Posté par Redbran le Jeudi 15/08/2019 à 08:00

Un modèle pionnier de propagation des incendies qui conjugue rapidité et précision


©RAD-FIRE
Il est rare que les ingénieurs prennent la peine de modéliser les incendies du fait de la complexité et du coût que cela représente. Un système récemment mis au point devrait leur faciliter la tâche.

Les incendies ont toujours fait l’objet de préoccupations majeures en matière de sécurité, et c’est encore le cas aujourd’hui en Europe. Bien que la tendance montre une nette réduction des occurrences en Europe, quelques dizaines de milliers de maisons ou d’immeubles prennent encore feu chaque année, provoquant en moyenne 4 000 morts et représentant plus de 100 milliards d’euros de coûts sur une base annuelle.

Dans ce contexte, faute de pouvoir réaliser des expériences onéreuses et complexes, les ingénieurs en sécurité incendie doivent se contenter de modéliser le comportement des feux. Or, une telle modélisation est une véritable gageure d’un point de vue informatique.

Le projet RAD-FIRE a entrepris, grâce au financement de l’UE et au soutien du programme Marie Curie, d’offrir aux ingénieurs des modèles précis et efficaces du comportement des feux. Cette innovation résout les problèmes auxquels étaient confrontées les formes de modélisation des feux auparavant.

Pour établir un modèle de comportement d’un incendie, il faut recourir à un domaine de la modélisation informatique appelé mécanique des fluides numérique (MFN), qui permet de simuler une matrice d’ensemble en prenant en compte les interactions de nombreuses variables complexes. Un des éléments clés dans le cas des feux, c’est le rayonnement thermique, c’est-à-dire la chaleur qui se propage directement depuis sa source plutôt que de suivre la conduction ou les courants aériens.

Les défis de la modélisation

«La modélisation des rayonnements thermiques en code MFN pour la simulation des incendies a toujours constitué un véritable défi pour les spécialistes de la modélisation et les scientifiques en matière d’incendie», explique Siaka Dembele, coordinateur du projet et professeur agrégé. «Des modèles simples qui estiment la fraction du rayonnement de la chaleur sont relativement faciles à réaliser sur un ordinateur, mais, comme ils sont simplifiés, les résultats qu’ils fournissent restent peu précis.» Les prédictions reposant sur ces modèles basiques ne sont donc pas très fiables.

Inversement, les techniques informatiques intégrant le modèle des ordonnées discrètes ou la méthode des volumes finis, bien que plus avancées et plus précises, sont également extrêmement exigeantes en matière de capacité informatique. Ces méthodes requièrent des temps de calcul longs donc très onéreux, voire impraticables pour des ingénieurs qui doivent exécuter rapidement plusieurs simulations.

Simple mais précis

«Ce qui manque au code MFN actuel pour la sécurité incendie», ajoute le professeur Dembele, «c’est une solution intermédiaire crédible». Or, c’est exactement ce qu’a trouvé le projet RAD-FIRE. «Notre nouveau modèle conserve la rigueur et la précision des techniques avancées, tout en permettant de réduire le temps de calcul.» Ce qui en fait une solution pratique pour les ingénieurs, à la fois fiable et suffisamment précise.

Une des clés de cette évolution, c’est le calcul des propriétés radiatives des gaz de combustion (principalement la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone et le monoxyde de carbone). L’énergie dégagée par la chaleur est avant tout transférée en tant que rayonnement infrarouge; comme le fait la lumière, les ondes infrarouges arrivent à des longueurs d’ondes multiples, on peut comparer le phénomène aux couleurs dans le spectre visible qui se diffractent et forment un arc-en-ciel. Les gaz chauds émettent de l’énergie en raies d’émission et ils absorbent de l’énergie en raies d’absorption. La combustion peut ainsi produire des milliers de raies spectrales d’émission et d’absorption. Les approches actuelles les plus avancées en matière de rayonnements gazeux modélisent chaque raie séparément, ce qui explique le long temps de calcul nécessaire. Les chercheurs de RAD-FIRE ont simplifié les calculs de spectre en les effectuant sur quelques larges bandes de raies similaires plutôt que sur des milliers de raies distinctes.

Le deuxième élément de cette modélisation améliorée repose sur la simplification des calculs clés. L’équipe a mis au point une méthode qui intègre deux approximations pour calculer le transfert de chaleur par rayonnement provoqué par un feu, réduisant les résultats des calculs à un algorithme beaucoup plus simple que celui utilisé dans les méthodes précédentes. Les chercheurs ont estimé qu’il était suffisant pour déterminer les caractéristiques des flammes.

Les nouveaux modèles de RAD-FIRE réduisent ainsi drastiquement le temps de calcul, jusqu’à 100 fois dans certains cas. Toutefois, la précision de cette nouvelle méthode reste comparable à celle de l’ancienne.

Découragés par le temps de calcul et le coût considérables des méthodes actuelles de simulation des incendies, les ingénieurs avaient renoncé à y recourir. Désormais, grâce au nouvel algorithme de compromis mis au point par RAD-FIRE, les ingénieurs seront en mesure de modéliser les feux de manière précise et économique, ce qui permettra de disposer de prédictions plus fiables et donc de mieux sécuriser les bâtiments.

Pour plus d'information voir: projet RAD-FIRE
Dernières actualités
Alors que le rover Perseverance vient de se poser sur Mars, son prédécesseur Curiosity continue...
Des particules encore inconnues de même que des forces situées au-delà du modèle standard de la...
Les muons, des particules cousines des électrons, font tourner la tête des physiciens depuis plus...
En utilisant le radiotélescope européen LOFAR, une équipe internationale d’astronomes...
Chaque année, notre planète rencontre des poussières de comètes et d'astéroïdes. Ces...
Les boissons végétales, appelées à tort "lait" végétal, remplacent de plus en plus le lait de...
Le Gulf Stream serait à son niveau le plus faible en 16 siècles. Depuis la parution de cette...
Les microfossiles organiques Archéens témoignent de la présence de vie sur Terre dès 3.5...
Des scientifiques ont démontré que les épidermes d'oignons permettent de manipuler des ondes...
Toutes les bactéries, à l’aide d’une protéine spécialisée, sont capables de réparer...
Pour combler le manque d'outils capables de collecter des contaminants épars sur de grandes...
Concerto, un spectromètre à la pointe de l’innovation, conçu par un consortium de laboratoires...
Lorsque l’on pense à une tornade, on imagine souvent un long filament qui se déplace dans...
Des chercheurs de l’UNIGE sont remontés dans l’arbre généalogique des poissons à nageoires...
Les altérations du microbiote et de l’intestin dans le diabète de type 1 sont associées à...
Une étude de chercheurs de l’Irig a permis de décrypter le mécanisme spécifique du système...
A l’échelle du nanomètre, les lois physiques et thermodynamiques qui gouvernent les...
La pollution chimique de l’eau résulte en grande partie des effluents chargés de polluants...
L’électroaimant supraconducteur quadripôle de grande ouverture (90 mm) pour le projet HL-LHC du...
Depuis quelques semaines, plusieurs opposants aux vaccins soutiennent qu’une campagne de...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales