Posté par Redbran le Dimanche 09/02/2020 à 14:00
Ce premier cliché du télescope spatial CHEOPS surprend les chercheurs
CHEOPS a pris ses premiers clichés. Ceux-ci dépassent les attentes des chercheurs.

Une nouvelle étape a été franchie dans la mise en service de CHEOPS: après l’ouverture du couvercle du télescope spatial le 29 janvier 2020, CHEOPS a maintenant pris ses premières images du ciel. CHEOPS est un projet de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et de la Suisse placé sous la houlette de l’Université de Berne, en collaboration avec l’Université de Genève.

La tension était à son comble: Réunis non loin de Madrid devant un grand écran dans la maison occupée par les membres du Consortium participant à la mise en service du satellite ainsi que dans les autres instituts impliqués dans la mission CHEOPS, les scientifiques et ingénieurs attendaient les premières images du télescope spatial. "Les premières images qui devaient apparaître étaient primordiales pour nous afin de pouvoir évaluer si les éléments optiques du télescope étaient sortis indemnes du décollage de la fusée", explique Willy Benz, professeur en astrophysique à l’Université de Berne et responsable de la mission CHEOPS. "Lorsque les premières images d’un champ stellaire sont apparues sur l’écran, tout le monde a immédiatement compris: le télescope fonctionne", se réjouit-il. Maintenant la question est de savoir jusqu’à quel point.

Première image de l'étoile choisie comme cible pour CHEOPS après avoir ouvert le couvercle. L'étoile au centre de l'image est située à 150 années-lumière de nous, dans la constellation du Cancer. L'image mesure environ 1000x1000 pixels, un pixel représentant un angle minuscule d'environ 0,0003 degrés (1 seconde d'arc) dans le ciel. Les autres étoiles de l'image, plus faibles, se trouvent en arrière-plan de l'étoile centrale. La section dans le coin inférieur droit montre une zone d'environ 100 pixels de large, centrée sur l'étoile cible. La forme étrange de l'étoile dans l'image est due à la défocalisation intentionnelle de l'optique de CHEOPS. CHEOPS mesure la lumière de l'étoile en ajoutant la lumière reçue dans tous les pixels de la zone représentée au sein du cercle. La défocalisation distribue la lumière à de nombreux pixels, ce qui permet à CHEOPS d'obtenir la meilleure précision photométrique possible.
© ESA/CHEOPS Mission Consortium/Airbus

Des premières images qui dépassent toutes les attentes

Une première analyse a montré que les images prises par CHEOPS dépassent les attentes. Dans ce cas précis, cela ne signifie pas qu’elles sont parfaitement nettes, car le télescope a été intentionnellement défocalisé. Ainsi la lumière collectée est répartie sur de nombreux pixels, afin d’atténuer l’effet des mouvements du satellite sur les images et d’accroître la précision photométrique. "Cerise sur le gâteau, les images floues reçues sont néanmoins encore plus lisses et symétriques que ce que nous avions imaginé en nous appuyant sur nos mesures en laboratoire", indique Willy Benz. Une haute précision est nécessaire pour permettre à CHEOPS d’observer les petits changements dans l’intensité de la lumière reçue d’une étoile causés par le passage d’une exoplanète devant elle. Comme les changements d’éclats sont proportionnels à la surface de l’exoplanète, CHEOPS pourra mesurer sa taille. «Ces premières analyses sont prometteuses et encourageantes pour les semaines à venir», poursuit-il.

D’autres tests de fonctionnement prévus

Au cours des deux prochains mois, les tests de fonctionnement de CHEOPS vont se poursuivre. "Nous allons analyser en détail de nombreuses autres images afin de déterminer le degré de précision que CHEOPS peut atteindre dans le cadre des différents aspects de son programme scientifique", explique David Ehrenreich, responsable scientifique de la mission à l'Université de Genève. "Les résultats obtenus jusqu’à présent nous laissent penser que nous sommes sur la bonne voie", conclut-il.

Voir aussi:
- Lancement prévu du satellite CHEOPS
- La mission Cheops prête pour un lancement

Contact:
- Willy Benz - Professeur à l'Institut de physique, Recherche en astrophysique et planétologie (WP), Université de Berne -
willy.benz at space.unibe.ch
- David Ehrenreich - Professeur au Département d’Astronomie - Faculté des sciences, Université de Genève
david.ehrenreich at unige.ch
Dernières news
Des chercheurs de l'Irig ont caractérisé la structure d'une protéine fluorescente entre ses positions "on" et "off". Avec des applications en imagerie du vivant. Les...
Des physiciennes et des physiciens ont pour la première fois observé la transmission de l'état quantique d’électrons au travers d’un îlot métallique de taille...
Un composé organique produit par la flore intestinale, le métabolite 4-Cresol, aurait des effets protecteurs contre le diabète de type 1 et de type 2, notamment en...
Parmi les pistes pour aller vers une société à faible empreinte carbone, la réutilisation du CO2 séduit de nombreuses équipes. Des scientifiques de l’IRCELYON...
La collaboration Alice au LHC (Cern), à laquelle contribue l'Irfu, vient de mettre en évidence la première particule capable de "résister" au "flot" du plasma de...
En identifiant le rôle d’une protéine particulière dans le développement des maladies du foie liées à l’obésité, des chercheurs de l’UNIGE ouvrent la voie...
Une équipe internationale de paléontologues et de géologues (France, Porto Rico, Argentine, Cuba et USA) mobilisant notamment des chercheurs du Laboratoire...
L’accélérateur en service le plus ancien du CERN dispose d’un nouvel aimant de déflexion rapide et recevra bientôt aussi un nouvel aimant à septum. Avant de...
Fruit d'une collaboration ESA-NASA associant notamment le Cnes, le CNRS et le CEA, la sonde Solar Orbiter a décollé le 9 février 2020 depuis le centre spatial Kennedy...
On entend souvent les mères raconter que leurs premières rides ou leurs premiers cheveux blancs sont apparus après avoir eu un enfant. Qu’on se le dise: enfanter,...
Une expérience menée auprès de l'installation ISOLDE du CERN montre que le noyau du 222Ra (isotope du radium) a la forme d'une poire. La plupart des noyaux ont la...
"Le pourquoi du sexe" reste encore aujourd’hui une des grandes questions évolutives. La découverte de lignées asexuées chez des espèces animales considérées...
En analysant les images du relevé LoTSS (LOFAR Two Meter Sky Survey), une équipe comprenant un astronome de l’Observatoire de Paris - PSL a découvert des ondes...
Des chercheurs de l’UNIGE et de l’Université de Manchester ont découvert des structures basées sur des matériaux bidimensionnels qui permettent d’émettre de...
Une collaboration entre biologistes et physiciens a permis de décrypter une étape clé de l’infection causée par le méningocoque, un pathogène humain responsable...
Des chercheurs de l’UNIGE et de CY Cergy Paris Université démontrent que les situations présentes évoquent en mémoire des situations passées qui partagent des...
Des scientifiques testent l’expérience NA61/SHINE du CERN avec un appareil construit en briques Lego. Le complexe d’accélérateurs du CERN permet aux...
Une nouvelle étude d’apprentissage automatique suggère la présence d’au moins neuf « expressions » de genre La terminologie conçue pour expliquer et...
Optimiser Euclid: une corrélation croisée entre les observables Pour mesurer les paramètres cosmologiques, le télescope spatial Euclid utilisera deux sondes...
Par Gillian Woodford Une forme de stéatose hépatique qui touche fréquemment les patients atteints du VIH peut être traitée en toute sécurité au moyen de la...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales