Posté par Adrien le Samedi 19/06/2021 à 09:00

Les humains sont dotés d’un sens unique de la géométrie


(c) HTO
Des chercheurs de CEA-Joliot, du Collège de France, du CNRS et de l'Université Paris 8 montrent que les humains sont dotés d'une capacité universelle pour comprendre des concepts géométriques abstraits. En revanche, cette faculté qui ne dépend pas de l'âge, ni de la culture ou de l'éducation, n'existe pas chez les primates non humains testés.

Une ligne droite, un carré, un zigzag, un cercle... L'attrait de l'homme pour les formes géométriques semble être aussi ancien que l'humanité elle-même: on trouve des gravures en zigzag de plus de 500 000 ans  ! Les concepts géométriques sont-ils universellement partagés  ? D'où émergent nos intuitions sur la géométrie  ? Plusieurs études suggèrent que les humains partagent un niveau élevé de compréhension de propriétés abstraites des formes géométriques.

Pour en savoir plus, des chercheurs de NeuroSpin et leurs partenaires ont conçu un test empirique, utilisant les formes les plus simples qui soient. Leur objectif était d'éprouver la validité d'une hypothèse encore plus forte: cette affinité pour la géométrie serait une exception humaine et n'existerait pas chez les autres primates.

Ils ont conçu un ensemble d'onze quadrilatères à la régularité géométrique plus ou moins grande (angles droits, côtés parallèles, symétries). Pour chacune de ces formes, ils ont construit quatre versions alternatives et leur ont appliqué une transformation identique. Ils ont ensuite utilisé ces formes pour une tâche de détection d'intrus. À chaque essai, six formes sont présentées: cinq seulement sont identiques à une rotation ou à une dilatation près.

605 adultes français ont participé à cette expérience en ligne, partagée sur Twitter. Ils se sont révélé sensibles à la régularité géométrique des formes. En effet, ils répondaient d'autant plus vite et se trompaient d'autant moins souvent que la régularité des formes était plus grande.

28 élèves de grande section de maternelle, ainsi que 156 élèves de CP, ont également répondu à ce questionnaire, à l'école. L'effet de régularité géométrique a été retrouvé chez les enfants. Même résultat pour 22 adultes himbas non scolarisés, appartenant à un peuple pastoral du nord de la Namibie, qui ne dispose pourtant que d'un vocabulaire réduit pour la géométrie.

Par ailleurs, les chercheurs ont entraîné 26 babouins à détecter un intrus parmi des images. Les singes parviennent à apprendre la tâche mais les 11 individus assez persévérants pour atteindre des performances comparables à celles d'élèves de grande section n'ont pas manifesté de sensibilité à la régularité géométrique. Ainsi n'ont-ils pas appris plus vite à reconnaître le carré parmi d'autres figures qu'une forme quelconque, non géométrique. Même après plus de 8000 essais, ils se trompaient toujours une fois sur deux et ce, quelle que soit la forme géométrique présentée.

Pour modéliser le comportement des babouins, les auteurs de l'étude ont eu recours à des réseaux de neurones à convolution, utilisés comme modèles des mécanismes cérébraux de la perception d'objets. Cette modélisation prédit correctement le comportement de tous les babouins, mais le modèle doit être enrichi avec des informations symboliques (nombre d'angles droits, de côtés parallèles, etc.) pour expliquer le comportement des humains.

Ces résultats révèlent une nouvelle signature de la singularité humaine, plus élémentaire que le langage ou les capacités mathématiques, et constituent un nouveau défi pour des modèles non symboliques de la perception humaine.

Ces travaux ont été réalisés en collaboration avec l'Unité "Fonctionnement et dysfonctionnement cognitifs: les âges de la vie" des Universités Paris-8 et Paris-Nanterre et le Laboratoire de psychologie Cognitive (CNRS/Aix-Marseille Université).

Courbe de Véronèse donnant l'illusion de la forme d'un coeurPhoto: Image de Pr Jean-Philippe Burelle

Références:
Sensitivity to geometric shape regularity in humans and baboons: A putative signature of human singularity, PNAS
Dernières actualités
En période de grosse chaleur, il est évidemment essentiel de boire pour rester hydraté. Mais...
Grâce à des simulations numériques, une équipe internationale menée par le LSCE...
Des experts croient qu’il faut cesser d’utiliser l’expression "attaque de requin"....
A double visée pédagogique et d’innovation, le projet Perseus mobilise ses étudiants autour de...
Grâce à l'Atacama Large Millimetre/submillimeter Array (ALMA), dont l'Observatoire Européen...
À partir d’une dizaine de séismes détectés sur Mars par le sismomètre très large bande...
Certaines météorites contiennent de la matière organique qui a pu participer à la mise en...
L’escargot carnivore de Floride fait des ravages parmi ses congénères de la Polynésie...
L’érosion qui sculpte les falaises maritimes est modulée par de nombreux facteurs. La nature de...
Bien qu’elle ait longtemps été considérée comme le propre de l’humain, une forme de...
Des chercheurs/euses de l’UNIGE et des HUG ont utilisé pour la première fois la théorie de...
Un chou-fleur est un assortiment de fleurets identiques composés de versions miniatures...
Principal gaz à effet de serre, le CO2 pourrait-il devenir une ressource renouvelable ? C’est le...
La saison du barbecue bat son plein, mais pour certains, manger un hamburger ne serait plus...
La vie sur Terre a-t-elle été apportée par les comètes qui l’ont bombardée, ou bien est-elle...
Les astronomes sont tous d’accord: notre univers est en expansion. Cependant, les méthodes pour...
La symétrie est retrouvée très communément au sein du vivant. Les axes de symétrie, qui...
Une étude démontre que les personnes de 50 ans et plus, aisées ou avec un bon niveau...
Des chercheurs/euses de l’UNIGE ont découvert que la connaissance des émotions, la coopération...
Des chercheurs de l'Iramis/Cimap et leurs partenaires expliquent la tenue à l'irradiation aux ions...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales