Posté par Adrien le Lundi 19/09/2022 à 13:00

Le mystère des climats de planètes similaires à la Terre

Une équipe internationale s'est appuyée sur les leçons et les techniques tirées des sciences du climat de la Terre pour ouvrir la voie à la modélisation des atmosphères des planètes orbitant autour d'autres étoiles que le Soleil.

© Jay Friedlander and Britt Griswold / NASA / GSFC

Le Télescope Spatial James Webb (JWST) sera bientôt en mesure de sonder les atmosphères des exoplanètes rocheuses orbitant autour d’étoiles rouges. Il lui faut donc des modèles numériques robustes pour interpréter et guider ces observations. L'une des méthodes consiste à utiliser des Modèles Climatiques Globaux (GCM) tridimensionnels - semblables à ceux qui sont utilisés pour prédire le climat sur Terre - afin de simuler les caractéristiques atmosphériques des planètes en orbite autour de leur étoile hôte. Ces dernières années, les GCM ont été affinés pour tenter de reproduire et de comprendre le réchauffement et les changements climatiques causés par les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine.

L'équipe scientifique a utilisé cette expertise et les récentes mises à jour des modèles pour entreprendre une inter-comparaison complète de plusieurs des GCM les plus performants au monde en les appliquant à l'étude des exoplanètes. Le nouveau appelé THAI (TRAPPIST-1 Habitable Atmosphere Intercomparison), se concentre sur l’exoplanète TRAPPIST-1e confirmée, de dimension similaire à la Terre. La planète se trouve juste à la bonne distance de son étoile pour que son climat soit tempéré et que de l'eau liquide puisse exister à sa surface.

Les résultats envisagent quatre scénarios: deux pour la surface (complètement sèche ou recouverte d'un océan global fournissant de l'humidité à l'atmosphère) et deux pour la composition de l'atmosphère (atmosphère riche en azote avec des niveaux de CO2 semblable à la Terre, ou une atmosphère dominée par le CO2 semblable à celle de Mars et de Vénus).

Les résultats montrent pour la première fois comment l'utilisation de plusieurs GCM peut avoir un impact sur l'interprétation des données des campagnes d'observation télescopiques. L'équipe pense que le projet THAI va ouvrir la voie à une modélisation des mondes lointains potentiellement habitables.

Laboratoire impliqué:
Laboratoire de météorologie dynamique (LMD - ECCETERRA)
Tutelles: CNRS / ENS / IPSL / Sorbonne université

Publications sur le même sujet:
Article de l'université de Washington DC (Etats-Unis)
Communiqué de presse de l'université d'Exeter

Cette étude a été dirigée par trois jeunes scientifiques:
Martin Turbet (LMD en France), Denis Sergeev (Université d'Exeter aux Royaume-Uni) et Thomas Fauchez (NASA GSFC / American University / THAI lead aux États-Unis).
Dernières actualités
Les perturbations climatiques donnent souvent lieu à des liens contre-intuitifs. Par exemple, la...
Les chercheurs décrivent la première synthèse de nanoplaquettes de ZnO hautement stables avec...
Alain Aspect, directeur de recherche émérite du CNRS, professeur à l’Institut d’Optique...
Une collaboration iThemba LABS - Cape Town, STELLA- IPHC Strasbourg et Université de York, vient...
Dans un écoulement, le transport de particules ou de micro-organismes peut être modifié s’ils...
Les photos de la sonde spatiale DART, juste avant qu’elle ne percute son astéroïde, ont...
La cellulose provenant de la pâte de bois et la chitine issue de la carapace des crabes, des...
Une nouvelle théorie hydrodynamique pour expliquer comment s'écoulent les tissus épithéliaux...
La demande en électricité du bitcoin représente 200 millions de tonnes de CO2 depuis sa...
Les algues bleu-vert (aussi appelées cyanobactéries) détiennent un pouvoir particulier, qui...
Pour développer les applications de nouveaux matériaux, il est précieux de connaître...
Installé dans les Alpes françaises, le radiotélescope Noema1 vient d’atteindre ses pleines...
Des scientifiques de l'Institut Fresnel et de l'Institut de biologie intégrative de la cellule ont...
Il y a peu d’endroits dans le monde où on peut associer directement crise immobilière en cours...
La Terre est une planète active âgée de plus de 4,5 milliards d’années. Cette longue...
Les sédiments qui se trouvent sous les forêts de mangroves, prés-salés et herbiers de plantes...
L’alliance du calcul et de la microscopie électronique "in situ" ont permis de résoudre un...
Des scientifiques de l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires...
Des milliers de personnes ont contracté la rougeole depuis avril au Zimbabwe, pays du sud de...
Les tests d’adhésion et de réponse cellulaire aux facteurs de croissance sont largement...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales