Posté par Redbran le Dimanche 09/05/2021 à 13:00

Le plus ancien sorgho de l’Arabie orientale

Le sorgho est actuellement la cinquième céréale la plus cultivée au monde. Les trajectoires et les modalités de diffusion de cette céréale tropicale, domestiquée en Afrique sub-saharienne dans le courant du 4ème millénaire av. notre ère, restent encore mal connues.

Une analyse archéobotanique menée sur le fort sassanide et islamique ancien de Fulayj (Oman, 5ème-8ème siècle de notre ère), réalisée sur la plate-forme archéobotanique du laboratoire Archéozoologie, Archéobotanique: Sociétés, pratiques et environnements (AASPE - MNHN/CNRS) et publiée dans la revue
Journal of Arid Environments, révèle la plus ancienne attestation de sorgho dans la région identifiée de manière certaine et datée directement par le radiocarbone. L’étude suggère une culture locale de cette céréale, intégrée aux systèmes d’acquisition des produits agricoles et combustibles.

Peu d’analyses archéobotaniques concernent les périodes sassanide et islamique en Arabie orientale alors que de nombreux débats à propos de l’occupation du territoire ou du contrôle des flux commerciaux subsistent pour ces périodes. Des fouilles archéologiques sur le fort sassanide et islamique ancien de Fulayj (Oman, 5ème-8ème siècle de notre ère) ont donné l’opportunité d’obtenir de nouvelles données sur les productions agricoles et la collecte du combustible. De plus, elles ont permis de mettre en évidence la présence de sorgho, une céréale tropicale originaire d’Afrique sub-saharienne, qui a longtemps été considérée comme ayant été introduite en Arabie orientale dès l’âge du Bronze (Hili 8, E.A.U., 3ème millénaire av. notre ère) avant que ces identifications ne soient remises en question.

L’identification des grains de sorgho de Fulayj a été effectuée à l’aune de nouveaux critères de détermination et ils ont été datés, directement et indirectement, par le radiocarbone. Par conséquent, il s’agit de la plus ancienne attestation archéobotanique de sorgho de l’Arabie orientale, identifiée et datée de manière certaine.

Figure 1: Caryopse (grain) de sorgho carbonisé trouvé à Fulayj (© V. Dabrowski)

La question de son origine mérite d’être soulevée: s’agit-il d’une importation commerciale ou une culture locale est-elle à considérer ? L’Afrique orientale, le sous-continent Indien ou le Yémen représentent des candidats pertinents de provenance car le sorgho y était cultivé, pour certains depuis longtemps, au moment de l’occupation du site. Néanmoins, des empreintes en terre de grains de sorgho ont été trouvées: elles suggèrent une utilisation de sous-produits (paille, balle...) de la céréale comme dégraissant pour la terre à bâtir au sein de laquelle des grains auraient été incorporés accidentellement. De tels indices permettent de proposer une introduction agricole de cette céréale. En outre, des mentions textuelles indiquent que le sorgho était cultivé dès le début de la période islamique dans la région. C’est pourquoi le sorgho semble bien avoir été acclimaté en Oman dès cette période à la faveur d’échanges à longue distance.

Les résultats archéobotaniques montrent que le sorgho a pu être intégré aux systèmes agricoles oasiens de la région, composés de palmier-dattiers, de céréales et de légumineuses. Ces espaces oasiens ont pu être entretenus à proximité du site à l’instar des palmeraies actuelles, ou dans la zone côtière de la Batinah, à environ 15 km. Ce secteur présente en effet des avantages édaphiques et hydrologiques qui pourraient avoir conduit à choisir ce secteur pour l’approvisionnement en produits agricoles. Ainsi, la découverte de sorgho permet de mieux comprendre l’histoire de la diffusion de cette céréale tropicale au Moyen-Orient et dans l’océan Indien.

Référence:
Vladimir Dabrowski, Charlène Bouchaud, Margareta Tengberg, Antoine Zazzo, Seth Priestman. Archaeobotanical analysis of food and fuel procurement from Fulayj fort (Oman, 5th-8th c. CE) including the earliest secure evidence for sorghum in Eastern Arabia. Journal of Arid Environments, Volume 190, 2021.

Contacts:
- Vladimir Dabrowski - Archéozoologie, Archéobotanique: Sociétés, pratiques et environnements (AASPE - CNRS / MNHN) - vladimir.dabrowski at mnhn.fr
- Thomas Cucchi - Correspondant communication - Archéozoologie, Archéobotanique: Sociétés, pratiques et environnements (AASPE – CNRS / MNHN) - cucchi at mnhn.fr
Dernières actualités
Rien ne doit entrer dans l’oeil et une des barrières contre les intrus est le film lacrymal. Or...
Une nouvelle étude portant sur 64 millions de kilomètres de cours d’eau dans le monde révèle...
Il y a 10 000 ans à Chypre, les premiers néolithiques ont domestiqué le sanglier endémique de...
La quantité de chaleur que notre planète emmagasine a pratiquement doublé depuis 2005. En termes...
Les sources de lumière joueront un rôle essentiel dans les technologies quantiques émergentes,...
Des chercheurs de CEA-Joliot, du Collège de France, du CNRS et de l'Université Paris 8 montrent...
Lorsque Bételgeuse, une étoile orange brillante de la constellation d'Orion, est devenue beaucoup...
Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'Université McGill et d’INRAE révèle...
L’avenir de la Russie dans le cosmos réside-t-il dans un partenariat avec la Chine ? Alors même...
Des scientifiques de l’UNIGE démontrent comment la mutation d’un seul gène peut ralentir la...
A partir des données de la sonde Cassini collectées autour d’Encelade - une lune de Saturne...
Conséquence du développement de l’industrie et du commerce mondial, le bruit sous-marin a...
Nul n’oserait dire que la domestication rend les animaux plus intelligents. Mais en attendant,...
Les phénomènes de résistance aux antibiotiques, développés par plusieurs pathogènes...
Le 10 juin 2021, le comité des programmes de l’ESA a sélectionné la mission EnVision renouant...
Des scientifiques du Laboratoire des multimatériaux et interfaces (CNRS/Université Claude Bernard...
Les États-Unis offrent un portrait de plus en plus contrasté: la plupart des États avec le plus...
Les interventions nutritionnelles visant à prévenir ou à contrer l'obésité et le diabète de...
Les zones littorales et côtières représentent des zones où les enjeux écologiques et humains...
Les équipes NIMBE/LIONS du CEA-Iramis et "Régulation transcriptionnelle des génomes" de...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales