Posté par Redbran le Jeudi 06/12/2018 à 14:00
Quand Galileo confirme les prédictions d’Einstein
Le temps s’écoule plus rapidement quand on s’éloigne de la Terre. Cette prédiction d’Einstein a été testée avec succès par des physiciens de l’Observatoire de Paris - PSL du département SYRTE (Observatoire de Paris - PSL / CNRS / Sorbonne Université). Publiés le 4 décembre 2018 dans Physical Review Letters, les résultats ont été obtenus grâce aux deux satellites Galileo placés accidentellement en 2014 sur une orbite excentrique, et avec une précision 5 fois meilleure qu’un précédent test mené... il y a 40 ans.

Galileo est la constellation européenne de positionnement par satellites. Actuellement, 26 satellites sont en orbite autour de la Terre.

L’altitude des deux satellites Galileo excentriques varie d’environ 9 000 km deux fois par jour.
La théorie de la relativité générale prédit alors que la variation du décalage temporel gravitationnel des horloges de ces satellites par rapport aux horloges terrestres est d’environ 400 ns, ce qui a été mesuré avec une incertitude relative de 25 millionièmes.
© PRL

Lancés le 22 août 2014 par Arianespace depuis Kourou (Guyane), deux satellites Galileo, Sat-5 (Doresa) et Sat-6 (Milena), n’avaient pas atteint l’orbite circulaire prévue à quelque 23 000 km d’altitude, mais une orbite très excentrique (ovale)variant entre 17 000 et 26 000 km.

Ce qui à l’époque avait été vécu comme un échec pour le système de positionnement européen, censé rivaliser avec le GPS américain, s’est avérée une véritable aubaine pour les physiciens de l’Observatoire de Paris qui ont imaginé rebondir sur cette conjoncture pour effectuer des tests sur le principe d’équivalence de la relativité d’Einstein.

Deux fois par jour en effet, chaque satellite monte et tombe de 9 000 km. Les satellites contiennent chacun une horloge atomique de type «maser à hydrogène passifs» (PHM), pourvue d’une stabilité inégalée parmi les horloges spatiales. Celles-ci sont comparées en permanence avec les meilleures horloges au sol, par une centaine de récepteurs terrestres.

Dès 2015, une étude préliminaire (1) menée par le SYRTE avait montré qu’il était possible d’exploiter, sur plus d’une année, les données de ces deux satellites excentriques afin d’améliorer le test du décalage gravitationnel, une expérience jamais réitérée depuis 1976 par Gravity Probe A (GP-A) (2), et primordiale pour tester les limites de la théorie de la gravitation d’Einstein.

Sous l’égide de l’Agence Spatiale Européenne, deux études parallèles et indépendantes ont été financées pour analyser les données des deux satellites excentriques, sous le nom de GREAT (Galileo gravitational Redshift Experiment with eccentric sATellites). L’une a été confiée au SYRTE à l’Observatoire de Paris et l’autre au ZARM, à l’Université de Brême.

Après trois ans de mesures et d’analyse de données, les résultats de l’étude des chercheurs du SYRTE et de leurs collaborateurs paraissent dans le journal scientifique Physical Review Letters (3). Ils confirment les prédictions de la relativité générale avec une incertitude relative de 2.5x10^-5, une amélioration d’un facteur 5,6 par rapport aux résultats de GP-A.

De nombreux collaborateurs

Afin de comprendre, d’évaluer et de corriger les erreurs systématiques associées à la modélisation de l’orbite occupée par erreur et aux horloges atomiques embarquées, une campagne de télémétrie laser par satellite (SLR) a été réalisée au cours des années 2016- 2017 (4), par le réseau de stations du service international de télémétrie laser (ILRS) La station de télémétrie laser de l’Observatoire de la Côte d’Azur, partenaire du projet. Cette campagne a permis de démêler en partie les effets systématiques provenant des erreurs d’orbite.

Le bureau de navigation de l’agence spatiale européenne, l’ESOC, a aussi apporté un soutien décisif: leurs experts ont généré des produits précis d’orbite et d’horloge en utilisant les meilleurs modèles de satellites disponibles, permettant une modélisation très précise des perturbations orbitales non gravitationnelles. Pour les autres erreurs systématiques affectant potentiellement les horloges embarquées, des limites supérieures prudentes ont été calculées grâce aux tests au sol des horloges et aux contrôles embarqués.

Cette expérience GREAT constitue une avancée décisive, avant la future expérience spatiale, ACES attendue pour se concrétiser à l’horizon 2020 notamment par l’envoi d’une fontaine atomique à césium - PHARAO - à bord de l’ISS, la station spatiale internationale. PHARAO devrait permettre d’améliorer encore d’un ordre de grandeur le test du décalage gravitationnel (5).

Notes:

(1) P. Delva et al. «Test of the gravitational redshift with stable clocks in eccentric orbits: application to Galileo satellites 5 and 6», Class. Quantum Grav. 32, 232003 (2015).

(2) R. F. C. Vessot and M.W. Levine. «A test of the equivalence principle using a space-borne clock», Gen. Relativ. Gravit. 10, 181 (1979)

(3) P. Delva et al. «A gravitational redshift test using eccentric Galileo satellites», Phys. Rev. L, submitted

(4) P. Delva et al. «An SLR campaign on Galileo satellites 5 and 6 for a test of the gravitational redshift - the GREAT experiment», Proceedings of the ILRS Technical Workshop, Matera, Italy, October 26-30, 2015 (2016)

(5) F. Meynadier et al. «Atomic clock ensemble in space (ACES) data analysis», Class. Quantum Grav., 35:3, p. 035018 (2018)
Dernières news
Deux chercheurs ont développé une nouvelle méthode pour multiplier les très grands nombres. Une avancée potentiellement historique pour...
Le 23 mai, la goélette de la Fondation Tara Océan quittera Lorient pour une expédition de six mois sur les fleuves européens. À son bord, une quarantaine de...
Décarboniser le secteur du transport maritime constitue un défi de taille, mais une entreprise finlandaise a passé ces deux dernières années à montrer comment...
Une nouvelle étape vient d’être franchie avec succès par les scientifiques en charge de la réalisation du spectromètre X-IFU, l’instrument phare du futur...
Le cyclisme est une activité agréable et saine, mais aussi potentiellement dangereuse. Entre 2010 et 2016, environ 2 000 cyclistes européens ont été tués chaque...
Les balises de détresse de prochaine génération exploiteront la capacité de recherche et de sauvetage par satellite Galileo Une initiative de l’UE a permis...
L’océan Atlantique nord abrite un petit organisme marin qui s’avère être un véritable joyau gastronomique. Mais comment en faire profiter le reste du monde si on...
Alors que les abeilles domestiques, comme d’autres insectes sociaux, dépendent de manière critique de la transmission sociale de l’information pour réussir leur...
Des neurones voient le jour au sein même du microenvironnement tumoral, contribuant au développement du cancer. Ces cellules nerveuses dérivent de progéniteurs...
De nombreuses études indiquant que les nanostructures d’ADN peuvent pénétrer les membranes cellulaires plus rapidement que les simples brins d’ADN seraient...
A chaque fois qu’il passe devant une étoile, Pluton livre sur son atmosphère des informations, d’autant plus précieuses que ses occultations sont rares. Un bilan...
C’est le grand constat tiré d’une analyse des données sur le sommeil issues de la cohorte pancanadienne Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement....
Pour propulser et mélanger les aliments ingérés, l’intestin est pourvu de deux muscles entre lesquels se trouvent un réseau autonome de neurones, le "second...
Jusqu’à tout récemment, seules les agences militaires pouvaient s’offrir des caméras thermiques à haute performance, le coût de production des puces...
Selon leur organisation dans l’espace, les cristaux liquides possèdent différentes propriétés mécaniques, optiques et électroniques. Grâce à des patchs...
Vous avez beau faire de l’exercice et manger de façon équilibrée, le contrôle de votre poids est une affaire plus cérébrale que vous le pensez. Dans une étude...
Une équipe du CEA-Biam a découvert un comportement symbiotique entre des bactéries douées de magnétisme et des micro-organismes eucaryotes. La magnétoréception...
La microfluidique, principalement utilisée pour la recherche en biologie (diagnostic, criblages...), a besoin de tensioactifs pour stabiliser les gouttes à analyser....
En décryptant les programmes génétiques des neurones du cortex cérébral, des chercheurs suisses et belges expliquent les mécanismes contrôlant la genèse des...
Le développement de nanoparticules capables de libérer sélectivement des médicaments au sein des tumeurs présente un grand intérêt afin d’augmenter...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales