Posté par Redbran le Mercredi 06/11/2019 à 14:00
Pourquoi la glace glisse si bien ?

C’est un film d’eau généré par frottement, bien plus mince qu’attendu et surtout bien plus visqueux que l’eau usuelle, qui ressemble au "granité" que l’on boit l’été, qui rend la glace si glissante. C’est ce que viennent de démontrer des chercheurs du CNRS et de l’ENS-PSL avec le soutien de l’École polytechnique, dans une étude parue le 4 novembre 2019 dans Physical Review X.

Le caractère "glissant" de la glace est généralement attribué à la formation d'une mince couche d'eau liquide générée par frottement, ce qui permettrait par exemple à un patin de "surfer" sur ce film liquide. Les propriétés de cette mince couche d’eau n’avaient jamais pu être mesurées: son épaisseur restait largement inconnue et ses propriétés, voire son existence même, restaient l’objet de débats. De plus, l’eau liquide étant connue pour être un mauvais lubrifiant, comment ce film liquide pouvait-il baisser la friction et rendre la glace glissante ?

Pour résoudre ce paradoxe, des chercheurs et chercheuses du Laboratoire de physique de l’ENS (CNRS/ENS-PSL /Sorbonne Université/Université de Paris), en collaboration avec une équipe du Laboratoire d’hydrodynamique (LadHyX, CNRS/École polytechnique), ont mis au point un dispositif, utilisant un diapason, similaire à ceux utilisé en musique, qui permet "d’écouter" les forces à l’oeuvre dans le glissement de la glace, avec une précision remarquable. En effet, malgré la taille centimétrique de l’instrument, sa sensibilité est telle qu’il est possible de sonder la glace et d’analyser les propriétés de frottement à l’échelle nanométrique.

Grâce à leur dispositif unique, les scientifiques ont pour la première fois démontré sans ambiguïté qu’un frottement génère effectivement un film d’eau liquide. Ce film réserve cependant plusieurs surprises: avec une épaisseur mesurée de quelques centaines de nanomètres à un micron, soit un centième de l’épaisseur d’un cheveu, il est beaucoup plus mince que ce que suggéraient les estimations théoriques. Et de façon plus inattendue, ce film est loin d'être de l’"eau simple": il est constitué d’une eau aussi visqueuse que de l’huile, avec des propriétés viscoélastiques complexes. Ce comportement inattendu suggère que la glace de surface ne se transforme pas complètement en eau liquide, mais se retrouve plutôt dans un état mixte proche du "granité", un mélange d’eau glacée et de glace pilée. Le mystère de la glisse sur la glace réside ainsi dans la nature "gluante" de ce film d’eau.

Ces résultats montrent qu’il faut complètement remettre à plat les descriptions théoriques qui ont été proposées jusqu’ici pour décrire le frottement sur la glace. Les propriétés anormales de l’eau fondue sont un paramètre clef qui n’a jamais été pris en compte jusqu’à maintenant. Non seulement cela permettra de mieux appréhender la glisse sur la glace, pour les sports d’hiver par exemple, mais aussi de suggérer des solutions innovantes pour augmenter la friction, afin d’éviter les dérapages sur les routes glacées.

Bibliographie:
Nanorheology of interfacial water during ice gliding. L. Canale, J. Comtet, A. Niguès, C. Cohen, C. Clanet, A. Siria, L.Bocquet. Physical Review X, 4 novembre 2019. DOI: 10.1103/PhysRevX.9.041025.
Dernières news
Un mécanisme original d’adaptation à la vie dans le désert vient d’être mis en évidence chez la bactérie Ramlibacter tataouinensis. Cette bactérie non...
Méthode d’analyse très utile en immunologie, la cytométrie de masse fait appel à des sondes qui sont des anticorps, couplés à différents isotopes métalliques,...
Une signature exotique dans la rémanence du Big Bang discrimine nombre de théories récentes décrivant l’univers primordial L’inflation cosmologique, une époque...
Lorsqu’on prend des décisions au sein d’un groupe, les conséquences de notre propre choix dépendent aussi souvent de ce qu’on pense des décisions potentielles...
Les sursauts gamma sont des émissions très brèves et extrêmement énergétiques qui accompagnent des cataclysmes astrophsyiques comme la mort d'une étoile massive....
Vendredi 22 novembre, Ariane 5 s’élancera depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG), port spatial de l’Europe, pour mettre en orbite deux satellites de...
Polymères à base d’acides aminés, les polypeptides sont des briques macromoléculaires qui peuvent former des nanoparticules biocompatibles et biodégradables....
Des chercheurs de l'Irig ont caractérisé un peptide d’origine naturelle aux propriétés antibiotiques efficaces. Alors que les bactéries pathogènes résistent de...
Patrick Hennebelle du Département d'astrophysique de l’Irfu va diriger une équipe de recherche internationale qui vient de recevoir une subvention ERC Synergy. Le...
Dans une étude publiée dans la revue PLOS Pathogens, les chercheurs ont observé que les bactéries Escherichia coli associées à la maladie de Crohn enclenchent de...
La collaboration BASE rapporte la première recherche en laboratoire d'une interaction entre l'antimatière et une particule candidate à la matière noire. La nature...
Une synthèse des rapports de l’IPBES, le GIEC de la biodiversité, réalisée par une équipe internationale de plus de 30 scientifiques dont Sandra Lavorel...
Le réseau terrestre de télescopes optiques, étroitement associé à l'observatoire spatial franco-chinois Svom, a démontré sa capacité à suivre la contrepartie...
De nouveaux résultats issus de la mission Tara Oceans, portée par une collaboration entre la Fondation Tara Océan et des scientifiques du CNRS, de l’EMBL, du CEA,...
Une équipe internationale pilotée par l'Irfu a sondé les enveloppes de poussières autour d'étoiles encore en formation et observé des grains de taille...
Un consortium international, dont l'UNIGE, a pour la première fois étudié de manière systématique le génome du parasite Plasmodium, responsable du paludisme,...
Les modèles de physique ne parviennent pas à simuler la production d’antineutrinos des réacteurs nucléaires. Ce contretemps mis en lumière il y a 8 ans a fait...
La symbiose microbienne est très répandue chez les animaux et elle joue un rôle clé dans l’écologie et l’évolution des espèces. Toutefois, les interactions...
Grâce à un scanner à comptage de photons développé par des ingénieurs et des physiciens, des biologistes ont pu suivre pendant plusieurs mois la croissance...
Comment le carbone continental migre-t-il dans l'océan ? Une collaboration internationale et pluridisciplinaire, pilotée par le LSCE, apporte une réponse étonnante...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales