Posté par Adrien le Samedi 30/07/2022 à 09:00

L’idotée, une abeille des mers ?

Le rôle central des insectes dans la pollinisation des plantes à fleurs est très connu, mais dans le milieu marin celui des animaux dans la reproduction des algues était considéré jusqu’à présent comme inexistant.

Idotée juvénile vue en microscopie confocale. Les spermaties (formes sphériques en vert) adhèrent à la cuticule de l’animal. Un détail montre l’accumulation de ces gamètes sur les pattes.
© Sébastien Colin

Dans une étude parue dans Science le 29 juillet 2022, une équipe dirigée par une chercheuse CNRS du laboratoire franco-chilien Evolutionary biology and ecology of algae de la Station biologique de Roscoff (CNRS/Sorbonne Université/Pontificia Universidad Catolica de Chile/Universidad Austral de Chile) révèle, pour la première fois, l’existence d’une collaboration entre un petit crustacé, l’idotée, et une algue rouge, la gracilaire, pour sa reproduction. Ces résultats suggèrent que les interactions de pollinisation animaux/végétaux seraient bien plus anciennes que nous le pensions jusqu’à présent.

Des animaux aident-ils à la reproduction des algues marines, comme le font les insectes sur la terre ferme ? La dispersion des cellules reproductrices, appelées gamètes ou spermaties chez les algues rouges, se fait généralement grâce aux mouvements d’eau et les scientifiques excluaient jusqu’à présent l’intervention des animaux dans ce processus.

Néanmoins, une équipe de recherche internationale, menée par Myriam Valero, chercheuse CNRS au laboratoire Evolutionary biology and ecology of algae (CNRS/ Pontificia Universidad Catolica de Chile/Sorbonne Université/Université Australe du Chili) et à la station biologique de Roscoff (CNRS/Sorbonne Université), révèle que l’idotée, petit crustacé marin, agirait auprès d’une espèce d’algue rouge, la gracilaire, comme une véritable "abeille" des mers.

C’est en nageant entre les individus que le petit animal participe à la fécondation de la gracilaire. En effet, la surface des algues mâles est parsemée de structures reproductives produisant des spermaties entourées de mucilage, une substance collante. Au passage d’une idotée, les gamètes adhèrent à sa carapace puis sont déposés sur les thalles des femelles en cas de contact avec celles-ci, permettant ainsi leur fécondation.

Les idotées ne sont pas du tout en reste dans cette relation. En effet, les algues rouges offrent le gîte et le couvert aux petits crustacés: ces derniers se nourrissent de petits organismes poussant à la surface des thalles et s’y accrochent en cas de forts courants. On parle d’une interaction à bénéfices réciproques pour les deux individus. C’est la première fois que la fertilisation d’une macroalgue par le biais d’un animal est mis en évidence.

Même si ces premiers résultats ne permettent pas de définir la proportion de la zoogamie dans la dissémination des gamètes par rapport aux mouvements d’eau, jusqu’à présent considérés comme étant seuls à l’origine de cette dispersion, ils apportent des connaissances inédites et insoupçonnées sur l’origine de la pollinisation. Jusqu’à présent, il était admis que ce processus avait émergé chez les plantes terrestres il y a 140 millions d’années. Mais cette découverte chez les algues rouges, vieilles de plus de 800 millions d’années, suggère que l’apparition de la fécondation par les animaux aurait pu survenir dans le milieu marin depuis bien plus longtemps.

Les scientifiques souhaitent maintenant étudier de nombreuses autres questions: les idotées favorisent-elles la libération des spermaties ? Sont-elles capables de différencier les individus mâles et femelles chez les gracilaires ? Et surtout, de telles interactions existent-elles chez d’autres espèces marines ?

Bibliographie:

Pollinators of the sea: a discovery of animal mediated fertilization in seaweed.
E. Lavaut, M-L. Guillemin, S. Colin, A. Faure, J. Coudret, C. Destombe, M. Valero.
Science, le 29 juillet 2022.
Dernières actualités
Une nouvelle théorie hydrodynamique pour expliquer comment s'écoulent les tissus épithéliaux...
La demande en électricité du bitcoin représente 200 millions de tonnes de CO2 depuis sa...
Les algues bleu-vert (aussi appelées cyanobactéries) détiennent un pouvoir particulier, qui...
Pour développer les applications de nouveaux matériaux, il est précieux de connaître...
Installé dans les Alpes françaises, le radiotélescope Noema1 vient d’atteindre ses pleines...
Des scientifiques de l'Institut Fresnel et de l'Institut de biologie intégrative de la cellule ont...
Il y a peu d’endroits dans le monde où on peut associer directement crise immobilière en cours...
La Terre est une planète active âgée de plus de 4,5 milliards d’années. Cette longue...
Les sédiments qui se trouvent sous les forêts de mangroves, prés-salés et herbiers de plantes...
L’alliance du calcul et de la microscopie électronique "in situ" ont permis de résoudre un...
Des scientifiques de l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires...
Des milliers de personnes ont contracté la rougeole depuis avril au Zimbabwe, pays du sud de...
Les tests d’adhésion et de réponse cellulaire aux facteurs de croissance sont largement...
L’une des grandes surprises de la mission Juno de la NASA, en orbite autour de Jupiter depuis...
Les couples d'étoiles massives naissent et évoluent à travers des phases régies par des...
Sommes nous finalement en route vers la maîtrise de la fusion nucléaire ? Annoncée depuis 50...
Le pourcentage de population mondiale vivant dans les villes ne cesse d’augmenter: de 30% en...
Les espèces "fantômes", c’est-à-dire celles qui sont inconnues ou éteintes, sont infiniment...
La mission japonaise Hayabusa2 de la JAXA a rapporté des échantillons de l'astéroïde primitif...
La mission spatiale LISA (Laser Interferometer Space Antenna), menée conjointement par l’Esa et...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales