Posté par Isabelle le Samedi 01/12/2018 à 12:00
Un nouveau mécanisme unique qui entraîne la perte de leur masse graisseuse en traitement du diabète
Un nouveau traitement novateur contre l’obésité réduira l’impact du diabète: l’apparition de la «pilule d’exercice physique» est-elle imminente?

Le nombre de personnes souffrant de diabète a quadruplé entre 1980 et 2014. Aucun des médicaments disponibles pour traiter le diabète ne réduit la résistance à l’insuline qui est l’une des principales causes du diabète de type 2 induit par l’obésité. Un projet soutenu par l’Union européenne (UE) a mis au point une nouvelle approche susceptible d’y arriver.

Le nombre d’adultes souffrant de diabète dans le monde entier a quadruplé, passant de 108 millions de personnes en 1980 à 422 millions de personnes en 2014. Environ 90 % de ces personnes souffrent du diabète de type 2 qui est l’une des principales causes d’insuffisance rénale, de cécité, d’atteinte nerveuse, d’amputation, de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. On estime qu’environ 10 % seulement des diabétiques de type 2 (DT2) réussissent à mener une vie sans complications.

Le traitement actuel du DT2 stimule la production d’insuline dans les cellules β du pancréas (agoniste du récepteur du GLP-1) ou bloque la réabsorption de glucose par les reins, il est donc évacué dans l’urine (inhibiteurs de SGLT2). Lorsque la pression devient trop forte sur les cellules β pour produire plus d’insuline et que ces traitements échouent, les injections d’insuline constituent le dernier recours.

«À l’heure actuelle, il n’existe aucun médicament approuvé capable d’augmenter l’absorption de glucose par les muscles (ce qui est la principale tâche de l’insuline) ou de réduire la résistance systémique à l’insuline, soulageant ainsi la pression exercée sur les cellules β. L’O304 peut faire tout cela», explique le Dr Thomas Edlund, coordonnateur du projet AMPK-DIAB. L’O304 fait partie des composés activateurs de l’enzyme AMPK de la série O. D’après les explications du Dr Edlund, l’exercice physique fait baisser les niveaux d’énergie dans les cellules. Pour restaurer les niveaux d’énergie, le corps active l’enzyme AMPK.

L’activation de l’enzyme AMPK augmente l’absorption du glucose et des lipides et stimule l’oxydation de ces nutriments pour générer de l’énergie. Elle augmente également le débit sanguin pour fournir ces nutriments aux tissus. Ainsi donc, la capacité d’activer l’enzyme AMPK avec une petite molécule à propriété pharmacologique est le Saint Graal: elle marquerait le début de la formulation de la «pilule d’exercice physique».

«Fondamentalement, c’est exactement ce que nous avons réussi à réaliser», explique le Dr Edlund. «L’O304 imite tous les effets bénéfiques de l’exercice physique sur l’obésité, le DT2, la stéatose hépatique, le système cardiovasculaire et de nombreuses autres fonctions physiologiques. D’ailleurs, les animaux traités avec l’O304 courent sur des distances beaucoup plus importantes que les animaux témoins.» L’O304 peut maintenant être développé pour traiter l’obésité et les maladies et complications associées. Le docteur explique, en outre, qu’il est sûr et bien toléré aussi bien par les animaux que par les hommes.

Étant donné qu’il augmente la dépense énergétique des animaux grâce à un nouveau mécanisme unique qui entraîne la perte de leur masse graisseuse alors même qu’ils mangent encore plus, l’O304 est particulièrement bien adapté au traitement de l’épidémie mondiale de l’obésité. Aucun autre médicament disponible sur le marché ne peut augmenter la dépense énergétique.

Betagenon, la société suédoise à l’origine du projet AMPK-DIAB, espère cibler une population très vulnérable de patients atteints de DT2. «La principale problématique du DT2 réside dans ses complications dévastatrices, qui sont en grande partie dues à la réduction du débit sanguin dans les minuscules capillaires. L’O304 augmente considérablement le débit sanguin afin de pouvoir surmonter ces complications chez les patients obèses souffrant de DT2», explique-t-il.

Ils ont effectué avec succès un essai clinique exploratoire de phase IIa d’une durée de 28 jours sur des patients atteints de diabète de type 2 traités avec de la metformine. Ils établissent actuellement des profils de produits cibles, d’un point de vue commercial, pour chaque maladie pour laquelle l’O304 pourrait être une option.

«Le diabète est une épidémie qui menace l’économie de tous les États membres de l’UE. Notre projet relève ce défi en proposant un nouveau traitement pharmacologique aux cliniciens et à leurs patients. L’O304 comblera le déficit de connaissances au niveau européen. À ce jour, aucune société n’a été en mesure de prévalider un activateur efficace de l’enzyme AMPK à molécule de taille réduite», déclare le Dr Edlund.
Dernières news
Deux chercheurs ont développé une nouvelle méthode pour multiplier les très grands nombres. Une avancée potentiellement historique pour...
Le 23 mai, la goélette de la Fondation Tara Océan quittera Lorient pour une expédition de six mois sur les fleuves européens. À son bord, une quarantaine de...
Décarboniser le secteur du transport maritime constitue un défi de taille, mais une entreprise finlandaise a passé ces deux dernières années à montrer comment...
Une nouvelle étape vient d’être franchie avec succès par les scientifiques en charge de la réalisation du spectromètre X-IFU, l’instrument phare du futur...
Le cyclisme est une activité agréable et saine, mais aussi potentiellement dangereuse. Entre 2010 et 2016, environ 2 000 cyclistes européens ont été tués chaque...
Les balises de détresse de prochaine génération exploiteront la capacité de recherche et de sauvetage par satellite Galileo Une initiative de l’UE a permis...
L’océan Atlantique nord abrite un petit organisme marin qui s’avère être un véritable joyau gastronomique. Mais comment en faire profiter le reste du monde si on...
Alors que les abeilles domestiques, comme d’autres insectes sociaux, dépendent de manière critique de la transmission sociale de l’information pour réussir leur...
Des neurones voient le jour au sein même du microenvironnement tumoral, contribuant au développement du cancer. Ces cellules nerveuses dérivent de progéniteurs...
De nombreuses études indiquant que les nanostructures d’ADN peuvent pénétrer les membranes cellulaires plus rapidement que les simples brins d’ADN seraient...
A chaque fois qu’il passe devant une étoile, Pluton livre sur son atmosphère des informations, d’autant plus précieuses que ses occultations sont rares. Un bilan...
C’est le grand constat tiré d’une analyse des données sur le sommeil issues de la cohorte pancanadienne Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement....
Pour propulser et mélanger les aliments ingérés, l’intestin est pourvu de deux muscles entre lesquels se trouvent un réseau autonome de neurones, le "second...
Jusqu’à tout récemment, seules les agences militaires pouvaient s’offrir des caméras thermiques à haute performance, le coût de production des puces...
Selon leur organisation dans l’espace, les cristaux liquides possèdent différentes propriétés mécaniques, optiques et électroniques. Grâce à des patchs...
Vous avez beau faire de l’exercice et manger de façon équilibrée, le contrôle de votre poids est une affaire plus cérébrale que vous le pensez. Dans une étude...
Une équipe du CEA-Biam a découvert un comportement symbiotique entre des bactéries douées de magnétisme et des micro-organismes eucaryotes. La magnétoréception...
La microfluidique, principalement utilisée pour la recherche en biologie (diagnostic, criblages...), a besoin de tensioactifs pour stabiliser les gouttes à analyser....
En décryptant les programmes génétiques des neurones du cortex cérébral, des chercheurs suisses et belges expliquent les mécanismes contrôlant la genèse des...
Le développement de nanoparticules capables de libérer sélectivement des médicaments au sein des tumeurs présente un grand intérêt afin d’augmenter...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales