Posté par Redbran le Vendredi 20/05/2022 à 13:00

Quark charmé: première observation directe d’un effet fondamental en physique des particules

Cette observation donne un accès expérimental direct à la masse d’une particule élémentaire appelée quark charmé.


Un quark charmé (c) dans une gerbe de partons perd de l’énergie en émettant des rayonnements sous forme de gluons (g). La gerbe comporte un cône mort: une absence de rayonnement autour du quark pour les angles inférieurs au rapport de la masse (m) sur l’énergie (E). L'énergie diminue à chaque étape de la gerbe. (Image: CERN)

"Il n’a vraiment pas été facile d’observer le cône mort directement, explique Luciano Musa, porte-parole d’ALICE. Mais en exploitant trois années de données issues de collisions proton-proton au LHC couplées à des techniques sophistiquées d’analyse de données, nous avons enfin pu le mettre au jour."

Les quarks et les gluons, appelés génériquement "partons", sont produits lors des collisions de particules telles que celles qui ont lieu au LHC. Une fois produits, les partons subissent des transformations en cascade (on parle de "gerbe de partons"): ils perdent de l’énergie en émettant des rayonnements sous forme de gluons, lesquels émettent à leur tour des gluons. La configuration du rayonnement de cette gerbe dépend de la masse du parton émettant des gluons et présente une région autour de la direction de vol du parton dans laquelle l'émission de gluons est atténuée: c’est le cône mort1.

Prédit il y a trente ans d’après les principes premiers de la théorie de la force forte, le cône mort a été observé de façon indirecte dans les collisionneurs de particules. Toutefois, il a toujours été difficile de l’observer directement à partir du profil de rayonnement de la gerbe de partons, principalement parce que le cône mort peut être rempli par les particules émises par le parton d’origine et parce qu’il est difficile de déterminer la direction changeante du parton tout au long du processus de production de gerbe.

La collaboration ALICE a surmonté ces défis en appliquant des techniques d’analyse de pointe à un échantillon important de collisions proton-proton au LHC. Ces techniques permettent de remonter à la gerbe de partons à partir de ses produits finaux, à savoir les signaux laissés dans le détecteur ALICE sous la forme d’un "jet" de particules. En analysant les jets qui incluaient une particule contenant un quark charmé, les chercheurs ont pu identifier un jet créé par ce type de quark et retracer tout l’historique des gluons émis par ce quark. La comparaison entre le profil d’émission de gluons du quark charmé et celui des gluons et des quarks de masse presque nulle a ensuite révélé un cône mort dans le profil du quark charmé.

Par ailleurs, le résultat met directement en évidence la masse du quark charmé, dans la mesure où la théorie prédit que les particules de masse nulle ne présentent pas de cône mort correspondant.

"Les masses des quarks sont des quantités fondamentales en physique des particules, mais il n’est pas possible de les observer et de les mesurer directement lors des expériences car, à l’exception du quark top, les quarks sont confinés à l’intérieur de particules composites, explique Andrea Dainese, coordinateur de la physique d’ALICE. Notre technique nous a permis d’observer directement le cône mort d’une gerbe de partons ; elle pourrait nous donner un moyen de mesurer la masse des quarks."

Pour en savoir plus:
- Graphiques supplémentaires
- Galerie d’images ALICE
- Galerie de vidéos ALICE
- Collaboration ALICE: https://alice.cern/ (en anglais)

Note:
1Précision technique: pour une particule émettrice de masse m et d’énergie E, l'émission de gluons est atténuée à des angles inférieurs au rapport m/E par rapport au sens de déplacement de la particule émettrice.
Dernières actualités
Le CNRS, l’Université de Lorraine et Orano ont choisi de s’associer pour développer de...
Les gens qui ne croient pas au réchauffement climatique peuvent être convaincus par des faits...
Les variants préoccupants de SARS-CoV-2 comme Alpha, Delta ou Omicron se sont répandus rapidement...
Deux millions de tonnes de TNT: c’est l’équivalent de l’impact d’une météorite en...
Les vents qui soufflent au niveau de la couche nuageuse de Jupiter sont mesurés grâce au...
Le plateau des Guyanes, incluant le Nord du Brésil, la Guyane et le Surinam, constitue l’une des...
Les amateurs d’exploration spatiale qui attendent la base lunaire promise dans les plans de la...
En collaboration avec le SYSAAF, l’entreprise Aqualande et l’INRAE, les scientifiques -...
À l’approche de la saison du jardinage, certains se posent la question suivante: est-il vrai que...
Nous sommes toutes et tous issu(e)s d'une cellule unique qui se multiplie d'abord en cellules...
Un total de 95 mg de poudre et de particules de roches de l’astéroïde Ryugu ramenés par la...
Le changement climatique global est particulièrement sensible en Arctique qui se réchauffe deux...
Sous le pergélisol de la source de Lost Hammer, dans le Haut-Arctique canadien, se trouve un...
Développer des (micro)systèmes capables de se mouvoir et d’être propulsés par de simples...
Hormis les éléments les plus légers (H, He et Li), les atomes se forment à l’intérieur des...
Lorsque de la pluie tombe sur le plus haut point de la calotte glaciaire du Groenland, ça n’est...
Dans une étude publiée dans la revue Nature communications, les scientifiques développent un...
Dans la course aux faisceaux d’électrons de très haute énergie pour la physique des...
Les régions actives du génome sont particulièrement fragiles et des cassures double-brin de...
Le transporteur de la super-famille des facilitateurs majeurs MFSD2A a deux fonctions importantes...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales