Posté par Adrien le Samedi 10/08/2019 à 08:00
A l’origine de la croissance indéfinie des plantes
Contrairement aux animaux qui acquièrent leur forme pendant le développement de l’embryon, celle de la plupart des plantes est indéfinie car elles produisent de nouveaux organes comme les feuilles pendant toute leur vie. Le mécanisme génétique qui permet cette capacité est identifié mais son origine évolutive est inconnue. Les chercheurs ont montré que chez les mousses, reliques des premières plantes terrestres, ce mécanisme contrôle le développement de la tige alors que sa croissance est limitée. Ces résultats publiés dans la revue Current Biology suggèrent que le mécanisme en question existait avant que les plantes n’acquièrent la capacité à pousser indéfiniment, et permettent de mieux comprendre comment la forme des plantes a changé depuis leur origine il y a plus de 450 millions d’années.

Figure: Le sporophyte de mousse est une tige à croissance définie, c’est à dire qu’on peut prédire quand elle va s’arrêter de pousser (gauche, source: Wikimedia Commons). La protéine MOSS KNOX 2, marquée par une coloration bleue, est active au milieu d’un jeune sporophyte en développement et contrôle la prolifération des cellules en activant la synthèse de cytokinines (droite).
© Yoan Coudert

Un des défis majeurs en biologie est de comprendre comment les organismes vivants ont acquis leur apparence au cours de l’évolution. Chez la plupart des plantes, une caractéristique est la capacité à pousser en continu tout au long de la vie. Ce potentiel de "croissance indéfinie" dépend directement de l’activité d’un groupe de cellules situé à la pointe des tiges, le méristème, qui prolifère et fournit en permanence les cellules nécessaires à la croissance de la tige.

Grâce aux fossiles, on sait que la croissance indéfinie n’existait pas chez les premières plantes terrestres. Celles-ci avaient une croissance “définie” et formaient des tiges très petites, sans feuilles et qui ne mesuraient pas plus de quelques centimètres. Ces végétaux anciens ont disparu mais il subsiste sur la planète un groupe de plantes qui possèdent toujours ces caractéristiques ancestrales: les mousses.

Au niveau moléculaire, on sait qu’une famille de protéines appelées KNOX contrôle la prolifération indéfinie des méristèmes. Elles activent la biosynthèse de cytokinines qui sont des molécules régulatrices de la division des cellules. Les protéines KNOX sont essentielles au développement car, lorsqu’elles sont inactivées, le méristème disparait et la croissance des plantes s’arrête. De façon surprenante, la mousse possède des protéines KNOX alors que la croissance de sa tige (le sporophyte) est définie.

Afin de comprendre la fonction ancestrale des protéines KNOX, les chercheurs ont étudié leur rôle dans le développement du sporophyte des mousses. Pour cela, ils ont modifié une protéine appelée MOSS KNOX2 pour la rendre active plus longtemps et plus fortement dans la mousse, ce qui a eu pour effet de prolonger la croissance du sporophyte. Ils ont aussi activé la protéine MOSS KNOX2 dans des tissus dans lesquels elle est normalement absente. Ils ont pu montrer que cette sur-activation était suffisante pour induire la production de cytokinines. Ces expériences ont révélé qu'un rôle fondamental des protéines KNOX est de réguler la production de cytokinines, et ce rôle est conservé quel que soit le mode de croissance (défini ou indéfini) des tiges.

Depuis leur découverte il y a plus d’une centaine d'années, on pensait que les méristèmes qui assurent la croissance indéfinie à la pointe des tiges provenaient d'une cellule unique que l’on trouvait aussi à la pointe des tiges chez les premières plantes terrestres. En démontrant qu’un même module moléculaire KNOX/cytokinine peut agir à la pointe des tiges à croissance indéfinie, mais aussi au milieu du sporophyte de mousse, les chercheurs mettent en évidence que ces deux zones ont une similarité génétique. Ce résultat suggère que les méristèmes que l’on trouve à la pointe des tiges auraient une origine complexe et pourraient être issus d’une zone jusque-là largement ignorée.

Il faut maintenant essayer de comprendre comment l’activité des protéines KNOX pourrait avoir migré depuis le milieu vers la pointe des tiges, et tenter de déterminer si ce changement est suffisant pour donner aux mousses la capacité de croitre sans s’arrêter.

Pour en savoir plus:

A KNOX-Cytokinin Regulatory Module Predates the Origin of Indeterminate Vascular Plants.
Coudert Y, Novák O, Harrison CJ.
Curr Biol. 2019 Jul 26. pii: S0960-9822(19)30843-7. doi: 10.1016/j.cub.2019.06.083. [Epub ahead of print]
Dernières news
Fruit d'une collaboration ESA-NASA associant notamment le Cnes, le CNRS et le CEA, la sonde Solar Orbiter a décollé le 9 février 2020 depuis le centre spatial Kennedy...
On entend souvent les mères raconter que leurs premières rides ou leurs premiers cheveux blancs sont apparus après avoir eu un enfant. Qu’on se le dise: enfanter,...
Une expérience menée auprès de l'installation ISOLDE du CERN montre que le noyau du 222Ra (isotope du radium) a la forme d'une poire. La plupart des noyaux ont la...
"Le pourquoi du sexe" reste encore aujourd’hui une des grandes questions évolutives. La découverte de lignées asexuées chez des espèces animales considérées...
En analysant les images du relevé LoTSS (LOFAR Two Meter Sky Survey), une équipe comprenant un astronome de l’Observatoire de Paris - PSL a découvert des ondes...
Des chercheurs de l’UNIGE et de l’Université de Manchester ont découvert des structures basées sur des matériaux bidimensionnels qui permettent d’émettre de...
Une collaboration entre biologistes et physiciens a permis de décrypter une étape clé de l’infection causée par le méningocoque, un pathogène humain responsable...
Des chercheurs de l’UNIGE et de CY Cergy Paris Université démontrent que les situations présentes évoquent en mémoire des situations passées qui partagent des...
Des scientifiques testent l’expérience NA61/SHINE du CERN avec un appareil construit en briques Lego. Le complexe d’accélérateurs du CERN permet aux...
Une nouvelle étude d’apprentissage automatique suggère la présence d’au moins neuf « expressions » de genre La terminologie conçue pour expliquer et...
Optimiser Euclid: une corrélation croisée entre les observables Pour mesurer les paramètres cosmologiques, le télescope spatial Euclid utilisera deux sondes...
Par Gillian Woodford Une forme de stéatose hépatique qui touche fréquemment les patients atteints du VIH peut être traitée en toute sécurité au moyen de la...
Une équipe internationale d’astronomes comprenant des chercheurs de l’Observatoire de Paris - PSL a obtenu en décembre 2019 une image de la surface de la célèbre...
Océans: la fragmentation des particules joue un rôle majeur dans la séquestration du carbone Une équipe franco-britannique pilotée par le Laboratoire...
La vie en ville peut faire évoluer les populations urbaines différemment des autres. Des chercheurs du laboratoire Biogéosciences (CNRS/EPHE/Université de Bourgogne)...
Les télescopes de l’ESO scrutent la baisse de luminosité de surface de l’étoile Bételgeuse Grâce au Very Large Telescope (VLT) de l’ESO, les astronomes ont...
Une initiative de l’UE a publié un rapport sur les solutions et recommandations adoptées pour répondre aux préoccupations environnementales liées à la production...
"Travailler l’imaginaire est l’une des parties qui m’intéresse le plus dans ma recherche. Si on avait une géométrie qui n’est pas comme la géométrie plate...
Un progrès important vient d'être réalisé en développant un algorithme permettant de calculer le problème quantique à N corps jusqu’à l’ordre 15, très...
L’organisation tridimensionnelle des chromosomes doit être régulée afin d’assurer le bon fonctionnement de processus biologiques tels que la transcription, la...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales