Posté par Redbran le Lundi 07/10/2019 à 14:00
Dynamique chaotique de l'interaction entre une impulsion laser ultra-intense et un plasma dense
Une collaboration entre les équipes du LIDYL au CEA Saclay et de l'ATP du Lawrence Berkeley National Lab (LBNL) vient d'élucider les mécanismes d’absorption d’un faisceau laser ultra-intense, lors de sa réflexion sur un plasma dense formé à la surface d’une cible solide. Ces mécanismes, jusqu’alors non identifiés pour des intensités lasers > 10^18 W.cm^-2, interviennent dans de nombreux processus laser-plasma, tels que la production de faisceaux d’électrons et d’ions relativistes ou de faisceaux de lumière de courte longueur d'onde (émission d’harmoniques Doppler d’ordre élevé), aux multiples applications (spectroscopies, irradiations, médecine…). La compréhension fine de ces mécanismes, rendue possible grâce la combinaison de résultats expérimentaux et numériques de premier plan, permettra d’optimiser ces nouvelles sources de particules et de lumière.


Trajectoire dans l'espace des phases (x, px) des électrons du plasma accélérés par le champ de l'impulsion laser. x désigne la coordonnée normale à la surface du plasma, px son impulsion. L’échelle de couleur, fonction de la position initiale des électrons dans le plasma, permet d'identifier les trajectoires. La structure en feuillets est caractéristique d'une dynamique chaotique.
Crédit: G. Blaclard © CEA.

Les méthodes de compression temporelle des impulsions lasers de forte puissance permettent d'obtenir des impulsions de durée femtosecondes (10^-15 s) et d'atteindre ainsi des intensités extrêmes (I > 10^18 W.cm^-2), avec lesquelles on peut explorer l’interaction lumière-matière, dans des conditions jusqu'alors inconnues. Lorsque de telles impulsions laser sont focalisées sur une cible solide, celle-ci est quasi-instantanément ionisée en surface et forme un plasma dense en électrons, réfléchissant pour le champ laser incident.

Dans la présente étude, une collaboration entre des chercheurs du CEA Saclay et du LBNL révèlent que le paramètre crucial pour décrire le mécanisme de couplage entre une impulsion laser et un plasma en régime relativiste est la longueur de gradient L, caractéristique de l'expansion spatiale du plasma. La valeur de L peut être ajustée en prélevant une partie de l'impulsion principale pour obtenir une préimpulsion d'intensité bien définie, qui suivant un chemin optique plus court, peut atteindre la cible avant l'impulsion principale et avec une avance réglable. Cette première impulsion crée un plasma initial, dont la densité et l'expansion sont ainsi contrôlés de façon très fine. Une meilleure maitrise de la qualité des deux impulsions lasers de haut contraste successives a permis aux chercheurs de mettre en lumière deux régimes bien distincts de couplage du plasma avec l'impulsion laser principale, l’un se produisant pour des longueurs de gradient L bien plus courtes que la longueur d’onde laser (L << λ), l’autre pour des longueurs proches de la longueur d’onde laser (L ≈ λ). La combinaison de ces résultats expérimentaux avec des simulations Particle-In-Cell 2D et 3D à l’aide du code WARP/PICSAR ont par la suite permis d’élucider les deux mécanismes plasmas d’absorption.

Pour les courtes longueurs de gradients L, le champ laser se réfléchit sur un plasma encore confiné et très dense, qui joue le rôle de "miroir plasma" (**). Dans ce régime, les électrons sont périodiquement expulsés par le champ laser puis ré-accélérés vers l’intérieur du plasma, en absorbant une fraction significative de l'intensité laser. Ce mécanisme est appelé"‘mécanisme de Brunel".

Pour des valeurs de L plus élevées, de l'ordre de la longueur d'onde laser, une bonne partie des électrons à l’interface vide-plasma, se trouvent dans une zone de densité sous-critique, dans laquelle le champ incident peut se propager sans réflexion. Ils se retrouvent alors soumis au champ d’interférence entre le champ laser incident et le champ laser réfléchi sur la partie plus interne et plus dense du plasma. Dans ce régime, la dynamique des électrons devient chaotique et ces derniers sont chauffés par chauffage stochastique. Ce processus est illustré Fig. 1 où sont représentés les trajectoires des électrons du plasma dans l’espace des phases (x, px) lors de l’interaction: x représente la coordonnée normale à la surface du plasma et l’échelle de couleur correspond à la position initiale des électrons dans la cible, ce qui permet d'identifier leurs trajectoires. Cet espace des phases montre une dynamique d'étirement et repliement, aussi appelé ‘pétrissage optique’, responsable de l’apparition de structures en feuillets qui sont une signature claire de l’émergence du chaos lors de l’interaction. Du fait de cette dynamique, deux électrons initialement proches dans l’espace des phases exhibent des trajectoires singulièrement différentes en quelques cycles optiques.

Ces résultats montrent le rôle majeur de la longueur de gradient L dans le mécanisme de couplage. La compréhension fine de ces mécanismes, rendue possible grâce la combinaison de résultats expérimentaux et numériques, permettra d’optimiser les sources de particules et de lumière issues de l’interaction laser-plasma, aux multiples applications.

Référence:

L. Chopineau, A. Leblanc, G. Blaclard, A. Denoeud, M. Thévenet, J-L. Vay, G. Bonnaud, Ph. Martin, H. Vincenti, and F. Quéré,
Phys. Rev. X 9 (2019) 011050.

Contact CEA-IRAMIS: Henri Vincenti et Fabien Quéré (LIDYL/PHI).

Collaboration:

L. Chopineau, A. Leblanc, G. Blaclard, A. Denoeud, M. Thévenet, G. Bonnaud, Ph. Martin, H. Vincenti, and F. Quéré,
LIDYL, UMR 9222 CEA-CNRS, Université Paris-Saclay, CEA Saclay, 91 191 Gif-sur-Yvette, France,
J-L Vay, Head of the Accelerator Modelling group, ATAP division, Lawrence Berkeley National Laboratory, CA, USA.

Le code PICSAR a été développé en collaboration entre le CEA-IRAMIS et le LBNL.
Dernières news
Un groupe international de 46 scientifiques publie dans la revue Science un texte appelant à la prudence quant à une étude, parue en juillet dans cette même revue,...
Dans la course aux armements entre les bactériophages et leurs proies, les protéines virales anti-CRISPR inactivent l’immunité bactérienne CRISPR-Cas9. En...
Des données d'une portée sans précédent suggèrent que tous les systèmes vivants suivent la même loi de croissance. Voir aussi notre précédent article sur le...
En identifiant une protéine clé dans la régulation du glucose et des lipides dans le sang, des chercheurs de l’UNIGE espèrent le développement rapide de...
La vue d’un bon repas a un effet très différent selon que l’on soit affamé ou que l’on vienne de manger copieusement. La prise en compte de l’état...
De nouvelles nano-entités bio-organiques en forme d’étoiles, baptisées "Aster Like Nanoparticle" (ALN) ont été découvertes dans des systèmes aquatiques par des...
La campagne ballons Strato-Science 2019, démarrée mi-août, s’est avérée être un franc succès. Les quatre vols de ballons stratosphériques ouverts (BSO)...
Des physiciens de l’UNIGE ont découvert une nouvelle propriété quantique: en plaçant trois paires de photons en réseau, il est possible de les intriquer entre eux...
Les espèces n’ont pas beaucoup d’options face au changement climatique: elles peuvent s’adapter de façon génétique aux nouvelles conditions (évolution), ou se...
Le cyberespace est un lieu de recherche et de partage par excellence. Toutefois, il réserve quelques surprises aux personnes utilisatrices, soit 57 % de la population...
L’intestin doit-il sa forme allongée à la génétique ? Des chercheurs du laboratoire Matière et systèmes complexes ont cultivé des intestins miniatures et...
Jusqu'à présent, l'exploitation du petit gibier par les Néandertaliens était encore considérée comme anecdotique ou occasionnelle. L'analyse des restes de lapins...
À cause de leur évanescence, la dynamique des anneaux de fluide et de tourbillons reste encore mal comprise. Des chercheurs du laboratoire Matière et systèmes...
Des chercheurs des universités de Genève et de Lyon ont découvert une molécule responsable de la nécrose des tissus en cas d’infarctus, et comment réduire de 30%...
Des chercheurs de l’Inra et du CNRS viennent de montrer pour la première fois que la pollinisation par les abeilles surpassait l’utilisation de produits...
Une équipe internationale dirigée par des chercheurs du Département d'Astrophysique (DAp) du CEA-Paris Saclay vient pour la première fois de sonder en détail les...
Dans le cerveau, le réseau du "mode par défaut" est celui qui s’active quand on laisse libre cours à ses pensées. Les régions cérébrales qui s’activent de...
La nature aide l’humain à bien des égards, souvent à très petite échelle. C’est l’abeille sauvage qui traverse une ferme et pollinise au passage quelques...
La Plateforme Hydrogène, dont la vocation est de réaliser des travaux de recherche sur les utilisations et la production de l’hydrogène et d’accompagner les...
Les chercheurs ont découvert la signification biologique du centrage du noyau en fin de phase de croissance ovocytaire chez la souris. En effet, le réseau d’actine...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales