Posté par Redbran le Jeudi 26/03/2020 à 14:00
Dynamiques de relaxation ultrarapides dans les nanostructures colloïdales de pérovskite

Dans les cellules photovoltaïques, l'absorption d'un photon par un matériau semi-conducteur crée une paire électron-trou (appelée exciton), résultant de l’excitation d’un électron de la bande de valence vers la bande de conduction. Si l'énergie du photon absorbé est supérieure à celle de la bande interdite du semi-conducteur, la paire électron-trou formée possède un excès d’énergie qui sera rapidement dissipé, typiquement sous forme de chaleur (relaxation aux bords de bande). Extraire les porteurs de charge "chauds" (c.à.d. avant leur relaxation) pourrait permettre de doubler l’efficacité des dispositifs photovoltaïques.

Dans les dispositifs lumineux tels que les LEDs ou lasers, une relaxation rapide des porteurs chauds est plutôt recherchée. Il est ainsi important de comprendre les mécanismes de relaxation électronique.

Pour toutes ces applications, les matériaux pérovskites halogénées présentent des propriétés optiques et électroniques particulièrement intéressantes. Ces propriétés ont récemment été aussi étudiées dans le cas de nanostructures, où les effets de confinement modifient de manière radicale la structure électronique du matériau, ce qui doit influer sur les taux de relaxation. Dans l’équipe DICO du LIDYL, le rôle du confinement quantique sur la relaxation a été exploré par une expérience de spectroscopie optique femtoseconde (1 fs = 10^-15 s): dans des nano-plaquettes de pérovskite de quelques monocouches d’épaisseur, il est montré que le temps de relaxation reste très court (quelques centaines de fs). Alors que l'écartement des niveaux électroniques induit par la nanostructuration devrait atténuer la principale source de dissipation via le couplage avec les phonons, ces résultats mettent en évidence qu'un autre chemin de relaxation particulièrement efficace en confinement fort existe et qui semble liée aux ligands en surface de ces nanostructures colloïdales.

Les pérovskites halogénées de formule générale ABX3, suscitent un fort engouement du fait de leurs propriétés opto-électronique, notamment sous leur forme halogénée, où A+ est un cation, B un métal divalent, et X- un anion halogénure (I-, Br- ou Cl-). Une excitation optique d'(énergie supérieure au gap dans ces semi-conducteurs polaires conduit à la formation d'une paire électron-trou, avec une énergie excédentaire. Dans ce cas, une relaxation a ensuite lieu, typiquement sous forme de cascade de désexcitation, par émission successive de phonons, jusqu’à dissipation totale de l’excès d’énergie. Le temps de relaxation dépend de cet excès d’énergie, mais aussi de la densité d’excitation.

Dans le cadre du projet ANR "CaMPUUS" d'Accueil de Chercheurs de Haut Niveau (ACHN) (collaboration avec le groupe ATTO du LIDYL), la relaxation sub-picoseconde des paires électron-trou dans les nanostructures de pérovskite colloïdales a été étudiée sur la plateforme laser Sofockle par une technique d'absorption transitoire. Celle-ci consiste à mesurer la différence d'aborption ΔA(λ,t) de l’échantillon, mesurée à partir du spectre transmis d'une impulsion laser large bande, précédée ou non d'une impulsion pompe, et en fonction du retard t variable entre les 2 impulsions. Les spectres sont enregistrés à une cadence de 3 kHz et les dynamiques associées mesurées avec une résolution temporelle d’environ 90 fs.


Évolution temporelle des spectres d’absorption transitoire des nano-plaquettes FA-Pb-I, après excitation par une impulsion laser à 400 nm.
À gauche: données expérimentales (après corrections), avec en encart la carte 2D t- λ complète. À droite: modélisation de la relaxation entre l’état "chaud" (courbe rouge), présentant un élargissement du pic d’absorption dû à l'effet Stark, vers l’état final relaxé (courbe rose), présentant essentiellement une atténuation de l’absorption. Le temps caractéristique est de 1/k1 = 270 fs.

Pour cette étude, nous avons d’abord développé des synthèses de nanostructures de pérovskite colloïdales dispersées en solution: des nanocristaux FAPbI3 (FA= formamidinium) à faible confinement quantique (taille environ 11 nm), ainsi que des nanoplaquettes bidimensionnelles de composition et d’épaisseurs variables définies à la monocouche atomique près (0,6 à 1,8 nm). Les mesures d’absorption transitoire sont ensuite analysées par une méthode d’ajustement spectral et cinétique globale (voir figure) afin d’en extraire les temps de relaxation. En effet, l'effet Stark important et la discrétisation des niveaux électroniques dans ces systèmes confinés empêche l'utilisation des méthodes classiques d’analyse comme l’extraction de la température des porteurs de charge.

La réduction de taille des objets jusqu'à l’échelle nanométrique, entraine un espacement des niveaux électroniques qui peut devenir bien supérieur à l’énergie typique des modes de vibration. Ce désaccord énergétique avec les phonons devrait alors entraîner un allongement des temps de relaxation (effet "phonon bottleneck"), l'émission multiphononique et parfaitement résonnante étant peu probable. Cependant, les constantes de temps mesurées montrent une relaxation qui reste ultra-rapide et devenant même plus courte pour les nanostructures les plus confinées. Ce résultat peut être expliqué par le couplage croissant de l’exciton (paire —électron-trou) avec les modes de vibrations des ligands ammoniums présents en surface des nanostructures. Ce couplage se renforce d'autant plus que la fonction d’onde de l'exciton est délocalisée hors de la structure cristalline.

En perspective, ce travail montre ainsi l'importance de mieux contrôler les effets de surface, pour maîtriser la relaxation des porteurs chauds, et améliorer ainsi les dispositifs photovoltaïques, où l'on recherche des temps de relaxation longs, ou les dispositifs d'émission de lumière (LED ou laser), où l'on recherche des temps de relaxation rapides.

Ce travail fait partie du travail de thèse de Carolina Villamil Franco (ED 2MIB 2017-2020).

Contact ERL LIDYL/DICO CEA-CNRS: Elsa Cassette.

Collaboration:
- Benoît Mahler, Institut Lumière Matière (ILM), UMR 5306 Université Claude Bernard Lyon I, CNRS, 10 rue Ada Byron, 69622 Villeurbanne Cedex, France
- Gaëlle Allard, Laboratoire Lumière-Matière aux Interfaces (LUMIN), FRE2036 Université Paris-Saclay, CNRS, ENS Paris-Saclay, France.

Plateforme Laser Sofokle.
Dernières news
L’Agence spatiale européenne (ESA) et l’entreprise d’État pour les activités spatiales Roskosmos ont décidé de reporter à 2022 le lancement de la deuxième...
Quelques-unes des clés de la compréhension de l’origine du système solaire se trouvent à l’intérieur des planètes géantes. Si la sonde spatiale Juno a...
Une équipe du laboratoire Navier, en collaboration avec l'université du Delaware (Etats-Unis), a identifié un nouveau processus responsable du vieillissement des...
La gaine embryonnaire est une couche de glycoprotéines entourant l’embryon qui a été décrite chez la plante modèle Arabidopsis thaliana. Dans un article publié...
Une collaboration française impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) a étudié une archive sédimentaire atypique: les matières accumulées entre mai 2015 et mars 2016 dans...
Dans une même expérience et pour un même matériau, des physiciennes et des physiciens ont pour la première fois mesuré la chiralité de l'organisation magnétique...
De nombreux phénomènes permettent de stocker des données au format binaire, comme les changements d’état magnétique dans les matériaux dits à transition de...
Comme beaucoup de ses collègues, le professeur Andrés Finzi, du Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal, réoriente...
L’impact artificiel produit par la mission spatiale Hayabusa2 sur l’astéroïde Ryugu: un cratère bien plus grand que prédit ! Quelle est la dimension d’un...
Grâce à une étude de terrain en Chine, une collaboration internationale impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) démontre que la culture de bambous Moso atténue le...
Au sein des cellules, des protéines appelées facteurs de transcription, reconnaissent spécifiquement diverses molécules. Des chercheurs du LCPO (CNRS/Université de...
Une première preuve de concept de stack pile à combustible PEMFC de 1 kWatt avec des composants imprimés a été réalisée. Outre la diminution des coûts grâce à...
Le projet EmoDémos, mené auprès d’enfants de 7 à 12 ans et dirigé par l’UNIGE, démontre que pratiquer un instrument au sein d’un orchestre peut faciliter...
La marée: un ingrédient essentiel de la dispersion des eaux douces du panache de l’Amazone dans l’océan Atlantique tropical Le panache d’eau douce du fleuve...
L’équipe de Julie Hussin, composée d’une dizaine de chercheurs en bio-informatique, s’attaque à la caractérisation génétique du coronavirus responsable de la...
Une croissance juvénile optimale repose sur une alimentation diversifiée et des études récentes démontrent le rôle important du microbiote intestinal dans ce...
Face à un virus encore mal connu, la recherche a besoin de tous les moyens pour lutter contre le COVID-19. Conçu, hébergé et maintenu à jour par des chercheurs et...
Dans les cellules photovoltaïques, l'absorption d'un photon par un matériau semi-conducteur crée une paire électron-trou (appelée exciton), résultant de...
Le record du monde d’Usain Bolt sur 200 mètres n'a pas été battu depuis 10 ans, et celui de Florence Griffith Joyner depuis plus de 30 ans. Et si les mathématiques...
Mépris, blâme, désinformation: guidées par la peur, les réactions des gens à la pandémie de COVID-19 empirent parfois une situation déjà complexe. Pourquoi...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales