Posté par Adrien le Samedi 10/08/2019 à 08:00
A l’origine de la croissance indéfinie des plantes
Contrairement aux animaux qui acquièrent leur forme pendant le développement de l’embryon, celle de la plupart des plantes est indéfinie car elles produisent de nouveaux organes comme les feuilles pendant toute leur vie. Le mécanisme génétique qui permet cette capacité est identifié mais son origine évolutive est inconnue. Les chercheurs ont montré que chez les mousses, reliques des premières plantes terrestres, ce mécanisme contrôle le développement de la tige alors que sa croissance est limitée. Ces résultats publiés dans la revue Current Biology suggèrent que le mécanisme en question existait avant que les plantes n’acquièrent la capacité à pousser indéfiniment, et permettent de mieux comprendre comment la forme des plantes a changé depuis leur origine il y a plus de 450 millions d’années.

Figure: Le sporophyte de mousse est une tige à croissance définie, c’est à dire qu’on peut prédire quand elle va s’arrêter de pousser (gauche, source: Wikimedia Commons). La protéine MOSS KNOX 2, marquée par une coloration bleue, est active au milieu d’un jeune sporophyte en développement et contrôle la prolifération des cellules en activant la synthèse de cytokinines (droite).
© Yoan Coudert

Un des défis majeurs en biologie est de comprendre comment les organismes vivants ont acquis leur apparence au cours de l’évolution. Chez la plupart des plantes, une caractéristique est la capacité à pousser en continu tout au long de la vie. Ce potentiel de "croissance indéfinie" dépend directement de l’activité d’un groupe de cellules situé à la pointe des tiges, le méristème, qui prolifère et fournit en permanence les cellules nécessaires à la croissance de la tige.

Grâce aux fossiles, on sait que la croissance indéfinie n’existait pas chez les premières plantes terrestres. Celles-ci avaient une croissance “définie” et formaient des tiges très petites, sans feuilles et qui ne mesuraient pas plus de quelques centimètres. Ces végétaux anciens ont disparu mais il subsiste sur la planète un groupe de plantes qui possèdent toujours ces caractéristiques ancestrales: les mousses.

Au niveau moléculaire, on sait qu’une famille de protéines appelées KNOX contrôle la prolifération indéfinie des méristèmes. Elles activent la biosynthèse de cytokinines qui sont des molécules régulatrices de la division des cellules. Les protéines KNOX sont essentielles au développement car, lorsqu’elles sont inactivées, le méristème disparait et la croissance des plantes s’arrête. De façon surprenante, la mousse possède des protéines KNOX alors que la croissance de sa tige (le sporophyte) est définie.

Afin de comprendre la fonction ancestrale des protéines KNOX, les chercheurs ont étudié leur rôle dans le développement du sporophyte des mousses. Pour cela, ils ont modifié une protéine appelée MOSS KNOX2 pour la rendre active plus longtemps et plus fortement dans la mousse, ce qui a eu pour effet de prolonger la croissance du sporophyte. Ils ont aussi activé la protéine MOSS KNOX2 dans des tissus dans lesquels elle est normalement absente. Ils ont pu montrer que cette sur-activation était suffisante pour induire la production de cytokinines. Ces expériences ont révélé qu'un rôle fondamental des protéines KNOX est de réguler la production de cytokinines, et ce rôle est conservé quel que soit le mode de croissance (défini ou indéfini) des tiges.

Depuis leur découverte il y a plus d’une centaine d'années, on pensait que les méristèmes qui assurent la croissance indéfinie à la pointe des tiges provenaient d'une cellule unique que l’on trouvait aussi à la pointe des tiges chez les premières plantes terrestres. En démontrant qu’un même module moléculaire KNOX/cytokinine peut agir à la pointe des tiges à croissance indéfinie, mais aussi au milieu du sporophyte de mousse, les chercheurs mettent en évidence que ces deux zones ont une similarité génétique. Ce résultat suggère que les méristèmes que l’on trouve à la pointe des tiges auraient une origine complexe et pourraient être issus d’une zone jusque-là largement ignorée.

Il faut maintenant essayer de comprendre comment l’activité des protéines KNOX pourrait avoir migré depuis le milieu vers la pointe des tiges, et tenter de déterminer si ce changement est suffisant pour donner aux mousses la capacité de croitre sans s’arrêter.

Pour en savoir plus:

A KNOX-Cytokinin Regulatory Module Predates the Origin of Indeterminate Vascular Plants.
Coudert Y, Novák O, Harrison CJ.
Curr Biol. 2019 Jul 26. pii: S0960-9822(19)30843-7. doi: 10.1016/j.cub.2019.06.083. [Epub ahead of print]
Dernières news
Le déménagement vers des chambres individuelles au site Glen du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a permis de réduire considérablement les taux...
D’une taille de 2 060 km, le noyau de Mercure est plus gros de 50 km qu’on ne le croyait jusqu’ici: c’est ce qu’ont découvert trois chercheurs du Laboratoire...
Des embryons de poulet mettent en temps normal une vingtaine de jours pour devenir poussins. En observant la formation de leurs pattes, une équipe du CNRS et de...
Près de 40 % des 40 principaux oléoducs et gazoducs transnationaux qui traversent l’Europe sont en exploitation depuis plus de 40 ans. Une initiative de l’UE a...
La dépression peut être associée à des comportements comme l’évitement social, c’est-à-dire le refus d’être confronté aux situations d’interactions avec...
Des études ont montré qu’il est possible d’atténuer les manifestations du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez l’enfant en...
Une équipe d’astronomes dirigée par Anne-Marie Lagrange, chercheuse du CNRS à l’Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble (CNRS/Université...
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène) et les analgésiques comme le paracétamol sont parmi les médicaments les plus prescrits pendant les premiers...
Afin d'améliorer les performances des super condensateurs, des chercheurs de l'lnstitut de recherche interdisciplinaire de Grenoble (lRlG) ont eu l’idée d’espacer...
Des chercheurs de l’UNIGE, du CHUV, de l’EPFL, du CIBM, des HUG et de l’UNIL démontrent comment des maladies chroniques du foie provoquent un changement...
Des ingénieurs ont mis au point un processus de chargement par conduction et de paiement automatisé pour les véhicules électriques (VE). Cette solution permettra...
Le Supersynchrotron à protons recevra un nouvel arrêt de faisceaux avant la fin du deuxième long arrêt du complexe d’accélérateurs du CERN. D’ici la fin du...
La thèse de doctorat de feu Bernard Arcand, gardée sous scellés à l'Université Cambridge pendant un demi-siècle, met en lumière un peuple de chasseurs-cueilleurs...
Longtemps considéré par les experts en aérodynamique comme le Saint-Graal de la discipline, l’écoulement laminaire naturel permettra, on l’espère, aux...
Un remorqueur letton abrite le premier banc d’essai d’une nouvelle technologie visant à purifier les gaz d’échappement des bateaux. À lui seul, le trafic...
Des scientifiques sont parvenus à caractériser des composantes essentielles qui masquent les rayonnements primordiaux émis par le Big Bang. Ces résultats...
Grâce à une étude basée sur l’analyse des comportements et de l’activité cérébrale (EEG), les chercheurs démontrent que les chevaux ont une mémoire...
Il est rare que les ingénieurs prennent la peine de modéliser les incendies du fait de la complexité et du coût que cela représente. Un système récemment mis au...
L’amélioration des paliers lisses est l’un des facteurs clés permettant de renforcer la sécurité des aéronefs. Le projet AOrbit s’emploie à construire un...
Si une partie du contenu de l’étoile à neutrons commence à se déplacer vers l’extérieur, la rotation de l’étoile s’accélère. C’est ce que les...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales