Posté par Redbran le Lundi 03/08/2020 à 13:00

Un étonnant papillon cosmique photographié par un télescope de l’ESO

Semblable à un papillon avec sa structure symétrique, ses belles couleurs et ses motifs complexes, cette étonnante bulle de gaz baptisée NGC 2899 paraît voltiger dans le ciel sur cette nouvelle image acquise par le Very Large Telescope (VLT) de l’ESO. Jusqu’à présent, cet objet n’avait pas fait l’objet d’un cliché aussi détaillé: même les bords extérieurs de la nébuleuse planétaire se distinguent de l’arrière-plan étoilé.

Semblable à un papillon avec sa structure symétrique, ses belles couleurs et ses motifs complexes, cette étonnante bulle de gaz baptisée NGC 2899 paraît voltiger dans le ciel sur cette nouvelle image acquise par le Very Large Telescope (VLT) de l’ESO. Jusqu’à présent, cet objet n’avait pas fait l’objet d’un cliché aussi détaillé: même les bords extérieurs de la nébuleuse planétaire se distinguent de l’arrière-plan étoilé.

Cette image a été créée dans le cadre du Programme des Joyaux Cosmiques de l’ESO, une initiative visant à produire, au moyen des télescopes de l’ESO, des clichés intéressants, intrigants ou visuellement attrayants, à des fins d’enseignement et de diffusion auprès du grand public. Ce programme utilise le temps de télescope qui ne peut être alloué aux observations scientifiques. L’ensemble des données collectées peut être utilisé à des fins scientifiques, et est mis à disposition des astronomes au travers des archives scientifiques de l’ESO.

Les vastes étendues de gaz qui composent NGC 2899 s’étendent à quelque deux années lumière du centre de la nébuleuse. Lorsque ce gaz atteint des températures voisines de dix mille degrés, un voile brillant et étincelant se superpose aux étoiles de la Voie Lactée. Ces températures élevées résultent de l’irradiation du gaz par l’étoile mère de la nébuleuse ce qui fait briller le gaz d’hydrogène en un hallo rougeâtre autour du gaz d’oxygène, de couleur bleue.

Sur cette carte figure la localisation de la nébuleuse planétaire NGC 2899 dans la constellation Vela (Les Voiles). La plupart des étoiles visibles à l’oeil nu dans de bonnes conditions d’observations sont représentées, et la localisation de la nébuleuse est indiquée par un cercle rouge. Crédit: ESO, IAU and Sky & Telescope

Cet objet distant de 3000 à 6500 années lumière de la Terre dans la constellation Vela (Les Voiles) de l’hémisphère sud, se compose de deux étoiles centrales, vraisemblablement à l’origine de son apparence quasi symétrique. Après que l’une des deux étoiles ait atteint la fin de sa vie et expulsé ses enveloppes externes, l’autre étoile interagit désormais avec le flux de gaz, générant les deux lobes visibles sur cette image. Seules 10 à 20 % des nébuleuses planétaires (1) arborent ce type de forme bipolaire.

Sur cette image figure le ciel qui entoure NGC 2899, située au centre du cliché. Cette image a été composée à partir de clichés issus du Digitized Sky Survey 2.Crédit: ESO/Digitized Sky Survey 2. Acknowledgement: Davide De Martin

Les astronomes ont pu capturer cette image très détaillée de NGC 2899 grâce à l’instrument FORS (Réducteur de F0cale et Spectrographe à faible dispersion) installé sur l’UT1 (Antu), l’un des quatre télescopes de 8,2 mètres de diamètre qui composent le VLT de l’ESO au Chili. Cet instrument doté d’une résolution élevée fut l’un des tout premiers à équiper le VLT de l’ESO. Il livra de nombreux et magnifiques clichés et fut à l’origine de belles découvertes pour les astronomes de l’ESO. FORS a contribué à observer la lumière en provenance d’une source d’ondes gravitationnelles, a effectué des recherches concernant le tout premier astéroïde interstellaire, et a été utilisé pour étudier dans le détail les processus physiques à l’origine de la formation des nébuleuses planétaires complexes.

Grâce au Very Large Telescope de l’ESO, les astronomes ont capturé l’image d’un papillon cosmique, une nébuleuse planétaire baptisée NGC 2899. Cette vidéo présente de magnifiques clichés de cet objet ainsi que la science qui sous-tend son existence. Crédit:
ESO

Cette séquence vidéo débute sur une vue étendue de la région du ciel qui entoure NGC 2899 et s’achève sur une vue très détaillée de la nébuleuse planétaire acquise par le Very Large Telescope de l’ESO depuis l’Observatoire Paranal au Chili.
Crédit: ESO/Digitized Sky Survey 2/N. Risinger (skysurvey.org). Music: Astral Electronic

Notes:
(1) Contrairement à ce que leur appellation suggère, les nébuleuses planétaires n’ont rien à voir avec les planètes. Les premiers astronomes les ayant observées ont simplement relevé leur apparence planétaire. En réalité, elles se forment lorsque d’anciennes étoiles dotées de plus de six masses solaires atteignent la fin de leur existence, s’effondrent sur elles-mêmes et expulsent leurs enveloppes de gaz, riches en éléments lourds. Un intense rayonnement ultraviolet ionise et illumine ces coquilles en mouvement, les faisant briller des milliers d’années durant tandis qu’elles se dispersent lentement dans l’espace, faisant des nébuleuses planétaires des phénomènes de relative courte durée à l’échelle des temps astronomiques.
Dernières actualités
Comment protéger la confidentialité d'une communication s'il est impossible de se fier totalement...
Image panoramique et faibles aberrations optiques font rarement partie du même portrait. Mais...
La quantification des signaux et des incertitudes dans les modèles climatiques est essentielle...
Afin d'améliorer les batteries lithium-ion, des chercheurs de l'Irig remplacent le graphite de...
Après leur première observation directe de la diffusion élastique de photons en 2017, les...
A l’aide du radiotélescope ALMA (Chili), une équipe internationale, impliquant des chercheurs...
La diversité des espèces biologiques ne s’explique pas par un compromis entre grappilleurs et...
Instable et très rare, l’astate est un radioélément insaisissable. Des chercheurs viennent...
Une étude publiée par des chercheurs du CEA remet en question la définition des défauts dans...
CONSERT, un radar bistatique embarqué à bord de la sonde Rosetta et de son atterrisseur Philae, a...
La mesure de la distance Terre-Lune par télémétrie laser est réalisée depuis presque 40 ans...
Le SARS-Cov-2, responsable de la maladie COVID19, est un coronavirus dont le matériel génétique...
Bien des scénarios de science-fiction ont fait du trou de ver -hypothétique "tunnel" dont...
Un vaccin qui s’avale et protège aussi bien contre des maladies causées par des parasites, des...
Une étude exploratoire publiée dans le Scandinavian Journal of Pain par une équipe de...
Une équipe de l’UNIGE a reproduit un revêtement nanométrique qui couvre les yeux des mouches...
Les scientifiques décrivent une nouvelle méthode pour analyser plus finement la structure des...
Les sources lumineuses blanches actuelles, comme les LEDs, ont tendance à osciller entre...
La résistance aux antibiotiques est l’une des principales menaces pour la santé mondiale,...
Grâce à près de deux décennies d'imagerie dans l'infrarouge moyen provenant des plus grands...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales