Posté par Adrien le Vendredi 07/08/2020 à 09:00

Réchauffement climatique: un dégazage massif d’hydrates de méthane au Brésil

Les hydrates de gaz sont des composés solides d’eau et de gaz, majoritairement du méthane, qui sont stables dans les sédiments marins à plus de 300-600 m de profondeur. Ces sédiments forment le plus grand réservoir de carbone sur Terre. Toute augmentation de la température des océans peut avoir un effet sur la stabilité de ces gisements dont une partie est alors libérée sous forme gazeuse. La zone la plus vulnérable aux changements de température est sur la partie supérieure de la pente continentale, où les sédiments contenant des gaz congelés entrent en contact avec les eaux océaniques plus chaudes.

Bloc d’hydrate de méthane, enfoui dans le premier mètre du sédiment, découvert au large de l'Oregon (États-Unis)
© Wusel007

Pour connaitre le niveau de dégazage des gisements, des chercheurs ont étudié la limite supérieure de la zone de stabilité au niveau de l’éventail du Rio Grande sur la marge brésilienne. Ils ont analysé un vaste réseau de données géophysiques, géologiques et géochimiques, acquises lors de plusieurs campagnes océanographiques grâce, entre autres, à des robots sous-marins AUV et ROV. Ils ont observé dans cette zone, un flux massif de méthane composé de centaines de points d’échappements de gaz qui remontent dans la colonne d’eau. Le flux advectif est trois fois supérieur au flux diffusif, ce que remet en question l’hypothèse selon laquelle le méthane libéré est principalement consommé par l'activité microbienne avant de quitter le fond marin.

Les résultats obtenus mettent en évidence, pour la première fois dans l’hémisphère sud, une déstabilisation des hydrates de gaz consécutive au réchauffement de la température de l’océan dans cette zone. Elle est la preuve d’un déséquilibre thermodynamique entre la bordure de la zone de stabilité observée à partir des données sismiques et l’élévation de la température des eaux profondes compatible avec un réchauffement de l’océan sur plusieurs décennies.

En savoir plus

Gas hydrate dissociation linked to contemporary ocean warming in the southern hemisphere - Nature Communications volume 11, Article number: 3788.
Ketzer JM, Praeg D, Rodrigues LF, Augustin A, Pivel M, Rahmati-Abkenar M, Miller D, Viana A, Cupertino J.
https://doi.org/10.1038/s41467-020-17289-z
Dernières actualités
Comment protéger la confidentialité d'une communication s'il est impossible de se fier totalement...
Image panoramique et faibles aberrations optiques font rarement partie du même portrait. Mais...
La quantification des signaux et des incertitudes dans les modèles climatiques est essentielle...
Afin d'améliorer les batteries lithium-ion, des chercheurs de l'Irig remplacent le graphite de...
Après leur première observation directe de la diffusion élastique de photons en 2017, les...
A l’aide du radiotélescope ALMA (Chili), une équipe internationale, impliquant des chercheurs...
La diversité des espèces biologiques ne s’explique pas par un compromis entre grappilleurs et...
Instable et très rare, l’astate est un radioélément insaisissable. Des chercheurs viennent...
Une étude publiée par des chercheurs du CEA remet en question la définition des défauts dans...
CONSERT, un radar bistatique embarqué à bord de la sonde Rosetta et de son atterrisseur Philae, a...
La mesure de la distance Terre-Lune par télémétrie laser est réalisée depuis presque 40 ans...
Le SARS-Cov-2, responsable de la maladie COVID19, est un coronavirus dont le matériel génétique...
Bien des scénarios de science-fiction ont fait du trou de ver -hypothétique "tunnel" dont...
Un vaccin qui s’avale et protège aussi bien contre des maladies causées par des parasites, des...
Une étude exploratoire publiée dans le Scandinavian Journal of Pain par une équipe de...
Une équipe de l’UNIGE a reproduit un revêtement nanométrique qui couvre les yeux des mouches...
Les scientifiques décrivent une nouvelle méthode pour analyser plus finement la structure des...
Les sources lumineuses blanches actuelles, comme les LEDs, ont tendance à osciller entre...
La résistance aux antibiotiques est l’une des principales menaces pour la santé mondiale,...
Grâce à près de deux décennies d'imagerie dans l'infrarouge moyen provenant des plus grands...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales