Posté par Adrien le Mercredi 19/02/2020 à 14:00
Premier cas de parthénogenèse chez les coccinelles !
"Le pourquoi du sexe" reste encore aujourd’hui une des grandes questions évolutives. La découverte de lignées asexuées chez des espèces animales considérées jusque-là comme étant strictement sexuées, ouvre la porte à des études pouvant éclairer cette question majeure. C’est le cas d’un travail publié dans la revue Journal of Zoological Systematics and Evolutionary Research par des chercheurs du Laboratoire Évolution et Diversité Biologique de Toulouse (EDB - CNRS/Univ. Toulouse III-Paul Sabatier/IRD), en collaboration avec des partenaires du Muséum National d’Histoire Naturelle et de l’Université des Açores (Portugal). Cet article rapporte la découverte de populations d’une espèce de coccinelle composées strictement de femelles parthénogénétiques, dont les oeufs non fertilisés donnent ainsi origine à une descendance composée également exclusivement de femelles. Les auteurs mettent en évidence des réarrangements chromosomiques et une infection par la bactérie Wolbachia chez ces individus et discutent la possible implication de ces phénomènes dans la reproduction asexuée.

Distribution géographique des populations sexuées et asexuées de la coccinelle Nephus voeltzkowi Weise (Coleoptera: Coccinellidae)
© Alexandra Magro - EDB

Des plumes colorées, des chansons mélodieuses, des odeurs aphrodisiaques, ou des parades nuptiales sont parmi les nombreux charmes déployés par les animaux pour attirer l'attention d'un partenaire sexuel. Ils témoignent du fait que la reproduction se fait très majoritairement à deux. Néanmoins, ce mode de reproduction est coûteux: il faut trouver un partenaire, ce qui prend du temps et expose les organismes à des risques, et s’adonner à ce que W. D. Hamilton appelait le "cirque ridicule du sexe". Dans ces conditions, pourquoi la reproduction asexuée n’est-elle pas plus répandue chez les animaux ? Il y a bien quelques exemples de lignées restées asexuées depuis des millions d’années, et cela malgré le fait que des mutations délétères devraient s’accumuler au long du temps et que ce mode de reproduction ne créerait pas la diversité génétique sur laquelle la sélection naturelle agit, permettant l’adaptation à de nouvelles conditions. Pourquoi ces cas sont-ils si rares ?

Parmi les insectes et autres Hexapodes, on estime qu’environ un millier d’espèces sont parthénogénétiques. Les Coccinellidae constituent une famille de coléoptères composée de quelque 6000 espèces, qui fait depuis longtemps l’objet de beaucoup d’attention de la part des chercheurs en raison, notamment, de leur rôle dans la régulation de certains ravageurs des cultures. Cependant, la parthénogenèse n’avait pas été reportée jusqu’à présent chez cette famille. Son existence est d’autant plus intéressante que ce mode de reproduction est rare chez les coléoptères, l’ordre le plus riche en espèces dans le monde animal.

Les coccinelles parthénogénétiques ont été découvertes dans deux localités se trouvant à une grande distance l’une de l’autre: l’archipel des Açores et l’île de la Réunion. Elles ont été identifiées comme Nephus voeltzkowi Weise, une espèce bisexuée commune en Afrique subsaharienne. Au terme d’analyses génétiques, ils ont montré la similarité des individus des deux populations et écarté la polyploïdisation et l’hybridation comme mécanismes déclencheurs de la parthénogenèse chez ces coccinelles, alors qu’ils en sont fréquemment responsables dans d’autres cas. Par contre, les caryotypes des individus des deux populations ont manifestement subi des réarrangements chromosomiques (fusions Robertsoniennes). Par ailleurs, ces individus parthénogénétiques sont également infectés par la bactérie Wolbachia, capable d’induire la parthénogenèse chez des organismes haplodiploïdes, et suspectée de pouvoir le faire chez des diplodiploïdes, comme les coléoptères. Remaniements chromosomiques et / ou infection par Wolbachia pourraient être des phénomènes post-parthénogenèse, mais les auteurs n’excluent pas la possibilité qu’ils se trouvent à l’origine même de la reproduction asexuée chez ces coccinelles.

Référence

First case of parthenogenesis in ladybirds (Coleoptera: Coccinellidae) suggests new mechanisms for the evolution of asexual reproduction, Alexandra Magro, Emilie Lecompte, Jean‐Louis Hemptinne, Antonio O. Soares, Anne‐Marie Dutrillaux, Jérôme Murienne, Helmut Fürsch, Bernard Dutrillaux, Journal of Zoological Systematics and Evolutionary Research, Nov. 2019. DOI: 10.1111/jzs.12339.
Dernières news
L’Agence spatiale européenne (ESA) et l’entreprise d’État pour les activités spatiales Roskosmos ont décidé de reporter à 2022 le lancement de la deuxième...
Quelques-unes des clés de la compréhension de l’origine du système solaire se trouvent à l’intérieur des planètes géantes. Si la sonde spatiale Juno a...
Une équipe du laboratoire Navier, en collaboration avec l'université du Delaware (Etats-Unis), a identifié un nouveau processus responsable du vieillissement des...
La gaine embryonnaire est une couche de glycoprotéines entourant l’embryon qui a été décrite chez la plante modèle Arabidopsis thaliana. Dans un article publié...
Une collaboration française impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) a étudié une archive sédimentaire atypique: les matières accumulées entre mai 2015 et mars 2016 dans...
Dans une même expérience et pour un même matériau, des physiciennes et des physiciens ont pour la première fois mesuré la chiralité de l'organisation magnétique...
De nombreux phénomènes permettent de stocker des données au format binaire, comme les changements d’état magnétique dans les matériaux dits à transition de...
Comme beaucoup de ses collègues, le professeur Andrés Finzi, du Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal, réoriente...
L’impact artificiel produit par la mission spatiale Hayabusa2 sur l’astéroïde Ryugu: un cratère bien plus grand que prédit ! Quelle est la dimension d’un...
Grâce à une étude de terrain en Chine, une collaboration internationale impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) démontre que la culture de bambous Moso atténue le...
Au sein des cellules, des protéines appelées facteurs de transcription, reconnaissent spécifiquement diverses molécules. Des chercheurs du LCPO (CNRS/Université de...
Une première preuve de concept de stack pile à combustible PEMFC de 1 kWatt avec des composants imprimés a été réalisée. Outre la diminution des coûts grâce à...
Le projet EmoDémos, mené auprès d’enfants de 7 à 12 ans et dirigé par l’UNIGE, démontre que pratiquer un instrument au sein d’un orchestre peut faciliter...
La marée: un ingrédient essentiel de la dispersion des eaux douces du panache de l’Amazone dans l’océan Atlantique tropical Le panache d’eau douce du fleuve...
L’équipe de Julie Hussin, composée d’une dizaine de chercheurs en bio-informatique, s’attaque à la caractérisation génétique du coronavirus responsable de la...
Une croissance juvénile optimale repose sur une alimentation diversifiée et des études récentes démontrent le rôle important du microbiote intestinal dans ce...
Face à un virus encore mal connu, la recherche a besoin de tous les moyens pour lutter contre le COVID-19. Conçu, hébergé et maintenu à jour par des chercheurs et...
Dans les cellules photovoltaïques, l'absorption d'un photon par un matériau semi-conducteur crée une paire électron-trou (appelée exciton), résultant de...
Le record du monde d’Usain Bolt sur 200 mètres n'a pas été battu depuis 10 ans, et celui de Florence Griffith Joyner depuis plus de 30 ans. Et si les mathématiques...
Mépris, blâme, désinformation: guidées par la peur, les réactions des gens à la pandémie de COVID-19 empirent parfois une situation déjà complexe. Pourquoi...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales