Posté par Adrien le Mercredi 05/10/2022 à 09:00

Le français Alain Aspect prix Nobel de physique 2022 pour ses travaux sur la physique quantique


Alain ASPECT
© CNRS Photothèque/Jérôme CHATIN
Alain Aspect, directeur de recherche émérite du CNRS, professeur à l’Institut d’Optique Graduate School / Université Paris-Saclay, professeur affilié avec distinctions à l’ENS Paris-Saclay et professeur associé à l’École polytechnique, travaillant au Laboratoire Charles Fabry (Institut d’Optique Graduate School/CNRS, Université Paris-Saclay), est lauréat du prix Nobel de physique 2022. Il partage cette récompense avec l’Américain John F. Clauser et l’Autrichien Anton Zeilinger pour leurs expériences pionnières sur l’intrication quantique, ayant ouvert la voie aux technologies quantiques.

Après avoir été distingué par la Médaille d’or du CNRS en 2005, le prix Wolf en 2010, la médaille Albert-Einstein en 2012, le prix Balzan et la médaille Niels Bohr en 2013, Alain Aspect, directeur de recherche émérite du CNRS au Laboratoire Charles Fabry, titulaire de la chaire Augustin Fresnel à l’IOGS et professeur associé à l’École polytechnique, se voit aujourd’hui récompensé du prix Nobel de physique 2022. Une distinction qu’il remporte avec deux autres chercheurs, l’Américain John F. Clauser et l’Autrichien Anton Zeilinger, pour leurs travaux expérimentaux sur l’intrication qui ont permis d’appréhender le coeur de la théorie quantique.

Cette distinction vient récompenser une vie de travaux révolutionnaires dans ce domaine. Né en 1947 à Agen, et ancien élève de l'École normale supérieure (promotion 1965 de l'ENSET), physicien et spécialiste de l’optique et de la physique quantiques, directeur de recherche au CNRS depuis 1992, Alain Aspect se distingue dès 1982 par la mise en évidence, de manière non ambiguë, de la propriété quantique fondamentale d’intrication quantique.

En étudiant précisément une source de lumière contrôlée, il a établi de manière irréfutable le phénomène d'intrication quantique, et apporte une réponse expérimentale au paradoxe EPR proposé une cinquantaine d'années plus tôt par Albert Einstein, Boris Podolsky et Nathan Rosen. Il a alors démontré la violation des inégalités de Bell établies quelques années auparavant. Cette découverte traduit la capacité de deux photons à se comporter comme un système quantique unique, même à distance l’un de l’autre, dès lors qu’ils ont interagi dans le passé. Une avancée majeure, ayant ouvert la voie au domaine des nouvelles technologies quantiques, qui révolutionnent aujourd’hui le traitement et la communication de l’information.

En 1984, alors maître de conférences à l'École polytechnique et sous-directeur de laboratoire au Collège de France, il travaille sur la méthode de refroidissement d'atomes par laser dite "sous le recul du photon". Il se rapproche notamment de Claude Cohen-Tannoudji, prix Nobel de physique 1997 et membre du Laboratoire Kastler-Brossel (CNRS/Collège de France/ENS Paris/Sorbonne Université). En 1986, Alain Aspect démontre expérimentalement la dualité onde-particule pour un photon unique. Depuis, avec son groupe d'optique atomique qu'il a créé en 1992 à l'Institut d'Optique Graduate School, il apporte des contributions majeures aux fondements de la condensation de Bose-Einstein et de l'optique atomique, où les atomes révèlent leur nature ondulatoire et peuvent donc être focalisés, diffractés et interférer.

Alain Aspect est reconnu pour avoir éclairé les aspects fondamentaux du comportement quantique des photons uniques, des paires de photons et des atomes, et pour avoir contribué à la compréhension du monde quantique.

Le CNRS, l’Université Paris-Saclay, l’Institut d’Optique Graduate School, l’ENS Paris-Saclay et l’École polytechnique se réjouissent de cette distinction, amplement méritée, venant récompenser des années de recherche pionnières dans le domaine clef de la physique que sont les technologies quantiques.
Dernières actualités
La convergence en ce moment de trois virus offre une opportunité inédite à des chercheurs de...
Une équipe internationale de scientifiques révèle la complexité de l’évolution des...
Pour les microorganismes qui vivent dans le sol des forêts boréales, toutes les perturbations ne...
Une équipe internationale d’astrophysiciens dont certains du CNRS-INSU (voir encadré) a mesuré...
La physique peut servir à beaucoup de choses. Par exemple, déterminer l’angle par lequel le...
Les chauves-souris sont porteuses d’une multitude de virus, pathogènes pour la plupart des...
Les pérovskites hybrides forment une classe de semi-conducteurs très prometteuse pour la...
La disposition générale des visages est commune à de nombreuses espèces de vertébrés....
Le stress et la faim: ce sont deux des facteurs qui peuvent laisser une empreinte sur les gènes...
Les analogues du Glucagon like peptide 1 (GLP-1 A) font partie de l’arsenal pharmacologique pour...
Les matériaux magnétocaloriques (MMCs) sont des solides magnétiques dont la température change...
Le guidage cellulaire par des signaux chimiques ou physiques est essentiel à de nombreux processus...
Connu pour renvoyer des images époustouflantes vers la Terre, le télescope spatial James-Webb...
Quelle est la différence entre faire cuire de la nourriture et la brûler ? À 780 000 années de...
Mesurer la capacité de régénération des communautés de poissons de récifs coralliens est...
Y a-t-il un langage commun aux théories du complot, qui permettrait donc de les repérer ? C’est...
Secret de polichinelle: pour bien performer sur le plan cognitif, il faut bien dormir. Mais...
Si la majorité des Français a été vaccinée contre la Covid-19, les taux de vaccination varient...
Alors que ceux qui nient le réchauffement climatique les accusent encore d’être des...
Trois études conduites par un consortium mondial et publiées dans les revues Molecular...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales