Posté par Adrien le Mercredi 19/02/2020 à 08:00
Des matériaux en 2D pour créer de la lumière sur mesure
Des chercheurs de l’UNIGE et de l’Université de Manchester ont découvert des structures basées sur des matériaux bidimensionnels qui permettent d’émettre de la lumière sur mesure et de la couleur que l’on souhaite.

Trouver de nouveaux matériaux semi-conducteurs émettant de la lumière est essentiel pour le développement de nombreux appareils électroniques. Mais réaliser des structures artificielles permettant d’émettre de la lumière taillée selon nos besoins spécifiques est d’autant plus attrayant. Toutefois, l’émission de lumière dans un semi-conducteur ne se produit que lorsque certaines conditions sont remplies. Aujourd’hui, des chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE), en collaboration avec l’Université de Manchester, ont découvert une classe entière de matériaux bidimensionnels, de l’épaisseur d’un ou de quelques atomes, capables, une fois combinés, de former des structures qui permettent l’émission de lumière à la carte, c’est-à-dire de la couleur souhaitée. Cette recherche, publiée dans la revue Nature Materials, représente une étape importante vers la future industrialisation des matériaux bidimensionnels.

Vue artistique d’une jonction de différents matériaux 2D émettant de la lumière.
© Xavier Ravinet.

Les matériaux semi-conducteurs capables d’émettre de la lumière sont utilisés dans des secteurs aussi divers que les télécommunications, les dispositifs électroluminescents (LED) ou le diagnostic dans le secteur médical. L’émission de lumière se produit lorsqu’un électron saute à l’intérieur du semi-conducteur d’un niveau d’énergie supérieur à un niveau d’énergie inférieur. C’est ensuite la différence d’énergie qui détermine la couleur de la lumière émise. Pour que de la lumière soit produite, la vitesse de l’électron avant et après le saut doit être exactement la même, une condition qui dépend du matériau semi-conducteur considéré. Seuls certains semi-conducteurs peuvent être utilisés pour émettre de la lumière: le silicium par exemple, utilisé pour réaliser nos ordinateurs, ne peut pas être employé pour fabriquer des dispositifs électroluminescents.

«Nous nous sommes alors demandés si des matériaux bidimensionnels pouvait être utilisés pour réaliser des structures qui émettent de la lumière avec la couleur souhaitée», explique Alberto Morpurgo, professeur au Département de physique de la matière quantique de la Faculté des sciences de l’UNIGE. Les matériaux bidimensionnels sont des cristaux parfaits qui, de la même manière que le graphène, ont l’épaisseur d’un ou de quelques atomes. Grâce à de récents progrès techniques, différents matériaux bidimensionnels peuvent être empilés les uns sur les autres pour former des structures artificielles qui se comportent comme des semi-conducteurs. L’avantage de ces «semi-conducteurs artificiels» est que les niveaux d’énergie peuvent être contrôlés en sélectionnant la composition chimique et l’épaisseur des matériaux formant la structure.

«Des semi-conducteurs artificiels de ce genre ont été réalisés pour la première fois il y a seulement deux ou trois ans, expose Nicolas Ubrig, chercheur dans l’équipe du professeur Morpurgo. Lorsque les matériaux bidimensionnels ont exactement la même structure et que leurs cristaux sont parfaitement alignés, ce type de semi-conducteurs artificiels peuvent émettre de la lumière. Mais cela est très rare.» Ces conditions sont si strictes qu’elles laissent peu de liberté pour contrôler l’émission de lumière.

De la lumière sans condition

«Notre objectif était d’arriver à combiner des matériaux bidimensionnels différents pour émettre de la lumière en s’affranchissant de toute contrainte», poursuit Alberto Morpurgo. L’idée des physiciens est que si l’on trouve une classe de matériaux pour laquelle la vitesse des électrons avant et après le changement de niveau d’énergie est nulle, nous sommes dans un cas idéal qui satisfait toujours les conditions pour l’émission de lumière, indépendamment des détails des réseaux cristallins et de leur orientation relative.

Un grand nombre de semi-conducteurs bidimensionnels connus ont une vitesse électronique nulle dans les niveaux d’énergie pertinents. Grâce à cette diversité de composés, de nombreux matériaux différents peuvent être combinés et chaque combinaison est un nouveau semi-conducteur artificiel émettant de la lumière d’une couleur spécifique. «Une fois que nous avons eu l’idée, il était facile de trouver les matériaux à utiliser pour la mettre en oeuvre», ajoute le professeur Vladimir Fal’ko de l’Université de Manchester. Les matériaux qui ont été utilisés dans la recherche comprennent différents dichalcogénures de métaux de transition (par exemple, MoS2, MoSe2 et WS2) et InSe. D’autres matériaux possibles ont été identifiés et seront utiles pour élargir la gamme de couleurs de la lumière émise par ces nouveaux semi-conducteurs artificiels.

De la lumière sur mesure pour une industrialisation de masse

«Le grand avantage de ces matériaux 2D, grâce au fait qu’il n’y a plus de conditions préalables à l’émission de la lumière, est d’offrir de nouvelles stratégies pour manipuler cette lumière comme bon nous semble, avec l’énergie et la couleur que l’on souhaite avoir», continue Nicolas Ubrig. Ceci permet d’imaginer des applications futures au niveau industriel, car cette lumière émise est robuste et qu’il n’y a plus besoin de se préoccuper de l’alignement des atomes.

Cette collaboration entre l’UNIGE et l’Université de Manchester a eu lieu dans le cadre du EU Graphene Flagship Project.
Dernières news
L’Agence spatiale européenne (ESA) et l’entreprise d’État pour les activités spatiales Roskosmos ont décidé de reporter à 2022 le lancement de la deuxième...
Quelques-unes des clés de la compréhension de l’origine du système solaire se trouvent à l’intérieur des planètes géantes. Si la sonde spatiale Juno a...
Une équipe du laboratoire Navier, en collaboration avec l'université du Delaware (Etats-Unis), a identifié un nouveau processus responsable du vieillissement des...
La gaine embryonnaire est une couche de glycoprotéines entourant l’embryon qui a été décrite chez la plante modèle Arabidopsis thaliana. Dans un article publié...
Une collaboration française impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) a étudié une archive sédimentaire atypique: les matières accumulées entre mai 2015 et mars 2016 dans...
Dans une même expérience et pour un même matériau, des physiciennes et des physiciens ont pour la première fois mesuré la chiralité de l'organisation magnétique...
De nombreux phénomènes permettent de stocker des données au format binaire, comme les changements d’état magnétique dans les matériaux dits à transition de...
Comme beaucoup de ses collègues, le professeur Andrés Finzi, du Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal, réoriente...
L’impact artificiel produit par la mission spatiale Hayabusa2 sur l’astéroïde Ryugu: un cratère bien plus grand que prédit ! Quelle est la dimension d’un...
Grâce à une étude de terrain en Chine, une collaboration internationale impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) démontre que la culture de bambous Moso atténue le...
Au sein des cellules, des protéines appelées facteurs de transcription, reconnaissent spécifiquement diverses molécules. Des chercheurs du LCPO (CNRS/Université de...
Une première preuve de concept de stack pile à combustible PEMFC de 1 kWatt avec des composants imprimés a été réalisée. Outre la diminution des coûts grâce à...
Le projet EmoDémos, mené auprès d’enfants de 7 à 12 ans et dirigé par l’UNIGE, démontre que pratiquer un instrument au sein d’un orchestre peut faciliter...
La marée: un ingrédient essentiel de la dispersion des eaux douces du panache de l’Amazone dans l’océan Atlantique tropical Le panache d’eau douce du fleuve...
L’équipe de Julie Hussin, composée d’une dizaine de chercheurs en bio-informatique, s’attaque à la caractérisation génétique du coronavirus responsable de la...
Une croissance juvénile optimale repose sur une alimentation diversifiée et des études récentes démontrent le rôle important du microbiote intestinal dans ce...
Face à un virus encore mal connu, la recherche a besoin de tous les moyens pour lutter contre le COVID-19. Conçu, hébergé et maintenu à jour par des chercheurs et...
Dans les cellules photovoltaïques, l'absorption d'un photon par un matériau semi-conducteur crée une paire électron-trou (appelée exciton), résultant de...
Le record du monde d’Usain Bolt sur 200 mètres n'a pas été battu depuis 10 ans, et celui de Florence Griffith Joyner depuis plus de 30 ans. Et si les mathématiques...
Mépris, blâme, désinformation: guidées par la peur, les réactions des gens à la pandémie de COVID-19 empirent parfois une situation déjà complexe. Pourquoi...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales