Posté par Adrien le Vendredi 20/03/2020 à 09:00
Une expérience d'atomes ultra-froids en chute libre dans un laboratoire
Les physiciens ont développé un nouvel outil d'étude des effets de la force de gravitation en créant par piégeage optique des condensats d'atomes ultra-froids synchronisés avec le mouvement d'un "ascenseur d'Einstein". Celui-ci simule en laboratoire une chute libre de 400 millisecondes répétée toutes les 13 secondes.

Les chercheurs cherchent à connaitre les effets de la gravité dans de nombreux domaines de la physique, tout particulièrement en physique fondamentale où des précisions ultimes sont nécessaires comme par exemple pour les mesures de temps ou pour les tests fondamentaux de la relativité générale. Ils cherchent pour cela à réaliser des expériences en impesanteur, c’est-à-dire dans un référentiel en mouvement sous l'effet de la seule force de l'attraction gravitationnelle, autrement dit en chute libre. Les forces d'inertie et de gravitation se compensent alors, il en résulte une gravité ressentie quasi-nulle. C'est le cas des expériences se déroulant avec des fusées sondes, lors de vols paraboliques dans l’airbus 0-g, ou encore en orbite autour de la Terre sur la station spatiale internationale ISS. Sur Terre, on accède à l'impesanteur avec des tours de chute libre, qui existent à Brême ou à Hanovre, dans lesquelles on lâche les expériences vers le sol, comme dans un ascenseur dont le câble serait coupé.

À droite, photographie du dispositif expérimental. L'ascenseur se trouve entre les deux piliers bleus, l'expérience étant en position basse. Le cylindre à gauche de l'ascenseur est un réservoir d’air comprimé permettant de guider et propulser l’ascenseur. Les baies au premier plan contiennent les différents lasers et dispositifs de contrôle du nuage d'atomes.
À gauche, image d'un nuage d'atome obtenu dans l'ascenseur. En haut, avant condensation, en bas après condensation lors de la phase de chute libre, où le nuage reste immobile et de petite taille (environ 100 µm) pendant toute l’expérience.
@ LP2N (CNRS/IOGS/Univ. Bordeaux)

Pour atteindre les précisions ultimes recherchées, on utilise des capteurs quantiques extrêmement sensibles aux forces d'inertie et de gravitation dans lesquels il est indispensable d’utiliser des nuages d'atomes à des températures inférieures à quelques microkelvins, ultimement refroidis sous forme de condensats de Bose-Einstein. On crée ainsi avec ces atomes des faisceaux d’ondes de matière que l’on va, comme pour les faisceaux lumineux, séparer en deux parties puis recombiner pour former un interféromètre. Le parcours des ondes de matière, et donc le déphasage dans l’interféromètre, dépend des forces exercées sur les atomes et en particulier des forces d'inertie et de gravitation. Ces condensats de Bose-Einstein ont déjà été mis en oeuvre dans une fusée sonde et sur l'ISS afin de tester les effets de la gravité en physique fondamentale. Ils étaient obtenus grâce à des puces à atomes pour lesquelles le piégeage et refroidissement est assuré à l'aide de champs magnétiques. Une autre méthode pour produire ces condensats, alors dits "tout optique", utilise exclusivement des champs lumineux pour le piégeage et le refroidissement. Elle a l'avantage de rassembler des atomes dans des configurations insensibles aux perturbations magnétiques et loin de toute surface qui pourrait perturber la mesure.

Des physiciens du Laboratoire photonique, numérique et nanosciences (LP2N, CNRS/IOGS/Univ. Bordeaux) et du laboratoire Systèmes de référence temps-espace (SYRTE, CNRS/Observatoire de Paris/Sorbonne Univ.), soutenus par le CNES et l’ESA, ont réussi à produire de tels condensats de Bose-Einstein tout optique en impesanteur dans une simple salle de laboratoire. Pour cela, ils ont optimisé les outils de refroidissement en les synchronisant avec le mouvement d'une sorte d'ascenseur qui effectue des cycles de montée et de descente avec une période de chute libre. Ces résultats sont publiés dans la revue Physical Review Letters. L'accès en laboratoire d'un tel dispositif d'impesanteur facilite grandement le contrôle de l'environnement expérimental tel qu'il est exigé par les mesures de grande précision.

L‘ascenseur, dénommé "ascenseur d'Einstein", d'une hauteur d'environ 3 mètres a été développé par la société Symétrie installée à Nîmes, créant des conditions d'impesanteur pendant 400 millisecondes. Les étapes du refroidissement optique des atomes ont été optimisées pour obtenir en une seconde un condensat prêt à être utilisé pendant la phase d’impesanteur de cet ascenseur. Ce condensat contient 10 000 atomes de rubidium (87Rb) dans un nuage dont la température est de l'ordre de 100 nanokelvins. L'étape suivante est l'obtention d'un interféromètre atomique. L'expérience, qui peut être reproduite toutes les 13 secondes, permettra aux chercheurs d’accroître la sensibilité des mesures en accumulant plus de cent heures d’observation par an. Si l'impesanteur sur Terre ne pourra jamais concurrencer celle de l'espace, la facilité d'accès et les cycles répétés qu'autorise cet ascenseur d'Einstein en font néanmoins un nouvel outil pour préparer les futures campagnes spatiales et démontrer expérimentalement l’augmentation de la sensibilité attendue lors de telles missions.

Références

All-optical Bose-Einstein condensates in microgravity. G. Condon, M. Rabault, B. Barrett, L. Chichet, R. Arguel, H. Eneriz-Imaz, D. Naik, A. Bertoldi, B. Battelier, P. Bouyer et A. Landragin, Physical Review Letters, le 13 décembre 2020.
DOI: 10.1103/PhysRevLett.123.240402.
Article disponible sur les bases d’archives ouvertes arXiv et HAL.
Dernières news
L’Agence spatiale européenne (ESA) et l’entreprise d’État pour les activités spatiales Roskosmos ont décidé de reporter à 2022 le lancement de la deuxième...
Quelques-unes des clés de la compréhension de l’origine du système solaire se trouvent à l’intérieur des planètes géantes. Si la sonde spatiale Juno a...
Une équipe du laboratoire Navier, en collaboration avec l'université du Delaware (Etats-Unis), a identifié un nouveau processus responsable du vieillissement des...
La gaine embryonnaire est une couche de glycoprotéines entourant l’embryon qui a été décrite chez la plante modèle Arabidopsis thaliana. Dans un article publié...
Une collaboration française impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) a étudié une archive sédimentaire atypique: les matières accumulées entre mai 2015 et mars 2016 dans...
Dans une même expérience et pour un même matériau, des physiciennes et des physiciens ont pour la première fois mesuré la chiralité de l'organisation magnétique...
De nombreux phénomènes permettent de stocker des données au format binaire, comme les changements d’état magnétique dans les matériaux dits à transition de...
Comme beaucoup de ses collègues, le professeur Andrés Finzi, du Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal, réoriente...
L’impact artificiel produit par la mission spatiale Hayabusa2 sur l’astéroïde Ryugu: un cratère bien plus grand que prédit ! Quelle est la dimension d’un...
Grâce à une étude de terrain en Chine, une collaboration internationale impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) démontre que la culture de bambous Moso atténue le...
Au sein des cellules, des protéines appelées facteurs de transcription, reconnaissent spécifiquement diverses molécules. Des chercheurs du LCPO (CNRS/Université de...
Une première preuve de concept de stack pile à combustible PEMFC de 1 kWatt avec des composants imprimés a été réalisée. Outre la diminution des coûts grâce à...
Le projet EmoDémos, mené auprès d’enfants de 7 à 12 ans et dirigé par l’UNIGE, démontre que pratiquer un instrument au sein d’un orchestre peut faciliter...
La marée: un ingrédient essentiel de la dispersion des eaux douces du panache de l’Amazone dans l’océan Atlantique tropical Le panache d’eau douce du fleuve...
L’équipe de Julie Hussin, composée d’une dizaine de chercheurs en bio-informatique, s’attaque à la caractérisation génétique du coronavirus responsable de la...
Une croissance juvénile optimale repose sur une alimentation diversifiée et des études récentes démontrent le rôle important du microbiote intestinal dans ce...
Face à un virus encore mal connu, la recherche a besoin de tous les moyens pour lutter contre le COVID-19. Conçu, hébergé et maintenu à jour par des chercheurs et...
Dans les cellules photovoltaïques, l'absorption d'un photon par un matériau semi-conducteur crée une paire électron-trou (appelée exciton), résultant de...
Le record du monde d’Usain Bolt sur 200 mètres n'a pas été battu depuis 10 ans, et celui de Florence Griffith Joyner depuis plus de 30 ans. Et si les mathématiques...
Mépris, blâme, désinformation: guidées par la peur, les réactions des gens à la pandémie de COVID-19 empirent parfois une situation déjà complexe. Pourquoi...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales