Posté par Adrien le Vendredi 06/09/2019 à 08:00
L’Intelligence Artificielle pour éviter une anesthésie trop profonde
L’électroencéphalogramme (EEG) permet de mesurer l’état du cerveau pendant une anesthésie générale. En développant des méthodes d’intelligence artificielle et de traitement du signal, cette étude révèle des motifs dans le signal EEG de patients anesthésies qui prédisent une sédation profonde à venir. Des états non souhaitables du cerveau vont pour la première fois, pouvoir être anticipés plusieurs dizaines de minutes avant qu'ils n'apparaissent, laissant ainsi une marge de manoeuvre aux cliniciens. Ces travaux, publiés dans la revue Communications Biology, illustrent une médecine prédictive qui permettra de minimiser les traumatismes post opératoire.

Figure: Signal EEG enregistré sur le scalpe en utilisant un casque a électrodes. Figure du haut: Causalité entre la disparition de la band alpha (en jaune) et l'apparition de suppressions isoélectriques (en rouge) de l'EEG, autrement dit l’apparition des bandes jaunes prédit celle en rouge qui est une indication d’une anesthésie trop profonde. En bas: enregistrement de l’EEG.
© David Holcman

Neuf millions de personnes subissent chaque année en France une anesthésie générale, mais un risque de complications cognitives subsiste et reste un enjeu de société. Alors peut-on prédire, voire prévenir en utilisant des nouvelles méthodes d’intelligence artificielle, ces complications post-anesthésiques, et si oui, à quel moment de l’intervention ? Récemment, en utilisant une analyse de traitement du signal couplée a une classification statistique, les chercheurs ont montré que l’activité du cerveau évaluée durant les dix premières minutes de l'anesthésie générale pouvaient être utilisées pour prédire la profondeur de l'état d'inconscience durant l’opération chirurgicale.

Nous réagissons tous différemment à une dose d’anesthésique: une même dose peut être "excessive" pour certains mais pas pour d’autres. Il était déjà possible, en enregistrant l’électroencéphalogramme (EEG), de mesurer la profondeur "instantanée" de la sédation, une pratique courante en salle d’opération. Cette étude révèle que des motifs dans le signal EEG prédisent une sédation profonde à venir, en fonction de la réponse cérébrale. Cela permet donc d’anticiper des états profonds et non souhaitables du cerveau plusieurs dizaines de minutes avant qu'ils n'apparaissent, laissant ainsi une marge de manoeuvre aux cliniciens. Ces marqueurs sont donnés par la statistique de certaines bandes de fréquences, en particulier le rythme alpha qui pendant l’anesthésie générale reflète la communication intime entre différentes régions du cerveau (thalamus et cortex).

Cette nouvelle analyse du signal EEG permet de détecter des évènements difficiles, voire impossible, à saisir à l’oeil nu, et a été rendu possible grâce une segmentation fine du signal EEG. Cette analyse établit une relation causale entre la disparition temporaire de la bande de fréquence alpha [8-12]Hz et l'apparition de suppressions isoélectriques (EEG plat transitoirement). Ces suppressions sont plus nombreuses chez les patients ayant eu des complications post-opératoires. L'étude révèle également, en utilisant l’Intelligence Artificielle (Machine Learning), qu'il est possible de pré-classifier les patients en deux groupes (sensibles et non sensible à un anesthésique, le propofol) dès les dix premières minutes. De plus, ces travaux remettent en question la valeur prédictive des paramètres classiques utilisés aujourd'hui comme par exemple la pression artérielle moyenne, le sexe ou encore l’âge.

Cette synergie entre expertise médicale et intelligence artificielle ouvre la voie à une meilleure évaluation de la profondeur de l'anesthésie via les changements dynamiques de l'EEG et les alternances de dominance des rythmes neuronaux. Ces méthodes algorithmiques pourraient permettre une anesthésie plus personnalisée, ayant à terme pour but d’identifier une fragilité, afin d’éviter une sédation trop profonde. Enfin, cette étude pourrait aussi avoir d'autre applications liées par exemple aux pathologies du sommeil, à la concentration pendant l’éveil, mais aussi aux diverses formes de coma.

En savoir plus:
Alpha rhythm collapse predicts iso-electric suppressions during anesthesia
Cartailler J, Parutto P, Touchard C, Vallee F, Holcman D.
Communications Biology. 2019 Sept 2. Doi: 10.1038/s42003-019-0575-3
Dernières news
Une équipe internationale d’astronomes comprenant des chercheurs de l’Observatoire de Paris - PSL a obtenu en décembre 2019 une image de la surface de la célèbre...
Océans: la fragmentation des particules joue un rôle majeur dans la séquestration du carbone Une équipe franco-britannique pilotée par le Laboratoire...
La vie en ville peut faire évoluer les populations urbaines différemment des autres. Des chercheurs du laboratoire Biogéosciences (CNRS/EPHE/Université de Bourgogne)...
Les télescopes de l’ESO scrutent la baisse de luminosité de surface de l’étoile Bételgeuse Grâce au Very Large Telescope (VLT) de l’ESO, les astronomes ont...
Une initiative de l’UE a publié un rapport sur les solutions et recommandations adoptées pour répondre aux préoccupations environnementales liées à la production...
"Travailler l’imaginaire est l’une des parties qui m’intéresse le plus dans ma recherche. Si on avait une géométrie qui n’est pas comme la géométrie plate...
Un progrès important vient d'être réalisé en développant un algorithme permettant de calculer le problème quantique à N corps jusqu’à l’ordre 15, très...
L’organisation tridimensionnelle des chromosomes doit être régulée afin d’assurer le bon fonctionnement de processus biologiques tels que la transcription, la...
Des chercheurs d’Aix Marseille Université, du CNRS et de l’Université de Montréal ont identifié dans la séquence de la protéine "Spike" du 2019-nCoV (nommé...
Une équipe de recherche canadienne, dont a fait partie un microbiologiste de l’Université de Montréal, a révélé un mécanisme d’action inédit présent dans...
Les nanomatériaux trouvent de plus en plus d’applications médicales. Parfois capables de remplir plusieurs rôles à la fois, ils offrent une flexibilité...
Des chercheurs du Centre Interdisciplinaire de Nanoscience de Marseille (CNRS/Aix Marseille Université), en collaboration avec des équipes japonaise, coréenne et...
Détecter rapidement la bactérie Legionella pneumophila Des experts de multiples horizons disciplinaires ont accompli une percée majeure: développer un nouveau...
En excitant un gaz avec des impulsions laser ultra-courtes, les physiciens ont montré que, même si habituellement les collisions au sein du gaz sont la cause...
Dans des travaux publiés dans la revue Nanomedicine, une méthode a permis d’interrompre la production d’ARN messager et de protéines de certains gènes, avec des...
Des chercheurs de l’Unité mixte de physique CNRS/Thales et du Centre de nanosciences et de nanotechnologies (C2N, CNRS/Université Paris-Sud), en collaboration avec...
L’ADN peut transitoirement revêtir des structures plus complexes que celle en double hélice. Les quadruples hélices, ou quadruplexes d’ADN, en sont un exemple. Ce...
En comprimant la matière à des pressions qui peuvent dépasser le million d’atmosphères, les cellules à enclumes de diamant mettent en lumière les propriétés...
Les archées, constituant l'un des trois domaines du vivant, sont désormais considérées comme des modèles incontournables pour étudier les mécanismes moléculaires...
La sonde européenne commence son voyage en direction du centre de notre Système solaire, la science française à l’honneur. Lundi 10 février 2020, à 05h03,...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales