Posté par Isabelle le Mercredi 21/09/2022 à 13:00

Un important glacier du Groenland montre des signes dramatiques d'affaiblissement


Plateforme de glace flottante du glacier Petermann en août 2009, vue depuis un hélicoptère, Colombie-Britannique.
© David Riedel / icyseas.org
Une équipe de recherche comprenant des scientifiques du CNRS-INSU (voir encadré) a détecté un recul spectaculaire d'un important glacier du nord du Groenland, longtemps considéré comme stable. Le glacier Petermann est l'un des plus grands du Groenland. Il est l'un des seuls de l'Arctique à posséder une extension flottante, appelée plateforme de glace, de plus de 60 km de long. Celles-ci sont des éléments essentiels car elles stabilisent la glace qui ne flotte pas. Mesurer les changements affectant ces plateformes est donc crucial car leur disparition peut entraîner une augmentation du déversement d'icebergs dans l'océan et donc une augmentation du niveau de la mer.

À l'aide de plusieurs centaines de données d'imagerie satellitaire, les scientifiques ont pu mesurer les changements qui ont affecté la plateforme glaciaire de Petermann au cours des 30 dernières. Grâce à des méthodes interférométriques de pointe, la position de la ligne d'échouage du glacier (2) a été mesurée très précisément, une donnée très utile qui est, entre autres, un très bon indicateur de la vulnérabilité du glacier au changement climatique.

Si le glacier est resté relativement stable depuis les années 1990, les scientifiques ont récemment observé une série d’événements qui montrent tous les signes d’une déstabilisation de ce secteur du Groenland. Entre 2014 et 2015, le flux du glacier a commencé à s'accélérer de manière significative. Après cet événement, deux grandes fissures se sont ouvertes, ce qui a divisé la plateforme de glace en trois parties différentes. Depuis 2017, le glacier est à nouveau actif et sa ligne d'échouage a reculé de 5km ! Ce retrait spectaculaire dépasse de loin la variabilité naturelle observée pour le glacier.

Vue schématique des processus observés sur la partie flottante du glacier Petermann, au nord du Groenland.
© R. Millan.

L’équipe suggère fortement que les événements dramatiques qui se produisent actuellement sont les conséquences d'un affaiblissement à long terme de la plateforme de Petermann, dû en partie au réchauffement des eaux océaniques. Après la rupture meurtrière du glacier Marmolada dans les Alpes et au Tadjikistan, les effondrements rapides de glaciers s'accumulent sous toutes les latitudes, comme des signes toujours plus criant des changements qui affectent notre planète.


Laboratoires impliqués:
Institut des géosciences de l’environnement (IGE - OSUG)
Tutelles: CNRS / UGA / Grenoble INP.

Collaborateurs à l’international:
- Université de Copenhague, Danemark.
- Université de Californie, Irvine, Etats-Unis.
- Université de Houston, Texas, Etats-Unis.

Pour en savoir plus:
Millan, R., Mouginot, J., Derkacheva, A., Rignot, E., Milillo, P., Ciraci, E., Dini, L., and Bjørk, A.: Ongoing grounding line retreat and fracturing initiated at the Petermann Glacier ice shelf, Greenland, after 2016, The Cryosphere, 16, 3021-3031.
Dernières actualités
Les perturbations climatiques donnent souvent lieu à des liens contre-intuitifs. Par exemple, la...
Les chercheurs décrivent la première synthèse de nanoplaquettes de ZnO hautement stables avec...
Alain Aspect, directeur de recherche émérite du CNRS, professeur à l’Institut d’Optique...
Une collaboration iThemba LABS - Cape Town, STELLA- IPHC Strasbourg et Université de York, vient...
Dans un écoulement, le transport de particules ou de micro-organismes peut être modifié s’ils...
Les photos de la sonde spatiale DART, juste avant qu’elle ne percute son astéroïde, ont...
La cellulose provenant de la pâte de bois et la chitine issue de la carapace des crabes, des...
Une nouvelle théorie hydrodynamique pour expliquer comment s'écoulent les tissus épithéliaux...
La demande en électricité du bitcoin représente 200 millions de tonnes de CO2 depuis sa...
Les algues bleu-vert (aussi appelées cyanobactéries) détiennent un pouvoir particulier, qui...
Pour développer les applications de nouveaux matériaux, il est précieux de connaître...
Installé dans les Alpes françaises, le radiotélescope Noema1 vient d’atteindre ses pleines...
Des scientifiques de l'Institut Fresnel et de l'Institut de biologie intégrative de la cellule ont...
Il y a peu d’endroits dans le monde où on peut associer directement crise immobilière en cours...
La Terre est une planète active âgée de plus de 4,5 milliards d’années. Cette longue...
Les sédiments qui se trouvent sous les forêts de mangroves, prés-salés et herbiers de plantes...
L’alliance du calcul et de la microscopie électronique "in situ" ont permis de résoudre un...
Des scientifiques de l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires...
Des milliers de personnes ont contracté la rougeole depuis avril au Zimbabwe, pays du sud de...
Les tests d’adhésion et de réponse cellulaire aux facteurs de croissance sont largement...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales