Posté par Adrien le Dimanche 20/11/2022 à 09:00

Destination...Lune avec Artemis 1

Après de multiples retards et deux tentatives de lancement, l’été passée, la fusée Space Launch System (SLS) quitte mercredi le 16 novembre à 1 h 47 la rampe de lancement 39B du Centre spatial Kennedy. C’est sans équipage à bord que la fusée se dirige vers la Lune. Le lancement a été commenté sur écran géant par l’astronaute David Saint-Jacques et l’ingénieure Kumudu Jinadasa au siège social de l’Agence spatiale canadienne (ASC) à Saint-Hubert. Une page d’histoire de l’exploration spatiale s’ouvre avec le départ de la fusée la plus puissante jamais construite pour la NASA.


Pendant 43 minutes, le compte à rebours a été arrêté en raison de problèmes techniques de dernière minute. Les problèmes jugés mineurs ont nécessité l’opération délicate de techniciens de la NASA. Ils ont dû resserrer les boulons autour d’une énième fuite d’hydrogène liquide au niveau de la table de lancement. La ligne d’alimentation sur la table permet de refaire le plein pendant l’évaporation du très inflammable carburant de la fusée lunaire. Le suspense a été à son comble lors du lancement car un autre problème de radar de suivi au complexe spatial a été détecté. Encore de l’émoi a été vécu à cause d’un câble Ethernet défectueux.

Dans un fracas assourdissant provenant des deux propulseurs à poudre et des quatre moteurs RS-25 à hydrogène et oxygène liquide qui éjectent avec succès cette énorme fusée de l’attraction terrestre.

Alors que sur Terre, à l’ASC, David Saint-Jacques explique aux gens présents les étapes de la mise en orbite de la toute nouvelle fusée lunaire pendant son ascension. Tous suivent les explications les yeux rivés sur l’écran géant dans la salle de conférence dont trois jeunes astronautes juniors, ayant participé au dernier camp spatial estival de l’ASC.

Deux minutes de combustion et les propulseurs à poudre sont éjectés du train spatial, après avoir donnée la poussée nécessaire au décollage de la fusée de 2 600 tonnes, déjà rendu à 12 kilomètres d’altitude. Un premier soupir de soulagement est émis dans la salle. Huit minutes plus tard, l’étage principal coupe à son tour les moteurs, se détache de l’ensemble et va entamer sa descente comme pour les boosters dans l’océan Atlantique. Sans anicroches additionnels la NASA annonce, 18 minutes après le lancement, que la capsule Orion et le module de service européen sont en direction de la Lune qu’ils devraient atteindre dans trois jours.

Interviewé à chaud, David Saint-Jacques déclare: ‘’On repart sur la Lune pour s’y installer, vivre dans l’espace lointain et aller vers Mars’’. Pour sa part, l’ingénieure Kumudu Jinadssa, soulagée du décollage réussi, explique les défis qu’auront les astronautes vers une mission martienne. Elle souligne notamment leurs réactions psychologiques, quand de la surface de Mars ils ne verront plus la Terre que sous la forme d’un petit astre bleu. Du même avis que David Saint-Jacques, l’ingénieure explique "que le travail d’équipe et la synergie de l’équipage seront les ingrédients de réussite des futurs missions spatiales dans un espace lointain comme Mars." Elle-même rêve de participer à des missions spatiales comme astronaute.

Qu’en pense les trois jeunes astronautes juniors de ses missions ? Les étudiants du niveau secondaire ont des avis partagés sur les missions. Julien rêve de devenir astronaute et de participer à une mission lunaire en tant qu’ingénieur en aérospatial. Pour lui, le projet de voyage sur Mars est trop long (une expédition d’au moins deux ans) alors qu’Ariane et Rosalie, voient grand et loin, visant à la découverte de la composition de Mars et des autres planètes du système solaire.

Dans l’histoire de l’exploration spatiale, la nuit du 16 novembre 2022 figure comme "une première étape d’une longue exploration de l’espace lointain" aux dires de David St-Jacques. Et nous la franchissons ensemble !
Dernières actualités
La convergence en ce moment de trois virus offre une opportunité inédite à des chercheurs de...
Une équipe internationale de scientifiques révèle la complexité de l’évolution des...
Pour les microorganismes qui vivent dans le sol des forêts boréales, toutes les perturbations ne...
Une équipe internationale d’astrophysiciens dont certains du CNRS-INSU (voir encadré) a mesuré...
La physique peut servir à beaucoup de choses. Par exemple, déterminer l’angle par lequel le...
Les chauves-souris sont porteuses d’une multitude de virus, pathogènes pour la plupart des...
Les pérovskites hybrides forment une classe de semi-conducteurs très prometteuse pour la...
La disposition générale des visages est commune à de nombreuses espèces de vertébrés....
Le stress et la faim: ce sont deux des facteurs qui peuvent laisser une empreinte sur les gènes...
Les analogues du Glucagon like peptide 1 (GLP-1 A) font partie de l’arsenal pharmacologique pour...
Les matériaux magnétocaloriques (MMCs) sont des solides magnétiques dont la température change...
Le guidage cellulaire par des signaux chimiques ou physiques est essentiel à de nombreux processus...
Connu pour renvoyer des images époustouflantes vers la Terre, le télescope spatial James-Webb...
Quelle est la différence entre faire cuire de la nourriture et la brûler ? À 780 000 années de...
Mesurer la capacité de régénération des communautés de poissons de récifs coralliens est...
Y a-t-il un langage commun aux théories du complot, qui permettrait donc de les repérer ? C’est...
Secret de polichinelle: pour bien performer sur le plan cognitif, il faut bien dormir. Mais...
Si la majorité des Français a été vaccinée contre la Covid-19, les taux de vaccination varient...
Alors que ceux qui nient le réchauffement climatique les accusent encore d’être des...
Trois études conduites par un consortium mondial et publiées dans les revues Molecular...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales