Posté par Redbran le Mercredi 17/02/2021 à 13:00

Un jour nouveau sur la mystérieuse origine des "super-Terre"

Les mini-Neptune et les super-Terre, dont la taille peut atteindre quatre fois celle de la Terre, constituent la majorité des exoplanètes orbitant autour d’étoiles situées à l’extérieur de notre système solaire. Jusqu’à maintenant, nous pensions que les super-Terre étaient en fait le noyau rocheux de mini-Neptune dont l’atmosphère gazeuse avait été soufflée. Or, dans une étude parue récemment dans The Astrophysical Journal, des astronomes de l’Université McGill montrent que certaines de ces exoplanètes n’ont jamais été enveloppées d’une atmosphère gazeuse, jetant un jour nouveau sur leur mystérieuse origine.

Représentation d’une des exoplanètes découvertes grâce à l’instrument HARPS, qui en a repéré plus de 50. Ici, HD 85512 b, super-Terre rocheuse | La planète orbite ici autour de son étoile semblable au Soleil, HD 85512, dans la constellation australe des Voiles Vela. C’est l’une des 16 super-Terre mises au jour à l’aide de l’outil HARPS du télescope de 3,6 mètres à l’Observatoire de l’ESO, à La Silla. Elle est environ 3,6 fois plus massive que la Terre et est située en bordure de la zone habitable de son étoile, où la présence d’eau sous forme liquide, voire de vie, est théoriquement possible.
Image: ESO/M. Kornmesser

Les observations nous ont appris que de 30 à 50 pour cent des étoiles hôtes possédaient soit des super-Terre, soit des mini-Neptune, en proportions à peu près égales pour les deux populations. Mais comment se sont formés ces astres ?

Une théorie veut que la plupart des exoplanètes apparaissent sous forme de mini-Neptune; seulement, certaines sont dépouillées de leur coquille gazeuse par les rayonnements de l’étoile hôte, et seul subsiste alors un coeur rocheux dense. En théorie, notre galaxie compterait donc très peu d’exoplanètes de la taille de la Terre ou plus petites encore, à savoir des Terre et des mini-Terre. Des observations récentes viennent toutefois remettre cette théorie en question.

Curieux d’en savoir davantage, les astronomes ont procédé à une simulation pour suivre l’évolution de ces mystérieuses exoplanètes. Leur modèle reposait sur des calculs thermodynamiques basés sur les paramètres que voici: masse du noyau rocheux, distance entre l’exoplanète et l’étoile hôte, et température des gaz environnants.

"Notre étude révèle que, contrairement aux théories qui avaient cours jusqu’à maintenant, certaines exoplanètes ne peuvent tout simplement pas se constituer une atmosphère gazeuse", affirme une coauteure de l’étude, Eve Lee, professeure adjointe au Département de physique de l’Université McGill et à l’Institut spatial de McGill.

Ce constat donne à penser que les super-Terre ne sont pas toutes d’anciennes mini-Neptune. Les exoplanètes sont plutôt nées après une seule distribution de roches, dans un disque de gaz et de poussières en rotation autour de l’étoile hôte. "Dans certains cas, une coquille gazeuse s’est formée autour de l’amas rocheux, mais dans d’autres, la masse rocheuse s’est dégagée de son atmosphère et est restée une super-Terre", explique-t-elle.

Naissance des mini-Neptune et des super-Terre Les planètes naissent, croit-on, dans un disque de gaz et de poussières en rotation autour des étoiles. Les amas rocheux plus gros que la lune ont une force gravitationnelle assez grande pour attirer les gaz environnants, qui viendront les envelopper. Au fil du temps, cette coquille gazeuse se contracte en se refroidissant; d’autres gaz environnants viennent alors occuper l’espace libéré, ce qui fait grossir l’exoplanète. Lorsque la coquille entière s’est refroidie suffisamment pour être à la même température que les gaz nébulaires environnants, elle ne peut plus se contracter, et la croissance s’arrête.

Nichés dans une coquille ténue, les noyaux de petite taille restent des exoplanètes rocheuses. C’est la capacité de ces masses rocheuses de croître et de retenir la coquille gazeuse qui distingue une super-Terre d’une mini-Neptune.

"Nos constats nous éclairent sur l’origine des deux populations d’exoplanètes et, peut-être, sur leur nombre, indique Eve Lee. Grâce à la théorie proposée dans notre étude, nous pourrions un jour évaluer la quantité d’exoplanètes rocheuses, comme les Terre et les mini-Terre."

À propos de l'étude
L’article "Primordial Radius Gap and Potentially Broad Core Mass Distributions of Super-Earths and Sub-Neptunes", par Eve Lee et Nicholas Connors, a été publié dans la revue The Astrophysical Journal.
DOI: https://doi.org/10.3847/1538-4357/abd6c7
Dernières actualités
Mesurer la gravité à laquelle est soumise l'antimatière est un des défis actuels, avec pour...
Une équipe de l’UNIGE a étudié les cendres des éruptions volcaniques et a découvert deux...
La grande majorité des exoplanètes géantes (les planètes 100 fois plus lourdes que la Terre)...
"Préserve et répare la peau". "Retarde l’apparition des rides". C’est ce que promettent les...
En étudiant les génomes de plus de 20 000 personnes, une équipe met en lumière les liens...
À l’été 2009, un navire allemand était devenu le premier navire commercial à emprunter la...
Ceux qui cherchent un exemple qui illustre bien comment la génétique et le milieu de vie peuvent...
Lorsqu’on dit que "le vaccin a un taux d’efficacité de 95%", cela ne veut pas dire que "5% des...
Les chercheurs des instituts Jacob et Joliot du CEA ont amélioré le suivi de l’inflammation des...
On s’interroge beaucoup sur l’utilité du séquençage des virus SARS-CoV-2 de patients...
Impossible de faire atterrir en douceur un rover ou une sonde spatiale sur Mars sans intelligence...
Un chercheur de l’UNIGE a compilé toute la littérature des cinq dernières années liant...
Pour la première fois, la combinaison de deux techniques d’imagerie permet de visualiser et de...
Les matériaux photoactifs utilisés dans les OLEDs, l’imagerie médicale ou certains dispositifs...
Le volcan Merapi, situé à Java en Indonésie, voit régulièrement des dômes de lave...
Des chiens ont accompagné certains des premiers habitants des Amériques, il y a 16 à 17 000...
Les villes favorisent des pratiques propices à la dissémination et au développement de certains...
La spintronique offre des solutions nouvelles à la réalisation de composants mémoire et logique...
Une équipe du SCCL a découvert que les lymphocytes T CD4, qui jouent habituellement un rôle de...
Au cours de ces dernières décennies, il a été observé que la banquise s’est étendue au...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales