Posté par Isabelle le Mardi 04/10/2022 à 13:00

Emprisonnement ou évasion, le sort inéquitable des particules actives en cellule

Dans un écoulement, le transport de particules ou de micro-organismes peut être modifié s’ils sont attirés vers des zones riches en sels ou en nutriments. Des chercheurs et chercheuses du Laboratoire de mécanique des fluides et d’acoustique, du Laboratoire de physique de Lyon et de l’Institut Camille Jordan ont découvert un comportement contre-intuitif de ces entités. Les plus mobiles d’entre elles peuvent se retrouver paradoxalement bloquées alors que les moins actives iraient plus vite.

Suivi stroboscopique de trajectoires (chaque couleur correspond à une particule) dans quatre vortex pour des valeurs croissantes du critère de blocage. Pour les plus grandes valeurs (en bas), toutes les trajectoires sont bloquées dans leurs cellules. © Volk et al.

Dans les systèmes dits "actifs", les particules en suspension dans un fluide sont sensibles à leur environnement et y réagissent. On retrouve des exemples comme la diffusiophorèse, quand des particules solides se déplacent sous l’effet d’hétérogénéités en sel, ou la chimiotaxie où des bactéries se dirigent vers les régions plus riches en nutriments. Dans ces phénomènes, la vitesse de dérive des particules et des micro-organismes reste généralement très inférieure à celle des écoulements dans lesquels ils sont entraînés. Cela se traduit le plus souvent par une diffusion modifiée des particules. Des chercheurs et chercheuses du Laboratoire de mécanique des fluides et d’acoustique (LMFA, CNRS/Centrale Lyon/INSA Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1), du Laboratoire de physique (LPENSL, CNRS/ENS Lyon) et de l’Institut Camille Jordan (ICJ, CNRS/École Centrale de Lyon/INSA Lyon/Université Claude Bernard/Université Jean Monnet) ont cependant montré que, en présence de cellules de recirculation, où les écoulements tournent sur eux même, les particules et les bactéries présentaient un déplacement totalement contre-intuitif. Mêlant ingénierie, physique et mathématiques, ces résultats ont été publiés dans la revue Journal of Fluid Mechanics.

À partir de simulations numériques, l’équipe a observé deux comportements possibles, dont aucun n’est diffusif. Si l’attraction est très faible, comme c’est le cas en diffusiophorèse, les particules se déplacent vers les régions riches en sels en passant d’une cellule de recirculation à l’autre, ce qu’elles font avec une vitesse bien plus importante qu’en l’absence d’écoulement. Quand l’attraction est en revanche un peu plus forte, comme pour la chimiotaxie, les bactéries sont totalement bloquées dans leurs cellules de recirculation. Ces phénomènes sont expliqués par la répartition hétérogène du sel et des nutriments le long des lignes séparant les cellules de recirculation. Les scientifiques ont aussi montré que l’on peut définir un critère de blocage indépendant de la vitesse de l’écoulement. Selon ce critère, les bactéries seraient condamnées à consommer la quasi-totalité des nutriments de leur cellule avant de pouvoir s’en évader ! Des expériences sont en cours pour illustrer ces comportements contre-intuitifs.

Références:
Phoresis in cellular flows: from enhanced dispersion to blockage.
Romain Volk, Michaël Bourgoin, Charles-Édouard Bréhier and Florence Raynal.
Journal of Fluid Mechanics, vol. 948, A42, 2022.
DOI: https://doi.org/10.1017/jfm.2022.730
Article disponible sur la base d’archives ouvertes Arxiv et HAL

Contacts:
- Florence Raynal - Chargée de recherche CNRS au Laboratoire de mécanique des fluides et d'acoustique (LMFA, CNRS/Centrale Lyon/INSA Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1). florence.raynal@ec-lyon.fr
- Communication INSIS - insis.communication@cnrs.fr
Dernières actualités
La convergence en ce moment de trois virus offre une opportunité inédite à des chercheurs de...
Une équipe internationale de scientifiques révèle la complexité de l’évolution des...
Pour les microorganismes qui vivent dans le sol des forêts boréales, toutes les perturbations ne...
Une équipe internationale d’astrophysiciens dont certains du CNRS-INSU (voir encadré) a mesuré...
La physique peut servir à beaucoup de choses. Par exemple, déterminer l’angle par lequel le...
Les chauves-souris sont porteuses d’une multitude de virus, pathogènes pour la plupart des...
Les pérovskites hybrides forment une classe de semi-conducteurs très prometteuse pour la...
La disposition générale des visages est commune à de nombreuses espèces de vertébrés....
Le stress et la faim: ce sont deux des facteurs qui peuvent laisser une empreinte sur les gènes...
Les analogues du Glucagon like peptide 1 (GLP-1 A) font partie de l’arsenal pharmacologique pour...
Les matériaux magnétocaloriques (MMCs) sont des solides magnétiques dont la température change...
Le guidage cellulaire par des signaux chimiques ou physiques est essentiel à de nombreux processus...
Connu pour renvoyer des images époustouflantes vers la Terre, le télescope spatial James-Webb...
Quelle est la différence entre faire cuire de la nourriture et la brûler ? À 780 000 années de...
Mesurer la capacité de régénération des communautés de poissons de récifs coralliens est...
Y a-t-il un langage commun aux théories du complot, qui permettrait donc de les repérer ? C’est...
Secret de polichinelle: pour bien performer sur le plan cognitif, il faut bien dormir. Mais...
Si la majorité des Français a été vaccinée contre la Covid-19, les taux de vaccination varient...
Alors que ceux qui nient le réchauffement climatique les accusent encore d’être des...
Trois études conduites par un consortium mondial et publiées dans les revues Molecular...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales