Posté par Redbran le Mercredi 06/11/2019 à 14:00
L’imagerie lidar simple photon passe en temps réel

© Tachella et al.
Le lidar simple photon capture des scènes 3D à distance et dans des conditions réduites de visibilité, où la plupart des autres techniques fonctionnent mal. Cependant, le traitement de leurs données est trop lent pour un usage en temps réel. Des chercheurs ont donc conçu un nouvel algorithme, capable d’obtenir un nuage de points en seulement 20 millisecondes. Publiés dans la revue Nature Communications, ces travaux ont des applications entre autres utiles aux voitures autonomes.

Équivalent laser du sonar, le lidar mesure des distances en émettant un faisceau de photons et en interprétant leur écho. Cette technique reconstitue en 3D des objets ou toute une scène. Sa variante lidar simple photon envoie des pulsations laser, comprenant plusieurs photons sur un laps de temps très court, puis enregistre toutes les picosecondes si un photon revient heurter le capteur. Il mesure ainsi des distributions de photons au cours du temps, selon la probabilité qu’une surface réfléchisse les photons émis par le laser. Cela permet de capturer des scènes même derrière des vitres et dans des conditions difficiles pour les autres méthodes 3D: brouillard, milieux aquatiques, ensoleillement important, longues distances... Malheureusement, la reconstruction du nuage de points à partir de la distribution de photons est particulièrement gourmande en temps de calcul et pas toujours fiable.

Des chercheurs de l’Institut de recherche en informatique de Toulouse (IRIT, CNRS/INP Toulouse/Université Toulouse Paul Sabatier/Université Toulouse Jean Jaurès/Université Toulouse Capitole) et de l’université Heriot-Watt d’Édimbourg ont proposé une nouvelle solution pour lever ces verrous et atteindre un fonctionnement en temps réel. Ils ont ainsi combiné des approches de pointe, issues du traitement d’image et de l’informatique graphique, pour concevoir un algorithme de reconstruction 3D extrêmement rapide.

À partir des données acquises par un lidar simple photon, des nuages de points 3D sont reconstruits en estimant la probabilité qu’une surface se trouve en tout point de la scène. En mesurant les arrivées de photons toutes les picosecondes, la méthode est ainsi capable de voir à travers les obstacles transparents: la distribution de photons mesurés décrira un pic de photons correspondant à la réflexion d’une vitre, et un second pic pour l’objet placé derrière. Selon les conditions, ces distributions de photons peuvent nécessiter des algorithmes de reconstruction robustes, ce qui allonge le traitement des données de plusieurs secondes, minutes, voire dizaines de minutes. Et plus on souhaite obtenir une surface lisse et précise, plus les temps de calcul augmentent. Ces contraintes empêchent toute utilisation en temps réel.

Le lidar simple photon face à deux surfaces: un homme derrière un camouflage. Le graphique montre le nombre de photons reçus par pixel. © Tachella et al.

Avec ce nouvel algorithme, la durée est réduite à seulement 20 millisecondes par acquisition, ce qui permet enfin un fonctionnement du lidar simple photon en direct. Le système a également fait ses preuves pour capturer une scène jusqu’à 320 mètres de distance. Deux approches, qui ne cohabitent d’habitude pas, ont pour cela été combinées. La première, fondée sur les statistiques bayésiennes, identifie les pics de photon potentiels et génère des points 3D. Ensuite, la reconstruction locale supprime le bruit et assure la cohérence spatiale de l’ensemble. L’algorithme de reconstruction est ainsi capable de traiter en parallèle les surfaces présentes dans la scène, ce qui lui permet d’aller aussi vite.

L’algorithme, basé sur des méthodes de l’état de l’art en informatique graphique, gère aussi bien des distributions très parcimonieuses que des nuages très denses, et reste robuste même sur de grands ensembles. Il est de plus implémenté sur une carte électronique portable, collée directement sur le dispositif. Comme le lidar simple photon consomme peu d’énergie, le tout peut facilement être aménagé en un système mobile.

Les applications du lidar simple photon en temps réel sont nombreuses. La technologie correspond ainsi de plus en plus aux besoins des voitures autonomes, où de hautes vitesses de traitement sont nécessaires pour gérer des véhicules en mouvement. Elle intéresse également les milieux de la défense, de l’aviation, la vision artificielle ainsi que tous les autres champs d’applications des scanneurs laser.

Références:
Julian Tachella, Yoann Altmann, Nicolas Mellado, Aongus McCarthy, Rachael Tobin, Gerald S. Buller, Jean-Yves Tourneret and Stephen McLaughlin. Real-Time 3D reconstruction from single-photon lidar data using plug-and-play point cloud denoisers. Nature Communications 2019.

Performances de différentes méthodes pour observer un homme derrière un camouflage. La ligne du haut correspond à un temps d’acquisition court. La méthode présentée dans ces travaux est la plus à droite. © Tachella et al.

Contact chercheur:
Nicolas Mellado - Chargé de recherche CNRS
nicolas.mellado at irit.fr
Dernières news
Un mécanisme original d’adaptation à la vie dans le désert vient d’être mis en évidence chez la bactérie Ramlibacter tataouinensis. Cette bactérie non...
Méthode d’analyse très utile en immunologie, la cytométrie de masse fait appel à des sondes qui sont des anticorps, couplés à différents isotopes métalliques,...
Une signature exotique dans la rémanence du Big Bang discrimine nombre de théories récentes décrivant l’univers primordial L’inflation cosmologique, une époque...
Lorsqu’on prend des décisions au sein d’un groupe, les conséquences de notre propre choix dépendent aussi souvent de ce qu’on pense des décisions potentielles...
Les sursauts gamma sont des émissions très brèves et extrêmement énergétiques qui accompagnent des cataclysmes astrophsyiques comme la mort d'une étoile massive....
Vendredi 22 novembre, Ariane 5 s’élancera depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG), port spatial de l’Europe, pour mettre en orbite deux satellites de...
Polymères à base d’acides aminés, les polypeptides sont des briques macromoléculaires qui peuvent former des nanoparticules biocompatibles et biodégradables....
Des chercheurs de l'Irig ont caractérisé un peptide d’origine naturelle aux propriétés antibiotiques efficaces. Alors que les bactéries pathogènes résistent de...
Patrick Hennebelle du Département d'astrophysique de l’Irfu va diriger une équipe de recherche internationale qui vient de recevoir une subvention ERC Synergy. Le...
Dans une étude publiée dans la revue PLOS Pathogens, les chercheurs ont observé que les bactéries Escherichia coli associées à la maladie de Crohn enclenchent de...
La collaboration BASE rapporte la première recherche en laboratoire d'une interaction entre l'antimatière et une particule candidate à la matière noire. La nature...
Une synthèse des rapports de l’IPBES, le GIEC de la biodiversité, réalisée par une équipe internationale de plus de 30 scientifiques dont Sandra Lavorel...
Le réseau terrestre de télescopes optiques, étroitement associé à l'observatoire spatial franco-chinois Svom, a démontré sa capacité à suivre la contrepartie...
De nouveaux résultats issus de la mission Tara Oceans, portée par une collaboration entre la Fondation Tara Océan et des scientifiques du CNRS, de l’EMBL, du CEA,...
Une équipe internationale pilotée par l'Irfu a sondé les enveloppes de poussières autour d'étoiles encore en formation et observé des grains de taille...
Un consortium international, dont l'UNIGE, a pour la première fois étudié de manière systématique le génome du parasite Plasmodium, responsable du paludisme,...
Les modèles de physique ne parviennent pas à simuler la production d’antineutrinos des réacteurs nucléaires. Ce contretemps mis en lumière il y a 8 ans a fait...
La symbiose microbienne est très répandue chez les animaux et elle joue un rôle clé dans l’écologie et l’évolution des espèces. Toutefois, les interactions...
Grâce à un scanner à comptage de photons développé par des ingénieurs et des physiciens, des biologistes ont pu suivre pendant plusieurs mois la croissance...
Comment le carbone continental migre-t-il dans l'océan ? Une collaboration internationale et pluridisciplinaire, pilotée par le LSCE, apporte une réponse étonnante...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales