Posté par Redbran le Dimanche 20/06/2021 à 13:00

La domestication il y a 10 000 ans des sangliers par les communautés néolithiques chypriotes

Il y a 10 000 ans à Chypre, les premiers néolithiques ont domestiqué le sanglier endémique de l’île, trois millénaires après son introduction par des chasseurs cueilleurs.

Crédit: dessin de Daniel Helmer

Chypre est une île océanique qui fut toujours à bonne distance maritime (70-80km) des côtes du Proche-Orient où les premières domestications des plantes et des animaux eurent lieu il y a 11 000 ans. Néanmoins les recherches archéologiques récentes ont montré que malgré cet éloignement insulaire, Chypre n’a jamais été déconnectée de l’effervescence culturelle et technologique liée à l’émergence de l’agriculture dans le foyer proche-oriental. Dans cette étude issue du laboratoire Archéozoologie, Archéobotanique: Sociétés, pratiques et environnements (AASPE - CNRS / MNHN), c’est l’histoire de l’origine et de l’évolution d’une population de sangliers vivants à Chypre à cette période, mais aujourd’hui éteinte, qui éclaire une fois de plus l’importance de cette île pour mieux comprendre les débuts du grand basculement de l’Anthropocène. Ces résultats sont publiés dans Scientific Reports.

Des études précédentes avaient montré qu’il y a environ 12 000 ans, des communautés de chasseurs cueilleurs venues du continent proche avaient introduit des sangliers sur l’île de Chypre pour la peupler en gibier. En effet, les hippopotames nains qui y proliféraient au Pléistocène étaient éteints depuis peu. Cela suggérerait que ces populations pratiquaient sur le continent, et dès cette époque, un contrôle ou une gestion des populations de sangliers.

D’autres études archéozoologiques ont montré qu’il y a 10 000 ans, des hommes du Néolithique précéramique ont introduit d’autres animaux sur l’île, sous forme domestique comme la chèvre, la vache puis le mouton, ou sous forme sauvage comme le daim de Mésopotamie. Mais qu’en est-il du cochon ? Les données paléodémographiques suggèrent clairement des pratiques d’élevage sur les suinés vers 10 000 BP, mais toute la question était de savoir si elles s’appliquaient à des cochons déjà domestiqués introduits du continent, ou bien si les communautés néolithiques chypriotes s’étaient engagées dans un processus de domestication des populations de sangliers insulaires.

Faute d’une bonne conservation de l’ADN dans les ossements archéologiques de Chypre, les chercheurs du laboratoire Archéozoologie, Archéobotanique: Sociétés, pratiques et environnements (AASPE - CNRS / MNHN) ont utilisé la morphologie virtuelle et la morphométrie géométrique des dents et d’un os du tarse (calcanéum) des sangliers de Chypre, entre 11 000 et 9 000 avant notre ère, pour reconstituer l’origine et l’évolution de ces sangliers insulaires. Ces analyses ont montré que ce sanglier insulaire présentait des caractères dentaires particuliers qui le distinguaient nettement des populations néolithiques continentales. Cette divergence évolutive a amené les chercheurs à proposer de nommer cette sous espèce insulaire Sus scrofa circeus, le sanglier de Circé, en référence au mythe homérique de la déesse Circé qui transforma les compagnons d’Ulysse en porcins.

En outre, les analyses ont montré que la morphologie du sanglier de Circé resta stable sur les 3000 ans que dura le Néolithique précéramique, suggérant ainsi qu’il n’y a pas eu d’apports de populations domestiques depuis le continent. Enfin, l’analyse de l’os du talon, le calcanéus, a quant à elle permis d’identifier la présence d’individus élevés en captivité à partir de 9000 BP. Ces trois éléments de preuve, associés aux données paléodémographiques, suggèrent donc fortement que les communautés néolithiques chypriotes ont domestiqué le sanglier de Circé, s’inscrivant pleinement et sans délai dans la dynamique domesticatoire du Levant.

Références:
Cucchi, T., Domont, A., Harbers, H. et al. Bones geometric morphometrics illustrate 10th millennium cal.BP domestication of autochthonous Cypriot wild boar (Sus scrofa circeus nov. ssp). Sci Rep 11, 11435 (2021).

Contact:
Thomas Cucchi - Correspondant communication - Laboratoire d'Archéozoologie, Archéobotanique: Sociétés, Pratiques et Environnement (AASPE - CNRS/MNHN) - thomas.cucchi at mnhn.fr
Dernières actualités
En période de grosse chaleur, il est évidemment essentiel de boire pour rester hydraté. Mais...
Grâce à des simulations numériques, une équipe internationale menée par le LSCE...
Des experts croient qu’il faut cesser d’utiliser l’expression "attaque de requin"....
A double visée pédagogique et d’innovation, le projet Perseus mobilise ses étudiants autour de...
Grâce à l'Atacama Large Millimetre/submillimeter Array (ALMA), dont l'Observatoire Européen...
À partir d’une dizaine de séismes détectés sur Mars par le sismomètre très large bande...
Certaines météorites contiennent de la matière organique qui a pu participer à la mise en...
L’escargot carnivore de Floride fait des ravages parmi ses congénères de la Polynésie...
L’érosion qui sculpte les falaises maritimes est modulée par de nombreux facteurs. La nature de...
Bien qu’elle ait longtemps été considérée comme le propre de l’humain, une forme de...
Des chercheurs/euses de l’UNIGE et des HUG ont utilisé pour la première fois la théorie de...
Un chou-fleur est un assortiment de fleurets identiques composés de versions miniatures...
Principal gaz à effet de serre, le CO2 pourrait-il devenir une ressource renouvelable ? C’est le...
La saison du barbecue bat son plein, mais pour certains, manger un hamburger ne serait plus...
La vie sur Terre a-t-elle été apportée par les comètes qui l’ont bombardée, ou bien est-elle...
Les astronomes sont tous d’accord: notre univers est en expansion. Cependant, les méthodes pour...
La symétrie est retrouvée très communément au sein du vivant. Les axes de symétrie, qui...
Une étude démontre que les personnes de 50 ans et plus, aisées ou avec un bon niveau...
Des chercheurs/euses de l’UNIGE ont découvert que la connaissance des émotions, la coopération...
Des chercheurs de l'Iramis/Cimap et leurs partenaires expliquent la tenue à l'irradiation aux ions...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales