Posté par Adrien le Jeudi 06/12/2018 à 08:00
Première lumière pour SPECULOOS
Le projet SPECULOOS a effectué ses toutes premières observations depuis l’Observatoire de Paranal de l’ESO implanté au nord du Chili. SPECULOOS se consacrera à la détection de planètes de taille voisine de celle de la Terre en orbite autour d’étoiles ultra-froides et de naines brunes.


Le SPECULOOS Southern Observatory (SSO) a été installé avec succès à l’Observatoire de Paranal. Il vient d’acquérir sa première lumière - en d’autres termes, ses premières images étalonnées et calibrées. Lorsque cette phase de mise en service sera achevée, ce nouveau réseau de chasseurs d’exoplanètes débutera ses opérations scientifiques - en janvier 2019.

SSO constitue le coeur d’un nouveau projet de détection d’exoplanètes baptisé « Search for habitable Planets EClipsing ULtra-cOOl Stars” (SPECULOOS) (1). Ce projet repose sur un ensemble de quatre télescopes équipés de miroirs primaires d’un mètre de diamètre. Les télescopes, baptisés Io, Europa, Ganymede et Callisto en référence aux quatre lunes galiléennes de Jupiter, bénéficieront d’excellentes conditions d’observation depuis le site de Paranal, qui abrite également le fleuron de l’ESO, le Very Large Telescope (VLT). Doté d’un ciel sombre ainsi que d’un climat aride et stable, Paranal constitue un site presque idéal pour l’astronomie.

Ces télescopes sont chargés d’une mission essentielle - SPECULOOS a pour objet de rechercher des planètes habitables de type Terre autour d’étoiles ultra-froides ou de naines brunes, dont les populations planétaires demeurent pour la plupart inexplorées à ce jour. Seules quelques exoplanètes ont été découvertes en orbite autour de ces étoiles. Un nombre de planètes encore inférieur occupe la zone habitable de leur étoile hôte. Ces étoiles de faible luminosité, donc difficiles à observer, sont pourtant nombreuses - elles représentent en effet quelque 15% des étoiles de l’Univers proche. SPECULOOS est conçu pour observer 1000 étoiles de ce type, y compris les plus proches, les plus brillantes et les plus petites, et découvrir des planètes habitables de type Terre.

“SPECULOOS nous offre l’unique et incroyable possibilité de détecter des planètes de type Terre éclipsant certaines des étoiles les plus petites et les plus froides situées en périphérie de notre Système Solaire”, précise Michaël Gillon de l’Université de Liège, principal instigateur du projet SPECULOOS. “Il s’agit là d’une rare opportunité de découvrir ces mondes proches dans le détail.”

SPECULOOS détectera les exoplanètes au moyen de la méthode des transits (2). En cela, il s’inscrit dans la continuité du télescope TRAPPIST-South, un prototype opérant depuis l’Observatoire de La Silla de l’ESO. Ce télescope, opérationnel depuis 2011, a détecté le célèbre système planétaire TRAPPIST-1. Lorsqu’une planète passe devant son étoile hôte, elle masque une partie de la lumière stellaire - ce qui se traduit généralement par la survenue d’une petite éclipse partielle, et donc la diminution de luminosité de l’étoile - une variation faible mais détectable. Les exoplanètes en orbite autour d’étoiles de plus petites dimensions masquent une plus grande partie de la lumière stellaire au cours d’un transit, ce qui rend ces éclipses périodiques beaucoup plus faciles à détecter que celles associées à des étoiles de dimensions plus étendues.  

A ce jour, seule une petite fraction d’exoplanètes détectées au moyen de cette méthode arbore une taille inférieure ou égale à celle de la Terre. Les faibles dimensions des étoiles cibles de SPECULOOS, combinées à la sensibilité élevée de ses télescopes, permet la détection de planètes de type Terre situées au sein de la zone habitable de leur étoile. Ces planètes feront l’objet d’observations de suivi au moyen de grandes installations situées au sol ou dans l’espace.

“Les télescopes sont équipés de caméras dotées d’une sensibilité élevée dans le proche infrarouge” précise Laeticia Delrez du Laboratoire Cavendish, Cambridge, co-instigatrice de l’équipe SPECULOOS. “Ce rayonnement se situe au-delà des limites de perception par l’oeil humain. SPECULOOS ciblera l’émission en provenance des étoiles de faible luminosité.”

Les télescopes et leurs montures aux couleurs vives ont été construits par la société allemande ASTELCO et sont surmontés de dômes conçus par l’industriel italien Gambato. Le projet bénificiera du soutien des deux télescopes TRAPPIST de 60 centimètres de diamètre, opérant l’un depuis l’Observatoire La Silla de l’ESO, l’autre depuis le Maroc (3). A l’avenir, le projet incluera également les SPECULOOS Northern Observatory et SAINT-Ex, actuellement en construction à Tenerife en Espagne et San Pedro Martir au Mexique.

Il est également possible d’envisager une collaboration future avec l’Extremely Large Telescope (ELT), le prochain fleuron de l’ESO, un télescope actuellement en cours de construction au sommet du Cerros Armazones. L’ELT sera capable d’observer des planètes détectées par SPECULOOS dans des détails sans précédent - peut-être même d’analyser leurs atmosphères.

“Ces nouveaux télescopes nous permettront d’étudier des mondes proches, semblables à la Terre, en des détails beaucoup plus fins qu’imaginés voici une dizaine d’années” conclut Michaël Gilon. “Cette époque est très excitante pour la science exoplanétaire.”

Notes:

(1) Speculoos, ou speculaas, est un délicieux biscuit épicé traditionnellement fabriqué en Belgique et d’autres pays pour la Saint Nicolas, le 6 décembre. Cette appellation, avec ses connotations douces, reflète l’origine belge du projet SPECULOOS. Le projet TRAPPIST dispose également d’une origine belge - il tire son appellation des bières  Trappist, pour la plupart brassées en Belgique.

(2) La méthode des transits constitue l’une des méthodes de détection des exoplanètes. Un certain nombre d’instruments, parmi lesquels figure le chasseur d’exoplanètes HARPS de l’ESO à l’Observatoire La Silla, utilise la méthode des vitesses radiales pour détecter des exoplanètes. Cette dernière méthode repose sur la mesure des variations de vitesse de l’étoile causées par la présence d’une exoplanète en orbite.

(3) Le projet a également reçu le soutien financier de Conseil Européen de la Recherche das le cadre du 7ème Programme de l’Union Européenne (FP7/2007-2013) / Financement ERC labellisé 336480.
Dernières news
Une étude européenne lève le voile sur la diversité des gènes de résistance aux antibiotiques présents dans les bactéries du microbiote intestinal. Des équipes...
Au cours du processus de reproduction sexuée, les chromosomes échangent du matériel génétique par recombinaison (crossing-over), participant ainsi à la diversité....
Le dimanche 16 décembre 2018, la comète Wirtanen passera au plus près de la Terre. C’est probablement, pour une comète connue, l’un des passages les plus...
Les feux de biomasse émettent chaque année dans l’atmosphère une quantité importante de polluants. Ces panaches de pollution impactent localement et régionalement...
Normalement, faire fonctionner un dispositif électronique nécessite d’avoir un contrôle musculaire et nerveux total. Des recherches financées par l’UE viennent...
Des chercheurs de l’UNIGE ont découvert de l’hélium dans l’atmosphère d’une exoplanète, gonflée comme un ballon. Bien que rare sur Terre, l’hélium est...
Les chercheurs ont découvert des concentrations anormales de la protéine bêta-amyloïde - une manifestation de l'alzheimer - chez 86% des personnes qui cherchent...
Comment le cancer se propage-t-il ? Alors qu’ils étudiaient les cellules tumorales du cerveau humain, une équipe de scientifiques de l’Institut de recherche du...
Lorsque des atomes s’agrègent et que l’ensemble présente une configuration électronique similaire à celle d’un atome isolé, on parle de superatome. Des...
Un signal modulé en fréquence et en amplitude, semblable au signal ultrasonore émis par les chauves-souris ou les dauphins, a permis à des chercheurs de mesurer de...
Le satellite Gaia a livré en avril 2018 des mesures astrométriques de haute précision pour plus d'un milliard de sources dont les AGB, étoiles de masse faible à...
Des chercheurs du CNRS, de l'Université d'Orléans et de la société Artimmune, en collaboration avec des cliniciens turcs, ont identifié un mécanisme clé de...
Après un court ralentissement entre 2014 et 2016, les émissions mondiales de CO2 d’origine fossile ont à nouveau augmenté de 1,6% en 2017 d’après le Global...
Il y a environ 66 millions d’années, à la fin du Crétacé, un astéroïde de la taille d’une petite ville est entré en collision avec la Terre, mettant fin au...
Des souris atteintes de dystrophie musculaire de Duchenne récupèrent plus de 20% de force musculaire grâce à la metformine. Ce résultat visant à stopper le...
Des chercheurs font appel à l'intelligence artificielle pour améliorer les images de l'infiniment petit La prise d’images de qualité à l’aide de microscopes...
Les hémoglobines transportent des gaz tels que le dioxygène dans le corps. Alors que leur rôle est connu depuis un siècle, le détail du processus restait mal...
Des chercheurs du CNRS (1) et de l'Université Libre de Bruxelles ont élaboré la première cartographie mondiale de l'ammoniac atmosphérique (NH3) en analysant des...
Des physiciens viennent de développer une nouvelle approche pour resommer les sommes divergentes qui apparaissent lors de calculs concernant les systèmes de fermions...
Titan, le plus gros satellite de Saturne, a été survolé 127 fois par la sonde Cassini entre 2004 et 2017. Une équipe internationale a compilé l’ensemble des...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales