Posté par Redbran le Jeudi 29/09/2022 à 13:00

Éclairs et grêle d’ammoniaque: les puissants orages de Jupiter

L’une des grandes surprises de la mission Juno de la NASA, en orbite autour de Jupiter depuis 2016, a été la découverte de la très grande variabilité des propriétés de son atmosphère profonde, à des dizaines, voire des centaines de kilomètres en dessous des nuages visibles. L’ammoniac, notamment, est très présent dans la zone équatoriale alors que son abondance est très variable et généralement faible ailleurs, jusqu’à des grandes profondeurs. Mais quel est le mécanisme responsable de ces variations ?

Des nuages blancs, probablement de glace d’ammoniac, photographiés par la caméra JunoCam, lors d’un orage jovien.
© NASA / JPL-Caltech / SwRI / MSSS / Gerald Eichstädt

L’atmosphère de Jupiter, faite essentiellement d’hydrogène et d’hélium, deux gaz très légers, est très étendue. Les nuages d’eau, qui s’étendent sur 12 km d’altitude maximum sur Terre, peuvent atteindre plus de 80 km d’altitude sur Jupiter. L’eau qui remonte dans ces grands nuages via les courants ascendants finit par cristalliser. Quand les cristaux atteignent une altitude où la température avoisine -80°C, ils rencontrent de la vapeur d’ammoniac qui liquéfie les cristaux et forme des gouttelettes d’eau-ammoniac. Après avoir atteint le haut du nuage, elles redescendent et une croûte de glace se forme autour d’elles. En chutant, ces grêlons d’ammoniaque1 grossissent de plus en plus et peuvent peser jusqu’à 1 kg. Leur poids les fait chuter dans l’atmosphère profonde à des vitesses pouvant atteindre 700 km/h ! Arrivés à une certaine profondeur, ils s’évaporent. Ce sont donc les orages qui entraînent l’ammoniac et l’eau profondément dans la planète.

Une observation a permis de confirmer ce mécanisme de formation d’orages. Elle a été réalisée par une petite caméra de la sonde Juno, appelée caméra SRU et qui au départ était simplement prévue pour positionner le satellite. Elle a détecté, un peu par hasard, la présence d’éclairs du coté nuit de la planète. Des éclairs avaient déjà été détectés sur Jupiter par le passé, mais à des profondeurs où les températures avoisinent 0°C et où l’on peut donc trouver de l’eau liquide. En effet, la présence des trois phases de l'eau (solide, liquide et vapeur) est essentielle à la formation d’éclairs. La nouveauté ici est que certains des éclairs détectés par la caméra SRU proviennent de niveaux où la température est inférieure à -70°C. Seule la présence d’ammoniac peut expliquer l’existence d’un liquide à ces températures - le mélange eau-ammoniac à la base des grêlons - et donc la formation d’éclairs dans cette zone.

Suite à ces découvertes, des chercheurs ont réalisé un modèle de mélange atmosphérique sur Jupiter. Résultat: la présence d’orages et la formation de grêlons d’ammoniaque permettent d’expliquer l’assèchement de l’atmosphère profonde en ammoniac et rendent compte des variations observées par Junoen fonction de la latitude. Mais des questions cruciales subsistent. En particulier: jusqu’où les courants descendants liés à l’évaporation de la grêle d’ammoniaque pénètrent-ils ? Juno devrait poursuivre la mission jusqu’en 2025, et au-delà, la missionJuice de l’ESA pourra permettre de continuer le suivi de ces orages. Mais une autre planète pourrait apporter les clés de la compréhension de ces atmosphères abyssales: il s’agit d’Uranus, qui devrait être l’objet d’une mission commune de la NASA et de l’ESA pour une mise en orbite à l’horizon 2045.

Comparaison à l’échelle d’un cumulo-nimbus sur Terre (à gauche) et d’un nuage à la base d’un orage violent sur Jupiter (à droite). Les températures, altitudes et pressions indiquées font référence à l’atmosphère de Jupiter.
© NASA / JPL-Caltech / SwRI / CNRS.

Note:
1 Une fois dissous dans l'eau, l'ammoniac (NH3) donne de l'ammoniaque dont la formule chimique est NH4OH.

Auteur:
Tristan Guillot, chercheur CNRS au laboratoire Lagrange - OCA.
Dernières actualités
Une équipe internationale de scientifiques révèle la complexité de l’évolution des...
Pour les microorganismes qui vivent dans le sol des forêts boréales, toutes les perturbations ne...
Une équipe internationale d’astrophysiciens dont certains du CNRS-INSU (voir encadré) a mesuré...
La physique peut servir à beaucoup de choses. Par exemple, déterminer l’angle par lequel le...
Les chauves-souris sont porteuses d’une multitude de virus, pathogènes pour la plupart des...
Les pérovskites hybrides forment une classe de semi-conducteurs très prometteuse pour la...
La disposition générale des visages est commune à de nombreuses espèces de vertébrés....
Le stress et la faim: ce sont deux des facteurs qui peuvent laisser une empreinte sur les gènes...
Les analogues du Glucagon like peptide 1 (GLP-1 A) font partie de l’arsenal pharmacologique pour...
Les matériaux magnétocaloriques (MMCs) sont des solides magnétiques dont la température change...
Le guidage cellulaire par des signaux chimiques ou physiques est essentiel à de nombreux processus...
Connu pour renvoyer des images époustouflantes vers la Terre, le télescope spatial James-Webb...
Quelle est la différence entre faire cuire de la nourriture et la brûler ? À 780 000 années de...
Mesurer la capacité de régénération des communautés de poissons de récifs coralliens est...
Y a-t-il un langage commun aux théories du complot, qui permettrait donc de les repérer ? C’est...
Secret de polichinelle: pour bien performer sur le plan cognitif, il faut bien dormir. Mais...
Si la majorité des Français a été vaccinée contre la Covid-19, les taux de vaccination varient...
Alors que ceux qui nient le réchauffement climatique les accusent encore d’être des...
Trois études conduites par un consortium mondial et publiées dans les revues Molecular...
L’espérance de vie en Australie s’est hissée au troisième rang mondial, une performance que...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales