Posté par Redbran le Lundi 11/02/2019 à 14:00
L'histoire du volcanisme stratosphérique des 2600 dernières années, revue par les isotopes du sulfate
Dans les archives glaciaires, les éruptions volcaniques passées sont associées à des pics de concentration de sulfate. Pour estimer la contribution volcanique aux variations climatiques passées, il est nécessaire de pouvoir distinguer, dans ces enregistrements, les éruptions stratosphériques, à fort impact climatique, des éruptions troposphériques, d’impact faible et local. L’étude des isotopes du sulfate (soufre et oxygène), nous permet de faire cette distinction et d’établir un inventaire des éruptions stratosphériques enregistrées à Dôme C, Antarctique, sur les 2600 dernières années.

Des éruptions troposphériques proches de (ou sur) la calotte Antarctique (ici le mont Erebus) peuvent être associées à d’importants pics de sulfate dans les archives glaciaires, sans pour autant avoir eu d’incidence climatique globale. La signature isotopique du sulfate permet de distinguer ces éruptions (troposphériques) locales des éruptions stratosphériques, d’impact climatique significatif. © Bruno Jourdain IGE/UGA/IPEV

La glace polaire est sans nul doute la meilleure archive dont nous disposons en terme de paléo volcanisme. Les reconstructions du volcanisme passé se basant sur l’analyse des carottes de glace sont nombreuses. Elles alimentent notamment les modèles de forçage climatique, dans le but d’estimer l’effet refroidissant du volcanisme et ses conséquences climatiques, dû aux interactions entre aérosols d’acide sulfuriques d’origine volcanique, et le rayonnement solaire incident. Différencier, dans les enregistrements volcaniques polaires, les éruptions troposphériques des éruptions dites stratosphériques (à fort impact climatique) est crucial pour estimer le forçage climatique naturel exercé par le volcanisme dans le passé. La découverte d’une signature isotopique particulière sur le sulfate volcanique formé dans la stratosphère nous permet d’établir une reconstruction des éruptions stratosphériques enregistrées à Dôme C, Antarctique, sur les 2600 dernières années.

Jusqu'alors, les reconstructions volcaniques ont été faites à partir d'enregistrements volcaniques bipolaires (carottes de glace issues d'Antarctique et du Groenland), et reposent sur le principe qu'une éruption stratosphérique, à fort impact climatique, entraine un dépôt global de sulfate, mis en évidence par comparaison de carottes de glace de pôles opposés. Les émissions soufrées issues d’une éruption dite troposphérique ont, quant à elles, une faible durée de vie dans cette basse couche de l’atmosphère, et leur incidence climatique reste négligeable avec des conséquences surtout locales. Cette approche, dite bipolaire, nécessite une excellente synchronisation et datation des carottes de glaces entre elles.


Forage des carottes de névé utilisées pour établir la présente reconstruction volcanique, sur le site de Dôme C, Antarctique. © Bruno Jourdain IGE/UGA/IPEV

Les carottes de glace offrent une alternative intéressante à cette méthode: l’analyse du soufre des sulfates volcaniques révèle la présence d’anomalies isotopiques (Δ33S ≠ 0) dans les aérosols d’acide sulfurique formés dans la stratosphère uniquement, permettant la discrimination entre éruptions troposphériques et éruptions stratosphériques. En 2010-2011, 5 carottes de névé de 100 m de long ont été collectées à Dôme C, Antarctique, grâce à un important soutien logistique de l’Institut Polaire Français Paul-Emile Victor (IPEV), du forage jusqu’au rapatriement des carottes à Grenoble. Ces carottes ont été analysées et échantillonnées dans le but de reconstruire une histoire du volcanisme stratosphérique des 2600 dernières années, par la méthode isotopique.

Cette première reconstruction des éruptions stratosphériques par la méthode isotopique fourni une validation indépendante des reconstructions antérieures. Pour la majorité des éruptions, la présente reconstruction confirme la qualité des plus récentes reconstructions bipolaires, avec une bonne corrélation entre signaux bipolaires et signaux stratosphériques identifiés par l’isotopie. Cependant, la méthode isotopique met en évidence des évènements stratosphériques de hautes latitudes, non bipolaires mais néanmoins significatifs d'un point de vue climatique. Il arrive en effet que les aérosols issus d’une éruption stratosphérique localisée dans les hautes latitudes se cantonnent à un seul hémisphère. L’analyse isotopique révèle également, en profondeur, des signaux troposphériques jusqu'alors considérés comme bipolaires. Elle permet donc d’affiner les précédentes reconstructions, et de valider, ou non, l’utilisation de certains signaux volcaniques comme repères temporels robustes dans le travail de datation.

Tandis que l’analyse isotopique du soufre nous renseigne sur la nature de l’éruption, l’analyse isotopique de l’oxygène révèle un effondrement du traceur (Δ17O) suite à deux éruptions majeures. Cette évolution du signal isotopique reflète soit une altitude d’injection particulièrement importante, soit un épuisement de l’ozone atmosphérique, provoqué par une large injection de composés halogénés.

Etendue à d’autres régions (hémisphère nord) et types de sites (forts taux d’accumulation), cette approche isotopique constitue un outil puissant pour affiner et compléter les reconstructions du volcanisme passé, et à terme, pour mieux quantifier l’impact du volcanisme sur le climat.

Dans les carottes de glace, les éruptions volcaniques sont associées à des pics de concentration de sulfate. L’analyse isotopique du sulfate volcanique permet de différencier les éruptions stratosphériques (en rouge), à fort impact climatique, des éruptions troposphériques (en bleu), d’incidence climatique négligeable et locale. Les éruptions enregistrées à Dôme C (Antarctique) sur les 2600 dernières années sont majoritairement d’origine stratosphérique.

Ces recherches ont été menées grâce au soutien de l’Agence nationale de la recherche, de l’Institut National des Sciences de l’Univers (INSU/CNRS), de l’Observatoire des sciences de l’Univers de Grenoble (OSUG), de l’Institut Polaire Français Paul-Emile Victor (IPEV), de la région Rhône-Alpes, de la commission Fulbright, de la fondation BNP-Paribas et de la Japan Society for the Promotion of Science.


Note:
Les laboratoires français qui ont participé à cette étude sont l'Institut des géosciences de l'environnement (IGE, CNRS/IRD/Université Grenoble Alpes/Grenoble INP) et le Laboratoire de géologie de Lyon (LGL-TPE, ENS/CNRS/Université de Lyon).


Références publication:
E. Gautier, J. Savarino, J. Hoek, J. Erbland, N. Caillon, S. Hattori, N. Yoshida, E. Albalat, F. Albarede & J. Farquhar 2600-years of stratospheric volcanism through sulfate isotopes, Nature Communications (2019) doi:10.1038/s41467-019-08357-0

Contact chercheuse:
Elsa Gautier, IGE
Dernières news
Un projet financé par l’UE a dévoilé un nouveau dispositif destiné aux véhicules hybrides qui combine la haute densité énergétique des batteries lithium-ion à...
Des physiciens ont démontré qu’il est possible de contrôler de façon quantique un spin unique multi-niveaux porté par un aimant moléculaire - constituant un...
Une équipe internationale s’interroge sur les nouvelles technologies qui améliorent les compétences physiques et cognitives de l’humain, sur leur développement...
Code de bonnes pratiques contre la désinformation: la Commission invite les signataires à intensifier leurs efforts La Commission européenne a publié les premiers...
S’inspirant de la fourmi du désert réputée pour être une extraordinaire navigatrice solitaire, des chercheurs du CNRS et d’Aix-Marseille Université, à...
Une équipe de l’IBS a déterminé la structure d’une metalloprotéine présente chez les bactéries et explique par là-même comment ses gènes sont bavards... ou...
Des scientifiques suisses ont mis au point des sondes conçues pour révéler les forces physiques à l’oeuvre à l’intérieur des cellules vivantes. Une première...
L'émergence des véhicules électriques et du stockage des énergies renouvelables souligne le besoin d’augmenter la densité énergétique des batteries tout en...
Des scientifiques prouvent que l’écart entre le résultat attendu et le résultat réel est perçu comme une récompense Vous aimez vous faire surprendre par cette...
Si l’existence d’une réduction du débit sanguin cérébral chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer est connue depuis des décennies, son rôle dans...
Jusqu’à présent, la faune édiacarienne du bassin de Podolya en Ukraine était considérée comme faisant partie du même domaine que celle de la Mer Blanche en...
De nouveaux processus de récupération permettent d’obtenir des alliages de haute performance et à bas coûts à base de terres rares. Des chercheurs financés...
Bien que de plus en plus utilisées pour l'imagerie cellulaire ou la bio-ingénierie tissulaire, le devenir à long terme des nanoparticules magnétiques au sein des...
L’apparition des premiers mouvements chez des êtres multicellulaires sur Terre serait bien plus ancienne que ce que l’on pensait. C’est du moins ce que suggèrent...
Les glissements de terrain génèrent des ondes sismiques, comme l’ont montré de précédentes mesures à partir de sismomètres placés à proximité de pentes...
Il existe un moyen plus rentable de rouvrir les mines désaffectées et inondées d’Europe. Des scientifiques ont démontré comment y parvenir, avec un nouveau...
En combinant des techniques de microscopie laser et de hautes pressions, des physiciens ont mis au point la première méthode expérimentale permettant de mesurer avec...
Dans les interactions entre un récepteur biologique et son ligand, l'eau avoisinante a son mot à dire. Une équipe pluridisciplinaire du CNRS dévoile le rôle des...
Les prévisions de la contribution de l’Antarctique à l’élévation du niveau de la mer au cours du siècle vont de zéro à plus d’un mètre. Les valeurs les...
Dans les archives glaciaires, les éruptions volcaniques passées sont associées à des pics de concentration de sulfate. Pour estimer la contribution volcanique aux...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales