Posté par Isabelle le Dimanche 19/06/2022 à 13:00

Un nouveau mécanisme d'entrée des microplastiques dans la chaîne alimentaire

Les microplastiques entrent dans les agrégats de planctons, qui sont ensuite ingérés par des poissons et remontent la chaîne alimentaire. Des scientifiques de trois laboratoires implantés à Toulouse, ont été les premiers à utiliser la microscopie à force atomique pour étudier le problème. Dans des travaux publiés dans la revue Science of the Total Environment, ils ont confirmé l’existence d’un mécanisme où la présence de microplastiques favorise l’agrégation des microalgues, et en ont découvert un second, jusqu’alors inconnu.

À gauche: image des microplastiques dans les agrégats de microalgues.
À droite, l’étude du phénomène par AFM. © Demir-Yilmaz et al.

La pollution par les plastiques touche tous les milieux. Les microplastiques entrent notamment dans les chaînes alimentaires marines, puis remontent jusqu’aux plus gros animaux et à l’homme. Les interactions avec le plancton semblent particulièrement importantes, mais restent encore mal comprises. Les microalgues, qui constituent la majeure partie du plancton et le premier maillon de la chaîne alimentaire aquatique, peuvent s’agréger dans certaines conditions. Or les microplastiques provoquent la formation de ces agrégats, dans lesquels ils se mêlent et passent ainsi dans les animaux ou se répandent dans les profondeurs des océans. Les agrégats, plus lourds, coulent en effet au lieu de flotter.

Des chercheurs et chercheuses du Toulouse Biotechnology Institute, bio & chemical engineering (TBI, CNRS/INSA Toulouse/INRAE), du Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes (LAAS-CNRS) et du laboratoire Interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique (IMRCP, CNRS/Université Toulouse/Paul Sabatier) ont montré que les microplastiques renforçaient, de deux manières différentes, la formation d’agrégat de plancton auxquels ils se mêlent ensuite. Publiés dans la revue Science of the Total Environment, ces travaux sont basés sur une nouvelle méthodologie, centrée autour d’un microscope à force atomique (AFM).

Les microalgues émettent des substances polymériques extracellulaires (EPS), un ensemble de glucides, de protéines et d’acides nucléiques qu’elles utilisent pour coloniser les surfaces solides et qui provoque leur agrégation. Les co-auteurs et autrices ont confirmé que la présence de microplastiques renforçait la production d’EPS. Cela avait déjà été observé, mais l’équipe a en plus montré que, même en enlevant toutes les EPS, les microalgues s’agrégeaient quand même davantage en présence de microplastiques. Ce sont cette fois les contacts directs, par le biais d’interactions hydrophobes entre les microplastiques et la paroi des cellules, qui provoquent le phénomène. Une partie de l’équipe étudie à présent si les micro- et les nanoplastiques, une fois ingérés par des animaux ou des humains, peuvent être assimilés par le corps et quelles conséquences cela peut avoir sur la santé.

Références:
The role of microplastics in microalgae cells aggregation: A study at the molecular scale using atomic force microscopy.
Irem Demir-Yilmaz, Nadiia Yakovenko, Clément Roux, Pascal Guiraud, Fabrice Collin, Christophe Coudret, Alexandra Ter Halle, Cécile Formosa-Dague. Science of the Total Environment, 2022.
https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2022.155036

Contacts:
- Cécile Formosa-Dague - Chargée de recherche au CNRS, Toulouse Biotechnology Institute (CNRS/Inrae/Insa Toulouse) - formosa at insa-toulouse.fr
- Communication INSIS - insis.communication at cnrs.fr
Dernières actualités
Le CNRS, l’Université de Lorraine et Orano ont choisi de s’associer pour développer de...
Les gens qui ne croient pas au réchauffement climatique peuvent être convaincus par des faits...
Les variants préoccupants de SARS-CoV-2 comme Alpha, Delta ou Omicron se sont répandus rapidement...
Deux millions de tonnes de TNT: c’est l’équivalent de l’impact d’une météorite en...
Les vents qui soufflent au niveau de la couche nuageuse de Jupiter sont mesurés grâce au...
Le plateau des Guyanes, incluant le Nord du Brésil, la Guyane et le Surinam, constitue l’une des...
Les amateurs d’exploration spatiale qui attendent la base lunaire promise dans les plans de la...
En collaboration avec le SYSAAF, l’entreprise Aqualande et l’INRAE, les scientifiques -...
À l’approche de la saison du jardinage, certains se posent la question suivante: est-il vrai que...
Nous sommes toutes et tous issu(e)s d'une cellule unique qui se multiplie d'abord en cellules...
Un total de 95 mg de poudre et de particules de roches de l’astéroïde Ryugu ramenés par la...
Le changement climatique global est particulièrement sensible en Arctique qui se réchauffe deux...
Sous le pergélisol de la source de Lost Hammer, dans le Haut-Arctique canadien, se trouve un...
Développer des (micro)systèmes capables de se mouvoir et d’être propulsés par de simples...
Hormis les éléments les plus légers (H, He et Li), les atomes se forment à l’intérieur des...
Lorsque de la pluie tombe sur le plus haut point de la calotte glaciaire du Groenland, ça n’est...
Dans une étude publiée dans la revue Nature communications, les scientifiques développent un...
Dans la course aux faisceaux d’électrons de très haute énergie pour la physique des...
Les régions actives du génome sont particulièrement fragiles et des cassures double-brin de...
Le transporteur de la super-famille des facilitateurs majeurs MFSD2A a deux fonctions importantes...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales