Posté par Adrien le Lundi 08/07/2019 à 08:00
Un lance-parasite dans les champs de maïs

Photo: Ariane Dionne
Cette photo montre une vue générale du système de pulvérisation que les chercheurs ont créé pour faciliter la dispersion des guêpes parasites qui attaquent les oeufs de la pyrale du maïs.
Cette innovation promet de faciliter la lutte biologique contre les ravageurs

Une équipe du Département des sols et de génie agroalimentaire a mis au point un système qui devrait faciliter la vie des producteurs agricoles qui misent sur la lutte biologique pour contrer les ravageurs. En effet, le professeur Mohamed Khelifi et ses collaborateurs ont conçu une méthode pour disséminer dans les champs, avec économie de temps et de moyens, un très grand nombre de guêpes qui s’attaquent à la pyrale du maïs, le principal ravageur des cultures de maïs sucré au Québec.

Rappelons que la pyrale du maïs est un papillon originaire d’Europe qui a fait son apparition en Amérique du Nord au début du 20e siècle. La femelle adulte, qui mesure environ 25 mm de longueur, pond ses oeufs par groupe de 20 à 30 dans l’aisselle des feuilles. Elle s’attaque au maïs, mais aussi à d’autres productions dont le poivron et la pomme de terre.

Les producteurs qui souhaitent lutter contre cette espèce sans recourir aux insecticides chimiques peuvent se tourner vers de minuscules guêpes de moins de 1 mm de longueur, appelées trichogrammes. Ces insectes pondent leurs oeufs dans les oeufs de la pyrale. Les larves de la guêpe dévorent l’oeuf du papillon de l’intérieur, à la façon d’Alien.

Chaque femelle de pyrale du maïs pond plusieurs centaines d’oeufs pendant la saison de reproduction. Pour prévenir les dégâts, il faut donc un très grand nombre de guêpes, idéalement entre 200 000 et 600 000 par hectare. La façon actuelle de procéder consiste à élever en captivité une autre espèce de papillon, la pyrale de la farine par exemple, et d’utiliser ses oeufs comme sites de ponte pour les trichogrammes. Ces oeufs parasités sont collés sur des cartes qui sont ensuite accrochées sur les plants de maïs dans les champs. Chacun de ces oeufs contient une larve de trichogramme sur le point d’atteindre le stade adulte. Les guêpes qui en émergent s’accouplent et les femelles partent à la recherche d’oeufs de pyrale du maïs pour y pondre leurs oeufs.

«Les trichocartes sont efficaces, mais à petite échelle seulement, signale Mohamed Khelifi. Elles sont mal adaptées pour les grandes superficies de maïs parce qu’il faut beaucoup de temps et de main-d’oeuvre pour les installer dans les champs.»

Pour contourner ce problème, le chercheur, ses étudiants-chercheurs, Pascal Gauthier et Ariane Dionne, et Silvia Todorova, de la firme Anatis Bioprotection, ont conçu un système de pulvérisation pour disperser des oeufs parasités par les trichogrammes dans les champs de maïs. «Les composantes de notre système existaient déjà et certaines sont couramment utilisées par les producteurs agricoles. Notre apport a été de trouver une façon efficace et ingénieuse de les combiner.»

Les chercheurs avaient deux problèmes à résoudre. Le premier: trouver une façon de pulvériser les oeufs parasités sans tuer les trichogrammes. «Nous y sommes arrivés en utilisant une pompe à membrane et en évitant les chocs entre les oeufs parasités et les pièces de métal», explique le professeur Khelifi. Le second: s’assurer que les oeufs parasités ne soient pas lessivés par la première pluie. «Nous avons élaboré une solution composée d’eau et de deux produits comestibles, la gomme de xanthane et la gomme de guar. Cette solution assure une dispersion uniforme des oeufs parasités dans le réservoir du pulvérisateur et elle leur permet de bien adhérer aux feuilles du maïs», poursuit-il.

La recette créée par les chercheurs assure une bonne adhésion des oeufs parasités aux feuilles de maïs. Le petit point noir que l’on voit dans cette gouttelette est un oeuf parasité par un trichogramme.

Les tests effectués dans des champs de maïs de Neuville ont démontré que ce système de pulvérisation était aussi efficace que les trichocartes pour limiter les dégâts causés par la pyrale du maïs. De plus, les analyses des chercheurs révèlent que ce système présente un avantage qui plaira aux producteurs: il réduit pratiquement de moitié le temps requis pour disperser les trichogrammes.

Au cours des deux dernières années, cette innovation a fait l’objet de dépôt de brevets au Canada et aux États-Unis. Les chercheurs ont aussi publié les détails de leur système et les résultats des tests de terrain dans les revues scientifiques Transactions of the ASABE et Applied Engineering in Agriculture. À la mi-juillet, à Vancouver, la Société canadienne de génie agroalimentaire et de bio-ingénierie décernera le prix John Ogilvie Research Innovation au professeur Khelifi pour souligner les aspects novateur et ingénieux du système qu’il a conçu avec son équipe.

La prochaine étape ? «Nous cherchons des partenaires disposés à collaborer avec nous pour fabriquer le système de pulvérisation et pour en optimiser les composantes, répond le chercheur. Nous avons conçu ce système pour les cultures de maïs, mais nous croyons qu’il pourrait être adapté pour les autres cultures attaquées par la pyrale du maïs.»
Dernières news
Par une décision publiée le 8 juillet 2019, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) autorise la mise en service de l’installation SPIRAL2* au GANIL à Caen. Les...
Cinquante ans après le premier pas de l’humanité sur la Lune, une mission, la première exploration spatiale financée par des entreprises privées - dont le CEA est...
L’analyse génomique de 67 génomes de boeufs archéologiques, (Bos taurus), du Proche Orient, publiée dans la revue Science, impliquant des chercheurs CNRS du...
Au cours des dernières années, une augmentation des décès impliquant les opioïdes a été observée en Occident. Selon les autorités, nous assistons à une...
Des chercheurs de l’UNIGE et de l’Université de Maastricht démontrent que le cerveau s’adapte à l’intention de la personne en privilégiant soit l’écoute...
Une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Nature montre qu’une infection intestinale peut mener à une pathologie semblable à la maladie de Parkinson...
Entrez dans la peau du célèbre détective Sherlock Holmes. Une loupe à la main à la recherche du moindre indice pour résoudre votre énigme... C’est exactement ce...
L'expérience Stella a mis à profit sa seconde campagne pour étudier le phénomène de "suppression" dans les réactions de fusion des étoiles impliquant des noyaux...
Les loci complexes chez les mammifères contiennent plusieurs gènes dont la régulation est déterminée au cours du développement ou induite par des signaux...
S’ils ne reçoivent pas de traitement antirétroviral (ART), la majorité des patients infectés par le VIH voient leur système immunitaire s’affaiblir...
Les niveaux des nappes phréatiques se situent généralement autour ou en-dessous des niveaux moyens des mois de juin. Ces niveaux traduisent une recharge 2018-2019 peu...
Les bébés dont la mère a subi une intervention chirurgicale avant la grossesse présentent un risque accru de manifester des symptômes de sevrage aux opioïdes à la...
L'expérience LISA pourra déceler des planètes dans toute la Galaxie Les récentes détections d'ondes gravitationnelles, infimes vibrations de l'espace-temps, ont...
L’impression en 3D de tissus humains pourrait contribuer à maintenir la bonne santé des astronautes en route vers Mars. De premiers échantillons de peau et d'os ont...
Des chercheurs des universités de Genève et de Manchester ont pour la première fois confirmé expérimentalement la théorie de la très forte résonance magnétique...
Malgré leurs profondes différences structurales, une seule goutte suffit à rapprocher les cristaux et les solides élastiques. Des chercheurs du laboratoire Matière...
Les virus utilisent la biologie de leur hôte pour s’installer et se répandre. Plutôt que de les cibler directement, les chercheurs imaginent des stratégies pour...
Selon une collaboration impliquant des chercheurs de l'Iramis, la diffusion de neutrons couplée à la microscopie électronique apporte des informations uniques sur les...
Le cholestérol participe à des fonctions essentielles du cerveau, et des dysfonctions de son métabolisme sont observées dans plusieurs maladies...
Des chercheurs de l'institut Fresnel et de NeuroSpin, en collaboration avec l'université de Saint-Pétersbourg en Russie, ont mis au point une nouvelle antenne...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales