Posté par Isabelle le Mardi 22/06/2021 à 13:00

L'impact du changement climatique sur la productivité de l'agriculture de conservation

Particulièrement développée aux États-Unis, où elle permet notamment de lutter contre l’érosion hydrique et éolienne des sols, l’agriculture de conservation, également appelée agriculture de conservation des sols, connaît, depuis quelques années, un regain d’intérêt dans le monde agricole européen. Si l’intérêt de l’agriculture de conservation réside notamment dans sa capacité à stocker le carbone dans les sols, elle a longtemps eu mauvaise presse, accusée de conduire à des baisses de rendement. Un article récent, publié dans Nature Climate Change par une équipe de recherche AgroParisTech - INRAE, montre que ce système s’avère être souvent performant en grandes cultures dans des zones soumises à des stress hydriques importants, notamment dans les conditions climatiques futures.

L'impact du changement climatique sur la productivité de l'agriculture de conservation
© INRAE

Benoît Gabrielle, enseignant-chercheur à AgroParisTech, David Makowski et Yang Su, chercheurs à INRAE, comparent la productivité des systèmes d'agriculture de conservation et de leurs variantes aux systèmes basés sur le travail conventionnel des sols avec labour. Leur étude s’intéresse notamment à huit principales espèces cultivées dans les conditions climatiques actuelles et futures.

Pour étudier les évolutions futures dans un contexte de changement climatique, les scientifiques ont adopté une approche probabiliste à l'échelle mondiale afin de tenir compte de différentes sources d’incertitude. D’après Yang Su, "cette approche est à la fois originale et très performante car elle s’appuie sur l’utilisation de méthodes d’apprentissage automatique appliquées à plusieurs milliers de données expérimentales couvrant les principales régions agricoles du monde ».

Leurs travaux démontrent, dans la perspective du changement climatique, que l’agriculture de conservation a plus de chance d’augmenter les rendements dans les zones soumises à un stress hydrique. L’article met aussi en exergue que c'est une solution par rapport au manque d'eau dans les régions plus sèches.

Selon Benoît Gabrielle "On observe de grandes différences dans la probabilité de gain ou de perte de rendement avec l'agriculture de conservation, en fonction de plusieurs facteurs: les types de cultures, les pratiques agricoles, les zones climatiques et les régions géographiques. La pleine application des trois principes de l’agriculture de conservation - couverture des sols, rotation des cultures et non-labour - joue également un rôle important au regard de la productivité."

Les résultats montrent que, dans les conditions climatiques futures, les performances de l’agriculture de conservation devraient augmenter pour certaines cultures, notamment pour le maïs.

D’après David Makowski, "la forte variabilité de l’impact de l’agriculture de conservation sur la productivité des cultures explique en partie les controverses scientifiques concernant cette forme d’agriculture. En synthétisant les nombreux résultats expérimentaux produits par la communauté scientifique au cours des 30 dernières années, notre étude permet d’identifier les cultures et zones géographiques où l’agriculture de conservation a une forte probabilité d’être plus performante que les systèmes fondés sur un travail du sol conventionnel".

Cette étude a été financée par l’Institut de Convergence CLAND de l’Université Paris-Saclay.

Référence:
Su, Y., Gabrielle, B. & Makowski, D.The impact of climate change on the productivity of conservation agriculture. Nat. Clim. Chang. (2021). https://doi.org/10.1038/s41558-021-01075-w

Centre:
Ile-de-France - Versailles-Grignon

Département:
AGROECOSYSTEM

Contact scientifique:
DAVID MAKOWSKI- UMR MIA-PARIS MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE APPLIQUÉES-PARIS - david.makowski at inrae.fr
Dernières actualités
En période de grosse chaleur, il est évidemment essentiel de boire pour rester hydraté. Mais...
Grâce à des simulations numériques, une équipe internationale menée par le LSCE...
Des experts croient qu’il faut cesser d’utiliser l’expression "attaque de requin"....
A double visée pédagogique et d’innovation, le projet Perseus mobilise ses étudiants autour de...
Grâce à l'Atacama Large Millimetre/submillimeter Array (ALMA), dont l'Observatoire Européen...
À partir d’une dizaine de séismes détectés sur Mars par le sismomètre très large bande...
Certaines météorites contiennent de la matière organique qui a pu participer à la mise en...
L’escargot carnivore de Floride fait des ravages parmi ses congénères de la Polynésie...
L’érosion qui sculpte les falaises maritimes est modulée par de nombreux facteurs. La nature de...
Bien qu’elle ait longtemps été considérée comme le propre de l’humain, une forme de...
Des chercheurs/euses de l’UNIGE et des HUG ont utilisé pour la première fois la théorie de...
Un chou-fleur est un assortiment de fleurets identiques composés de versions miniatures...
Principal gaz à effet de serre, le CO2 pourrait-il devenir une ressource renouvelable ? C’est le...
La saison du barbecue bat son plein, mais pour certains, manger un hamburger ne serait plus...
La vie sur Terre a-t-elle été apportée par les comètes qui l’ont bombardée, ou bien est-elle...
Les astronomes sont tous d’accord: notre univers est en expansion. Cependant, les méthodes pour...
La symétrie est retrouvée très communément au sein du vivant. Les axes de symétrie, qui...
Une étude démontre que les personnes de 50 ans et plus, aisées ou avec un bon niveau...
Des chercheurs/euses de l’UNIGE ont découvert que la connaissance des émotions, la coopération...
Des chercheurs de l'Iramis/Cimap et leurs partenaires expliquent la tenue à l'irradiation aux ions...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales