Posté par Adrien le Jeudi 29/08/2019 à 08:00
Un premier pas vers la compréhension de la supraconductivité à haute température dans les oxydes de cuivre
En étudiant le diagramme de phase de l’oxyde de cuivre HgBa2Ca2Cu3O8+δ, des chercheurs ont démontré l’existence d’un lien d’origine microscopique entre l’état supraconducteur et la redistribution des charges dans le cristal (ordre de charge), qui se généralise à tous les oxydes de cuivre supraconducteurs.

Les supraconducteurs transportent le courant électrique sans dissiper d’énergie et ils ne peuvent pas être pénétrés par un champ magnétique. Il en découle de nombreuses applications, comme le transport de l’électricité sans résistance et la lévitation de mobiles (trains, surf). Seulement, la supraconductivité se manifeste à des températures très basses. Le plomb est supraconducteur en dessous de 7 K (-266 °C) et le diborure de magnésium (MgB2) en dessous de 40 K (-233 °C). En revanche, la température de transition supraconductrice du cuprate HgBa2Ca2Cu3O8+δ peut atteindre 133 K (-140 °C) (figure 1c). Comprendre le mécanisme à l’origine de la supraconductivité dans les oxydes de cuivre appelés cuprates est donc un enjeu majeur pour espérer élaborer des supraconducteurs à des températures terrestres.

Figure 1: (a) Structure du cuprate HgBa2Ca2Cu3O8+d ; (b) Un monocristal de HgBa2Ca2Cu3O8+d, synthétisé au SPEC ; (c) Transition supraconductrice à 133 K mesurée par susceptibilité magnétique.

Des chercheurs du laboratoire Matériaux et phénomènes quantiques (MPQ, CNRS/Univ. Paris Diderot), en collaboration avec le Laboratoire de physique des solides (LPS, CNRS/Univ. Paris-Sud) et le Laboratoire national des champs magnétiques intenses (LNCMI, CNRS), sont parvenus, en étudiant la diffusion inélastique de la lumière sur les charges (effet Raman électronique), à distinguer les signaux spectroscopiques des ordres supraconducteur et de charge au sein de la phase pseudogap dans le cuprate HgBa2Ca2Cu3O8+δ.

Pour la première fois, les échelles d’énergie associées aux ordres supraconducteurs et de charge ont pu être détectées simultanément grâce à une astuce expérimentale qui a consisté à minimiser l’influence de la phase de pseudogap qui, sinon, aurait masqué leur observation. Les chercheurs ont ainsi pu traquer les échelles d’énergies caractéristiques de l’ordre supraconducteur et de charge sur une large portion du diagramme de phase, grâce au contrôle du nombre de porteurs de charges dans les cristaux. Ils ont montré que ces énergies sont intimement liées: elles ont quasiment les mêmes valeurs et suivent la même évolution en fonction du nombre de porteurs de charges (figure 2b). Ceci suggère que l’ordre supraconducteur et de charge ont la même origine microscopique. L’échelle d’énergie du pseudogap a, elle aussi, la même évolution en dopage même si son énergie est plus élevée. Ceci conforte l’hypothèse que les ordres supraconducteurs, de charge et la phase de pseudogap sont intimement reliés.

Figure 2: (a) Diagramme de phase générique des cuprates ; (b) Evolution des échelles d’énergies des ordres de charge, supraconducteur et du pseudogap.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont travaillé sur du cuprate de composition chimique: HgBa2Ca2Cu3O8+δ, dont la structure est représentée sur la figure 2a. Il a pu être synthétisée sous la forme de petits cristaux (figure 1b) de plusieurs centaines de microns de côté par deux chercheuses du Service de physique de l’état condensé (SPEC, CEA/CNRS). Leurs surfaces extrêmement propres et lisses permettent de les explorer optiquement.

Le diagramme de phase des cuprates révèle que le mécanisme à l’origine de la supraconductivité est différent de celui des métaux traditionnels, ou de leurs alliages comme le plomb ou le diborure de magnésium. En effet, en augmentant le nombre de porteurs de charges qui transportent le courant dans un cuprate, son état fondamental électronique est profondément modifié: d’un isolant antiferromagnétique (zone verte), il se transforme en un métal supraconducteur (zone rosée) (figure 2a).

Pour une concentration de porteurs correspondant à un dopage de 12 % (dopage assuré par l’ajout d’atomes d’oxygène dans les plans d’atomes de mercure cf. figure 1a), l’ordre supraconducteur (en rosé dans la figure 2a) coexiste avec un ordre de charge (en bleu pastel) à basse température, ordre caractérisé par une redistribution des charges des électrons, différente de celle attendue habituellement, qui suit l’agencement des atomes du cristal. Ces deux ordres se développent à l’intérieur d’une troisième phase dite de pseudogap, encore mal comprise. Pour étudier l’ordre supraconducteur dans cet enchevêtrement d’états, il faut identifier les propriétés individuelles de chaque ordre et le type d’interaction qu’il développe avec les autres, et ainsi identifier les coopérations ou compétitions (par exemple, l’ordre de charge augmente-il ou diminue-t-il la supraconductivité ?). Dans ce but, il est nécessaire de développer des techniques expérimentales performantes comme les spectroscopies de diffusion de neutrons, de la lumière (Raman, infra-rouge, rayons X) ou encore de résonance magnétique nucléaire. Du côté théorique, il faut exploiter toute la puissance du numérique pour mettre en oeuvre de nouvelles approches théoriques telles que la cDMFT (cluster Dynamcis Mean field theory).

Ces travaux ouvrent une perspective nouvelle pour la compréhension du diagramme de phase des cuprates. Les ordres supraconducteurs et de charge sont les deux états que peut choisir le cuprate à basse température dans la phase de pseudogap. Cette dernière reste à ce jour incomprise, mais les chercheurs viennent de faire une avancée remarquable en découvrant expérimentalement qu’il existe un lien, encore à identifier, qui unit les ordres supraconducteurs et de charge au sein du pseudogap. C’est un premier pas vers la compréhension du mécanisme à l’origine de la supraconductivité dans les cuprates.

Référence

Intimate link between charge density wave, pseudogap and superconducting energy scales in cuprates, B. Loret, N. Auvray, Y. Gallais, M. Cazayous, A. Forget, D. Colson, M.-H. Julien, I. Paul, M. Civelli et A. Sacuto, Nature Physics 15, 771 (2019). DOI: 10.1038/s41567-019-0509-5.

L’article scientifique est disponible sur la base d’archives ouvertes ArXiv
Dernières news
Découvert indirectement sur un dispositif expérimental de spintronique, des chercheurs et des chercheuses ont élaboré un nouveau concept permettant de récupérer de...
L’environnement olfactif change constamment ce qui nécessite des ajustements de la mémoire. Chez un certain nombre de mammifères, de nouveaux neurones naissent et...
Une étude impliquant le CEA-Jacob montre que la compatibilité immunologique de greffons neuronaux, utilisés en thérapie cellulaire pour traiter certaines maladies...
Une étude dirigée par McGill répond à un grand mystère: à quand remonte la survie des animaux à la période glaciaire ? De nouvelles données précisent notre...
Boire vous déprime-t-il ou est-ce l'inverse: la dépression vous incite-t-elle à boire ? Une étude menée pendant huit ans auprès de quelque 1300 adolescents par des...
Le hamster commun (Cricetus cricetus) est une espèce menacée d’extinction qui vit en milieu agricole mais parfois également en ville. L’une de ces populations...
Le Global Carbon Project auquel participent des chercheurs du LSCE publie aujourd'hui son analyse annuelle des tendances du cycle global du carbone et l'estimation 2019...
Gaz toxique, le sulfure d’hydrogène (H2S) est aussi une molécule de signalisation. Comprendre son mécanisme d’action requiert l’étude de la persulfidation des...
Dans cette étude, des chercheurs de l’Irig démontrent un très grand effet de conversion spin-charge dans un 2DEG généré à la surface de titanate de strontium...
Les fleurs de la plante modèle Arabidopsis thaliana émettent peu de parfum. Elles convertissent les terpènes volatiles en dérivés oxygénés qui sont stockés dans...
Grâce à une méthode utilisant une sonde atomique tomographique, une collaboration impliquant le Cimap-Iramis apporte des informations inédites sur des espèces...
Ces dernières années, un nombre croissant de recherches s'est focalisé sur la caractérisation de l’architecture cérébrale, ou la connectivité entre les zones du...
Grâce au Very Large Telescope de l’ESO, des chercheurs ont pour la toute première fois détecté la présence d’une planète géante à proximité d’une étoile...
Un consortium multidisciplinaire a mis en évidence de nouvelles propriétés biophysiques des lipides présents à la surface du bacille de la tuberculose,...
Des chercheurs du Laboratoire des sciences des procédés et des matériaux ont développé un nouveau modèle de la plasticité des cristaux, grâce auquel il est...
Les chercheurs de l’Irig ont développé un procédé appelé électro-fonctionnalisation sans contact (CLEF), procédé aux applications prometteuses en...
Une collaboration entre la DEN et l'Irfu permet de porter la précision du détecteur compact de neutrinos Stereo au meilleur niveau, pour la traque de l'hypothétique...
La structure 3D d’un régulateur clé pour la radiotolérance chez Deinococcus a été résolue. Ces travaux publiés dans Nucleic Acids Research décrivent un...
1,7 million. C’est le nombre de personnes infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) chaque année dans le monde. 1,7 million de personnes qui...
Le diamant pourrait bien détrôner le silicium dans de nombreux détecteurs utilisés en physique nucléaire et physique des particules, si son développement à grande...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales