Posté par Adrien le Lundi 07/10/2019 à 08:00
L’éléphant de forêt, gardien de la biodiversité et du climat

(c) Thomas Breuer
Aujourd'hui décimés, les éléphants de forêt ne sont plus assez nombreux pour entretenir les forêts tropicales africaines qui ne peuvent plus stocker autant de carbone qu'auparavant. Il devient urgent de rétablir cette précieuse espèce dans son habitat !

L'éléphant de forêt était autrefois une espèce très répandue en Afrique centrale et occidentale mais la chasse non durable à l'ivoire, combinée à la destruction des habitats, a eu pour effet de décimer les populations depuis la colonisation de l'Afrique de l'Ouest par les Européens. Il ne reste aujourd'hui que 10% de leur effectif d'origine.

Des chercheurs ont émis l'hypothèse que les éléphants de forêt "façonnent" les forêts en dispersant les graines et en piétinant les petits arbres, ce qui permet aux plus grands arbres d'atteindre des tailles plus importantes et de retenir davantage de biomasse.

Pour vérifier cette hypothèse, les scientifiques ont effectué des mesures dans des forêts du bassin du Congo. Ils ont comparé le nombre et la taille des arbres de différentes forêts, certaines abritant des éléphants et d'autres, non. Leurs données confirment qu'en présence d'éléphants, les forêts comptent davantage de grands arbres et présentent une plus grande abondance d'espèces "hard-wood" (arbres à forte teneur en carbone). Cependant, ces effets de long terme sont difficiles à observer sur le terrain.

C'est pourquoi les chercheurs ont simulé numériquement l'impact des éléphants sur les forêts à l'échelle d'un siècle. "Les éléphants de forêt sont des gestionnaires naturels de forêts qui éclaircissent les forêts en élaguant ou en enlevant les petits arbres, ce qui augmente la croissance des grands arbres et la production de boisé" explique Fabio Berzaghi du LSCE, qui a dirigé l'étude.

A contrario, le déclin continu des éléphants de forêt dans les forêts d'Afrique centrale conduit à l'accumulation de petits arbres à faible teneur en carbone ("soft-wood"). Ces forêts pourraient perdre jusqu'à trois milliards de tonnes de carbone, soit l'équivalent de plusieurs années d'émissions globales de CO2. L'impact serait à la fois local et global.

Il est heureusement possible de renverser cette tendance en protégeant les éléphants de forêt. Le retour de ces populations serait à la fois positif pour le stockage du carbone et pour l'intégrité des écosystèmes et la valeur de la biodiversité des forêts humides africaines. En dispersant les graines dans la forêt, ils favorisent la germination de plus de cent espèces d'arbres qui fournissent nourriture et habitat aux primates, oiseaux et insectes.

Références
Carbon stocks in central African forests enhanced by elephant disturbance, Nature Geoscience
Dernières news
Un groupe international de 46 scientifiques publie dans la revue Science un texte appelant à la prudence quant à une étude, parue en juillet dans cette même revue,...
Dans la course aux armements entre les bactériophages et leurs proies, les protéines virales anti-CRISPR inactivent l’immunité bactérienne CRISPR-Cas9. En...
Des données d'une portée sans précédent suggèrent que tous les systèmes vivants suivent la même loi de croissance. Voir aussi notre précédent article sur le...
En identifiant une protéine clé dans la régulation du glucose et des lipides dans le sang, des chercheurs de l’UNIGE espèrent le développement rapide de...
La vue d’un bon repas a un effet très différent selon que l’on soit affamé ou que l’on vienne de manger copieusement. La prise en compte de l’état...
De nouvelles nano-entités bio-organiques en forme d’étoiles, baptisées "Aster Like Nanoparticle" (ALN) ont été découvertes dans des systèmes aquatiques par des...
La campagne ballons Strato-Science 2019, démarrée mi-août, s’est avérée être un franc succès. Les quatre vols de ballons stratosphériques ouverts (BSO)...
Des physiciens de l’UNIGE ont découvert une nouvelle propriété quantique: en plaçant trois paires de photons en réseau, il est possible de les intriquer entre eux...
Les espèces n’ont pas beaucoup d’options face au changement climatique: elles peuvent s’adapter de façon génétique aux nouvelles conditions (évolution), ou se...
Le cyberespace est un lieu de recherche et de partage par excellence. Toutefois, il réserve quelques surprises aux personnes utilisatrices, soit 57 % de la population...
L’intestin doit-il sa forme allongée à la génétique ? Des chercheurs du laboratoire Matière et systèmes complexes ont cultivé des intestins miniatures et...
Jusqu'à présent, l'exploitation du petit gibier par les Néandertaliens était encore considérée comme anecdotique ou occasionnelle. L'analyse des restes de lapins...
À cause de leur évanescence, la dynamique des anneaux de fluide et de tourbillons reste encore mal comprise. Des chercheurs du laboratoire Matière et systèmes...
Des chercheurs des universités de Genève et de Lyon ont découvert une molécule responsable de la nécrose des tissus en cas d’infarctus, et comment réduire de 30%...
Des chercheurs de l’Inra et du CNRS viennent de montrer pour la première fois que la pollinisation par les abeilles surpassait l’utilisation de produits...
Une équipe internationale dirigée par des chercheurs du Département d'Astrophysique (DAp) du CEA-Paris Saclay vient pour la première fois de sonder en détail les...
Dans le cerveau, le réseau du "mode par défaut" est celui qui s’active quand on laisse libre cours à ses pensées. Les régions cérébrales qui s’activent de...
La nature aide l’humain à bien des égards, souvent à très petite échelle. C’est l’abeille sauvage qui traverse une ferme et pollinise au passage quelques...
La Plateforme Hydrogène, dont la vocation est de réaliser des travaux de recherche sur les utilisations et la production de l’hydrogène et d’accompagner les...
Les chercheurs ont découvert la signification biologique du centrage du noyau en fin de phase de croissance ovocytaire chez la souris. En effet, le réseau d’actine...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales