse très utile en immunologie, la cytométrie de masse fait appel à des sondes qui sont des anticorps, couplés à différents isotopes métalliques,...
Une signature exotique dans la rémanence du Big Bang discrimine nombre de théories récentes décrivant l’univers primordial L’inflation cosmologique, une époque...
Lorsqu’on prend des décisions au sein d’un groupe, les conséquences de notre propre choix dépendent aussi souvent de ce qu’on pense des décisions potentielles...
Les sursauts gamma sont des émissions très brèves et extrêmement énergétiques qui accompagnent des cataclysmes astrophsyiques comme la mort d'une étoile massive....
Vendredi 22 novembre, Ariane 5 s’élancera depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG), port spatial de l’Europe, pour mettre en orbite deux satellites de...
Polymères à base d’acides aminés, les polypeptides sont des briques macromoléculaires qui peuvent former des nanoparticules biocompatibles et biodégradables....
Des chercheurs de l'Irig ont caractérisé un peptide d’origine naturelle aux propriétés antibiotiques efficaces. Alors que les bactéries pathogènes résistent de...
Patrick Hennebelle du Département d'astrophysique de l’Irfu va diriger une équipe de recherche internationale qui vient de recevoir une subvention ERC Synergy. Le...
Dans une étude publiée dans la revue PLOS Pathogens, les chercheurs ont observé que les bactéries Escherichia coli associées à la maladie de Crohn enclenchent de...
La collaboration BASE rapporte la première recherche en laboratoire d'une interaction entre l'antimatière et une particule candidate à la matière noire. La nature...
Une synthèse des rapports de l’IPBES, le GIEC de la biodiversité, réalisée par une équipe internationale de plus de 30 scientifiques dont Sandra Lavorel...
Le réseau terrestre de télescopes optiques, étroitement associé à l'observatoire spatial franco-chinois Svom, a démontré sa capacité à suivre la contrepartie...
De nouveaux résultats issus de la mission Tara Oceans, portée par une collaboration entre la Fondation Tara Océan et des scientifiques du CNRS, de l’EMBL, du CEA,...
Une équipe internationale pilotée par l'Irfu a sondé les enveloppes de poussières autour d'étoiles encore en formation et observé des grains de taille...
Un consortium international, dont l'UNIGE, a pour la première fois étudié de manière systématique le génome du parasite Plasmodium, responsable du paludisme,...
Les modèles de physique ne parviennent pas à simuler la production d’antineutrinos des réacteurs nucléaires. Ce contretemps mis en lumière il y a 8 ans a fait...
La symbiose microbienne est très répandue chez les animaux et elle joue un rôle clé dans l’écologie et l’évolution des espèces. Toutefois, les interactions...
Grâce à un scanner à comptage de photons développé par des ingénieurs et des physiciens, des biologistes ont pu suivre pendant plusieurs mois la croissance...
Comment le carbone continental migre-t-il dans l'océan ? Une collaboration internationale et pluridisciplinaire, pilotée par le LSCE, apporte une réponse étonnante...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales