Posté par Adrien le Samedi 15/06/2019 à 08:00
Inégalité génétique face aux perturbateurs endocriniens
En identifiant les causes génétiques de la susceptibilité aux perturbateurs endocriniens, des chercheurs de l’UNIGE et des HUG mettent en lumière une inégalité fondamentale face à la toxicité induite par ces produits omniprésents dans notre environnement.

© DR

Les phtalates, l’un des perturbateurs endocriniens les plus répandus, sont couramment utilisés par l’industrie dans de nombreux produits en plastique - jouets, vêtements, biberons ou même matériel médical - ainsi que dans des cosmétiques. Si des normes commencent à être imposées pour en limiter l’usage, leur effet toxique sur le système endocrinien est inquiétant. En effet, l’exposition des foetus mâles aux phtalates peut avoir des conséquences dévastatrices pour la fertilité des futurs individus en modifiant les éléments régulateurs de l’expression des gènes responsables de la spermatogénèse. Cependant, nous ne sommes pas tous égaux: des chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE) et des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) montrent que la susceptibilité aux phtalates dépend largement du patrimoine génétique de chacun. Ces résultats, à découvrir dans la revue PLOS One, posent la question de la vulnérabilité individuelle ainsi que de la possible transmission aux générations futures de modifications épigénétiques qui auraient normalement dû s’effacer au cours du développement foetal.

Ariane Giacobino, chercheuse au Département de médecine génétique et développement de la Faculté de médecine de l’UNIGE et médecin-adjointe agrégée au Service de génétique des HUG, est une spécialiste de l’épigénétique (l’étude des éléments modifiant l’expression des gènes). En 2015, elle avait observé, en comparant deux groupes de souris, une sensibilité très différente aux phtalates, l’un des perturbateurs endocriniens les plus répandus. «Nous avons exposé des femelles gestantes à des doses de phtalates et étudié, chez leurs descendants mâles, la concentration et la qualité des spermatozoïdes. Or, si un groupe présentait une très mauvaise qualité du sperme, l’autre groupe, pourtant exposé aux mêmes doses, s’en sortait sans dommage», explique Ariane Giacobino. Pourquoi une telle différence ?

Les chercheurs ont passé en revue les possibles causes épigénétiques et génétiques, afin de déterminer où se situait la différence entre les deux groupes. Ils ont étudié la totalité des variations de l’épigénome et du génome de ces deux groupes de souris.

Des modifications épigénétiques qui se transmettent

Les scientifiques ont administré aux deux groupes de souris une dose de phtalate pendant 8 jours entre 8 et 18 jours de gestation. Ludwig Stenz, maître-assistant au Département de médecine génétique et développement de la Faculté de médecine de l’UNIGE et premier auteur de ces travaux, résume leurs résultats: «Nous avons étudié les variations épigénétiques et génétiques dans des portions précises du génome, situées au voisinage des gènes liés à la spermatogénèse. Cela nous a permis de mettre au jour le mécanisme épigénétique exact à l’oeuvre modulant à la hausse ou à la baisse l’expression des gènes, et donc influant sur la qualité et la mobilité des spermatozoïdes.»

Les chercheurs ont ainsi identifié, dans le génome des souris vulnérables aux phtalates, des sites de liaison hormonaux qui ne sont pas présents dans le groupe résistant. C’est probablement là que se fixent les perturbateurs endocriniens qui peuvent alors inactiver les gènes concernés. L’autre groupe présente quant à lui un site de liaison d’une protéine dans son génome qui, au contraire, augmente la production d’éléments protecteurs.

De plus, les chercheurs ont observé un phénomène inquiétant: non seulement l’effet épigénétique des phtalates empêche les gènes de la spermatogénèse de s’exprimer correctement, mais de plus, l’effacement épigénétique normalement présent entre les générations semble ne plus se faire complètement sur les deux générations suivant l’exposition de l’individu.

Et chez l’être humain ?

Cette étude, financée par le Centre suisse de toxicologie humaine (SCAHT), va maintenant se prolonger sur des cohortes d’hommes en Suisse, exposés aux phtalates. «Nous n’avons à l’heure actuelle aucun moyen de savoir dans quelle mesure nous sommes- individuellement ou en termes de population - génétiquement susceptibles ou non à ces perturbations épigénétiques, souligne Ariane Giacobino. Nous voulons avoir une idée de la proportion de personnes vulnérables à chaque produit. En termes normatifs, la dimension épidémiologique devrait aussi être prise en compte, ainsi que les possibles effets transgénérationnels. En effet, si 95% de la population est vulnérable ou si seulement 5% le sont, la question pourrait se poser différemment. De plus, la dimension régionale et ethnique devrait peut-être être prise en compte.»
Dernières news
Par une décision publiée le 8 juillet 2019, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) autorise la mise en service de l’installation SPIRAL2* au GANIL à Caen. Les...
Cinquante ans après le premier pas de l’humanité sur la Lune, une mission, la première exploration spatiale financée par des entreprises privées - dont le CEA est...
L’analyse génomique de 67 génomes de boeufs archéologiques, (Bos taurus), du Proche Orient, publiée dans la revue Science, impliquant des chercheurs CNRS du...
Au cours des dernières années, une augmentation des décès impliquant les opioïdes a été observée en Occident. Selon les autorités, nous assistons à une...
Des chercheurs de l’UNIGE et de l’Université de Maastricht démontrent que le cerveau s’adapte à l’intention de la personne en privilégiant soit l’écoute...
Une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Nature montre qu’une infection intestinale peut mener à une pathologie semblable à la maladie de Parkinson...
Entrez dans la peau du célèbre détective Sherlock Holmes. Une loupe à la main à la recherche du moindre indice pour résoudre votre énigme... C’est exactement ce...
L'expérience Stella a mis à profit sa seconde campagne pour étudier le phénomène de "suppression" dans les réactions de fusion des étoiles impliquant des noyaux...
Les loci complexes chez les mammifères contiennent plusieurs gènes dont la régulation est déterminée au cours du développement ou induite par des signaux...
S’ils ne reçoivent pas de traitement antirétroviral (ART), la majorité des patients infectés par le VIH voient leur système immunitaire s’affaiblir...
Les niveaux des nappes phréatiques se situent généralement autour ou en-dessous des niveaux moyens des mois de juin. Ces niveaux traduisent une recharge 2018-2019 peu...
Les bébés dont la mère a subi une intervention chirurgicale avant la grossesse présentent un risque accru de manifester des symptômes de sevrage aux opioïdes à la...
L'expérience LISA pourra déceler des planètes dans toute la Galaxie Les récentes détections d'ondes gravitationnelles, infimes vibrations de l'espace-temps, ont...
L’impression en 3D de tissus humains pourrait contribuer à maintenir la bonne santé des astronautes en route vers Mars. De premiers échantillons de peau et d'os ont...
Des chercheurs des universités de Genève et de Manchester ont pour la première fois confirmé expérimentalement la théorie de la très forte résonance magnétique...
Malgré leurs profondes différences structurales, une seule goutte suffit à rapprocher les cristaux et les solides élastiques. Des chercheurs du laboratoire Matière...
Les virus utilisent la biologie de leur hôte pour s’installer et se répandre. Plutôt que de les cibler directement, les chercheurs imaginent des stratégies pour...
Selon une collaboration impliquant des chercheurs de l'Iramis, la diffusion de neutrons couplée à la microscopie électronique apporte des informations uniques sur les...
Le cholestérol participe à des fonctions essentielles du cerveau, et des dysfonctions de son métabolisme sont observées dans plusieurs maladies...
Des chercheurs de l'institut Fresnel et de NeuroSpin, en collaboration avec l'université de Saint-Pétersbourg en Russie, ont mis au point une nouvelle antenne...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales