Posté par Adrien le Mardi 18/01/2022 à 09:00

Les premiers petits corps du Système solaire formés dans deux anneaux distincts

Une équipe internationale comprenant des chercheurs français, issus notamment de l’Observatoire de Paris - PSL, a montré, pour la première fois, que les premiers petits corps du Système solaire auraient pu se former dans deux anneaux distincts. Ces travaux ont été publiés le 22 décembre 2021 dans une Lettre de Nature astronomy.

Petits corps dans le Système solaire. © ESA

La formation des petits corps du Système solaire, tels que les astéroïdes, demeure mystérieuse. À ce jour, les simulations numériques montrent que le lieu le plus propice à une formation rapide des petits corps est la "ligne de glaces", c’est-à-dire le lieu du disque où la vapeur d’eau se condense sous forme de glace, à une température d’environ 160 K (environ -110° C).

Mais ce résultat est en conflit avec l’analyse des météorites de fer, issues des noyaux des premiers petits corps du Système solaire. Ces météorites se partagent en deux groupes ayant des propriétés isotopiques et chimiques différentes.

Deux anneaux distincts

Une équipe, comprenant de chercheurs de l’Observatoire de la Côte d’Azur, de l’Observatoire de Paris - PSL et de l’Institut de Physique du Globe de Paris, a montré, pour la première fois, que les premiers petits corps du Système solaire auraient pu se former dans deux anneaux distincts:
- L’un près de la ligne de condensation des silicates, à proximité de l’orbite actuelle de la Terre;
- L’autre près de la ligne de glaces, à proximité de l’orbite actuelle de Jupiter.

Un schéma du modèle conçu par les auteurs pour expliquer la formation des deux familles de corps parents des météorites de fer, de type rocheux d’une part et riche en glaces d’autre part. Le point clef est qu’un disque alimenté près du soleil s’étale radialement. Le gaz refroidit et condense les espèces chimiques plus réfractaires, comme les silicates, puis celles plus volatiles, comme la vapeur d’eau. Une fois condensés en poussières, ces éléments dérivent vers le Soleil, sous l’effet du frottement avec le gaz. Ainsi la matière s’accumule à la ligne de condensation de l’eau et à celle des silicates, ce qui permet la formation des premiers planétésimaux dans deux anneaux distincts.

Le premier anneau de petits corps, de nature rocheuse et avec une masse totale de 2-3 fois la masse de la Terre, aurait ensuite permis la formation des planètes telluriques.

Le deuxième anneau, composé de corps riches en glaces avec une masse totale d’une trentaine de masses terrestres, aurait conduit à la formation des noyaux des planètes géantes.

La formation contemporaine de ces deux anneaux de petits corps de caractéristiques chimiques différentes est en très bon accord avec les contraintes observationnelles fournies par les météorites de fer.

Cela montre également que le processus de formation planétaire a démarré très tôt dans la nébuleuse solaire, en même temps que la formation du Soleil, alors que notre Système Solaire était encore alimenté en matériaux par le milieu interstellaire.

Référence:
Ces travaux font l’objet d’un article qui a été publié le 22 décembre 2021 dans une Lettre de Nature astronomy sous le titre: Contemporary formation of early Solar System planetesimals at two distinct radial locations - Nature astronomy par A. Morbidelli, K. Baillié, K. Batygin, S. Charnoz, T. Guillot, D. C. Rubie, T. KleineDOI: https://doi.org/10.1038/s41550-021-01517-7
Dernières actualités
Certaines bactéries produisent des toxines qui leur permettent de contrôler leur propre...
Cette observation donne un accès expérimental direct à la masse d’une particule élémentaire...
D’ordinaire, les mauvaises nouvelles sur le réchauffement annoncent un record inquiétant à la...
Selon une nouvelle étude de l’Université McGill, les personnes exposées aux feux de forêt...
Les microARN ("miARN"), qui répriment des gènes spécifiques, pourraient être des suppresseurs...
Matériau essentiel à la conduction électrique, le cuivre est aujourd’hui l’un des métaux...
La sonde spatiale de l’ESA vient de passer tout près du Soleil, l’occasion de faire des images...
S’il y a une leçon à retenir de la débâcle de l’hydroxychloroquine, c’est qu’une...
- Des scientifiques viennent de caractériser une protéine cruciale des cellules du foie,...
Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) constituent un important problème de...
Le sol lunaire n’est pas ce qu’il y a de mieux pour faire pousser des plantes. Et pourtant, ça...
L’éruption explosive du volcan sous-marin Hunga, aux Tonga, le 15 janvier dernier a engendré...
Des champignons mortels bien différents produisent la même toxine, l’amanitine. Toutefois, son...
D’après des chercheurs de l’Université McGill, et leurs collègues d’Italie,...
C’est l’une des dernières opérations réalisées dans le cadre des essais préliminaires...
Qu’y a-t-il de commun entre l’embouchure d’un fleuve, là où le niveau de la mer...
Après une cure de jouvence de trois ans, les installations du LHC viennent d’être...
L’étude des satellites d’astéroïdes est une science relativement jeune comparée aux...
C’est le genre de découverte dont la force d’attraction engloutit tous les superlatifs, ne...
Environ 500 millions d’humains souffrent du diabète, maladie métabolique traduisant un...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales