Posté par Adrien le Mercredi 25/03/2020 à 09:00
Quand la datation par le radiocarbone d’os de petits mammifères bouscule les sciences archéologiques
Évaluer la chronologie et l’intégrité d’un site archéologique (≤50 000 ans) passe souvent par la datation de matériaux comme les charbons de bois, les graines ou les ossements par le radiocarbone. A cause de leur taille réduite, les petits mammifères ne sont en général pas datables directement.

Figure 1: Mandibule de musaraigne du site de Beg ar Loued (Age du Bronze, Molène Island, Bretagne)
© J Rofes (AASPE / MNHN-CNRS / UPD Philippines).

Une équipe multidisciplinaire de scientifiques du CNRS, du Muséum national d’Histoire naturelle et d’autres institutions internationales a réussi à obtenir des dates radiocarbone à partir d’os de petits mammifères, trouvés sur des sites allant de la fin du Pléistocène à l’époque récente. En comparant ces résultats avec des dates préalablement obtenues, ils ont pu attester la synchronicité des vestiges de petits et de grands mammifères dans certains gisements. Ils ont également mis en évidence des erreurs et des anomalies dans les chronologies précédemment établies, illustrant ainsi l’intérêt de dater directement différents mammifères. Ces résultats ont été publiés dans le Journal of Quaternary Science, le 6 mars 2020.

Fréquemment conservés dans les sites archéologiques et paléontologiques, les restes de petits mammifères, du fait de leur taille réduite, peuvent s’infiltrer dans les couches sous-jacentes des séquences stratigraphiques. Ce processus postérieur au dépôt affecte leur intégrité originelle et, de ce fait, les interprétations scientifiques qui en découlent. Les méthodes de datations jusque-là disponibles nécessitaient un minimum de 60 à 200 mg d’os pour obtenir des résultats fiables, ce qui empêchait de réaliser des dates sur un ossement isolé de petits vertébrés.

En 2016, une méthode mise au point au Muséum national d’Histoire naturelle en collaboration avec le Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement a permis d’obtenir des résultats tout aussi fiables avec des quantités beaucoup moins importantes, de l’ordre de 10 mg pour des os bien conservés. Ces récents développements dans la préparation des échantillons de petits os (extraction du collagène) et dans la reproductibilité de la mesure radiocarbone pour de petites quantités de carbone offrent ainsi la possibilité de dater de manière fiable des éléments isolés de vertébrés de petite taille, de celle d’une mandibule de musaraigne par exemple (Figure 1). Ces datations ont été couplées avec une approche par spectroscopie infrarouge en mode ATR permettant d’évaluer la conservation du collagène en amont de la longue préparation des échantillons, à partir d’un milligramme d’os (Figure 2). Il est ainsi maintenant possible de savoir si l’échantillon pourra être daté avec succès et si des précautions particulières devront être prises lors de la préparation.

Figure 2: Profil archéologique du site de Peyrazet (Creysse, Lot) montrant les unités stratigraphiques (en haut à gauche), étapes de la datation radiocarbone de petits échantillons osseux (à droite), et synthèse des datations au radiocarbone (en bas à gauche), y compris celles nouvellement obtenues à partir de musaraignes (vertes) et celles d'autres grands et petits mammifères (noires)
© A Royer (UMR 6282 / CNRS / Université Bourgogne Franche‐Comté).

Les vestiges fossiles de petits vertébrés, comme les rongeurs ou les musaraignes, préservés dans les sites archéologiques et paléontologiques, servent à reconstituer les climats, les environnements et l’histoire du peuplement animal dans le passé. Ces connaissances donnent une perspective historique pouvant aider à une meilleure gestion de notre environnement et de nos ressources naturelles, et améliorer les politiques de conservation des espèces menacées. Or de telles reconstitutions peuvent être trompeuses si l'intégrité des gisements n'est pas garantie, c’est à-dire s’il y a des mélanges de matériel de chronologie différente au sein d’une même unité stratigraphique.

Les auteurs ont dédié ce document à la mémoire d'Anne Tresset (AASPE, UMR 7209, MNHN/CNRS), qui a contribué à l'idée fondatrice de cette recherche et nous a quitté en janvier 2019.

Référence:
Juan Rofes, Sophie Cersoy, Antoine Zazzo, Aurelien Royer, Pierre‐Yves Nicod, Veronique Laroulandie, Mathieu Langlais, Yvan Pailler, Celine Leandri, Franck Leandri, Matthieu Lebon, Anne Tresset.
Detecting stratigraphical issues using direct radiocarbon dating from small‐mammal remains.
Journal of Quaternary Science. March 2020.
Dernières news
L’Agence spatiale européenne (ESA) et l’entreprise d’État pour les activités spatiales Roskosmos ont décidé de reporter à 2022 le lancement de la deuxième...
Quelques-unes des clés de la compréhension de l’origine du système solaire se trouvent à l’intérieur des planètes géantes. Si la sonde spatiale Juno a...
Une équipe du laboratoire Navier, en collaboration avec l'université du Delaware (Etats-Unis), a identifié un nouveau processus responsable du vieillissement des...
La gaine embryonnaire est une couche de glycoprotéines entourant l’embryon qui a été décrite chez la plante modèle Arabidopsis thaliana. Dans un article publié...
Une collaboration française impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) a étudié une archive sédimentaire atypique: les matières accumulées entre mai 2015 et mars 2016 dans...
Dans une même expérience et pour un même matériau, des physiciennes et des physiciens ont pour la première fois mesuré la chiralité de l'organisation magnétique...
De nombreux phénomènes permettent de stocker des données au format binaire, comme les changements d’état magnétique dans les matériaux dits à transition de...
Comme beaucoup de ses collègues, le professeur Andrés Finzi, du Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal, réoriente...
L’impact artificiel produit par la mission spatiale Hayabusa2 sur l’astéroïde Ryugu: un cratère bien plus grand que prédit ! Quelle est la dimension d’un...
Grâce à une étude de terrain en Chine, une collaboration internationale impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) démontre que la culture de bambous Moso atténue le...
Au sein des cellules, des protéines appelées facteurs de transcription, reconnaissent spécifiquement diverses molécules. Des chercheurs du LCPO (CNRS/Université de...
Une première preuve de concept de stack pile à combustible PEMFC de 1 kWatt avec des composants imprimés a été réalisée. Outre la diminution des coûts grâce à...
Le projet EmoDémos, mené auprès d’enfants de 7 à 12 ans et dirigé par l’UNIGE, démontre que pratiquer un instrument au sein d’un orchestre peut faciliter...
La marée: un ingrédient essentiel de la dispersion des eaux douces du panache de l’Amazone dans l’océan Atlantique tropical Le panache d’eau douce du fleuve...
L’équipe de Julie Hussin, composée d’une dizaine de chercheurs en bio-informatique, s’attaque à la caractérisation génétique du coronavirus responsable de la...
Une croissance juvénile optimale repose sur une alimentation diversifiée et des études récentes démontrent le rôle important du microbiote intestinal dans ce...
Face à un virus encore mal connu, la recherche a besoin de tous les moyens pour lutter contre le COVID-19. Conçu, hébergé et maintenu à jour par des chercheurs et...
Dans les cellules photovoltaïques, l'absorption d'un photon par un matériau semi-conducteur crée une paire électron-trou (appelée exciton), résultant de...
Le record du monde d’Usain Bolt sur 200 mètres n'a pas été battu depuis 10 ans, et celui de Florence Griffith Joyner depuis plus de 30 ans. Et si les mathématiques...
Mépris, blâme, désinformation: guidées par la peur, les réactions des gens à la pandémie de COVID-19 empirent parfois une situation déjà complexe. Pourquoi...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales